Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Disney menacé de procès pour la technologie de performance capture de Guardians of the Galaxy

Disney menacé de procès pour la technologie de performance capture de Guardians of the Galaxy

NewsCinéma

Le département juridique de Disney enchaîne les heures supplémentaires depuis quelques mois. En plus de devoir contester la propriété intellectuelle du scénario de Predator aux frères Thomas, et de refuser à Scarlett Johansson son cachet de productrice exécutive attachée à la performance commerciale du film Black Widow, les avocats de l'énorme groupe se heurtent à une autre décision de justice. Cette fois, l'affaire se réglera bel et bien devant les tribunaux. 

Disney ne sera pas seul à siéger au banc des accusés : la société Rearden, responsable de la technologie de performance capture Countour, attaque différentes entreprises accusées d'avoir utilisé l'outil sans autorisation formelle, ni compensation financière négociée au préalable. Sont concernées différents projets, de la 20th Century Fox, Paramount, Crystal Dynamics et les propriétaires de ce studio, Square Enix, ainsi que Marvel Studios dans une enclave plus spécifique. Dans le cas des productions estampillées Oncle Picsou, les films Guardians of the Galaxy et La Belle et la Bête auraient en effet utilisé la technologie Contour pour matérialiser différents personnages interprétés par des vedettes rendues à l'écran en images de synthèse.

Racket Raccoon

La performance de l'outil de Rearden n'a rien de secret dans les industries du divertissement à grand spectacle : utilisée avec l'accord des studios sur la saga des Harry Potter, cette méthode de travail saluée par la critique consiste à enregistrer les mouvements du visage de tel ou tel interprète, pour plaquer une palette d'émotions ou un jeu d'acteur sur un personnage fabriqué à partir de modèles en trois dimensions. Des créatures artificielles devenues une norme dans le cinéma contemporain - Groot, Rocket Racoon, Deadpool et la Bête auraient emprunté la technologie Contour sans l'accord de ses propriétaires, selon la plainte déposée devant les tribunaux américains.
 
Jusqu'ici, les avocats de Disney se seront contentés de contester la valeur de cette action en justice, en arguant notamment que les oeuvres qui auraient eu recours au travail de Rearden auraient fonctionné financièrement avec ou sans cette méthode précise de performance capture. Selon eux, l'entreprise n'aurait donc pas gagné ou perdu d'argent, en dépit de cette utilisation de la propriété intellectuelle de Contour. A l'instar de la plainte déposée par Scarlett Johansson, l'enjeu est évidemment financier : Rearden aurait du avoir la possibilité de négocier un intéressement ou un bonus éventuel sur le succès des films incriminés, attendu que ceux-ci ont profité d'une imagerie supérieure grâce à l'outil Contour.
 
Le juge Jon S. Tigar a toutefois décidé de trancher en faveur du plaignant : balayant l'argument des avocats de Disney, celui-ci explique que la technologie de Rearden a bien été employée pour faire la publicité des différents films de l'empire Disney, et que la qualité de performance capture proposée a pu servir d'argument commercial pour motiver le public à investir les salles. De fait, le fournisseur aurait donc du être consulté ou rémunéré, et l'affaire ira bien jusqu'au procès. Reste à voir si l'entreprise aura envie de tenter sa chance lors d'une énième bataille devant un jury, ou si un gros chèque suffirait à calmer les remontrances de Rearden et à éviter à l'Oncle Picsou de perdre la face (ou une somme encore plus importante) en place publique. A date, le juge semble avoir statué sur la validité des preuves fournies par Rearden, et l'utilisation frauduleuse de Contour n'est apparemment plus de l'ordre de la spéculation. 
 
Dans les grands exemples de films utilisant cette méthode de travail, on citera notamment L'Etrange Histoire de Benjamin Button de David Fincher, récompensé aux Oscars dans les catégories des meilleurs effets spéciaux et du meilleur maquillage.
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Predator #1 : Le chasseur devient la proie dans la série d'Ed Brisson et Kev Walker

Preview
Il en aura fallu, du temps. Et ce qu'on a pris pour un décalage lié à une sorte de double-procès - lorsque les deux scénaristes à ...

Où l'on comprend enfin le système de paiement injuste des adaptation de comics contre les auteurs

Ecrans
Il y a un an tout pile - à trois jours près - la rédaction du Hollywood Reporter se penchait sur le système de répartition des ...

Crunchs, stress, payes dérisoires : les artistes des effets spéciaux furieux envers Marvel Studios

Ecrans
A chaque année, une enquête de plus sur les méthodes de travail du colosse Marvel Studios. L'année dernière, à la même date, le ...

She-Hulk : Attorney at Law : un premier trailer pour la série Disney+ confirmée pour cet été

Ecrans
Une année de plus pour la plateforme Disney+ et sa myriade de franchises. Lors d'une nouvelle conférence publique comparable au ...

Disney loue (pour 20 ans) le nom, le visage et les droits de Stan Lee (oui) via un contrat avec la ...

Actu Vo
Depuis la mort de Stan Lee, les vautours rôdent. Producteurs, chaînes de télé', marchands de jouets, une large panoplie d'entrepreneurs ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer