Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
DC Comics retire trois couvertures accusées d'avoir été générées par intelligence artificielle

DC Comics retire trois couvertures accusées d'avoir été générées par intelligence artificielle

NewsDc Comics

La technologie de l'intelligence artificielle progresse chaque jour un peu plus. Et de gré ou de force, le sujet va s'inviter de plus en plus souvent dans l'actualité, tant que la situation ne se sera pas stabilisée (si elle finit effectivement par se stabiliser un jour, ce qui n'est pas spécialement garanti). Au mois de mars, deux premières incartades avaient agité les réseaux sociaux : d'un côté, le cas du dessinateur Andrea Sorrentino chez DC Comics, et de l'autre, le cas d'un artiste du web, Robot9000, avec ses propositions de couvertures pour le concours Spawn organisé par Todd McFarlane. Les détails sont à retrouver à cette adresse.

Dans un cas comme dans l'autre, le bilan à dresser se résumait en une conclusion élémentaire : l'intelligence artificielle est là, et les artistes comme les éditeurs devront finir par prendre position. En ce qui concerne DC Comics, Jim Lee avait aussi évoqué le sujet lors d'une interview récente (disponible sur le site), et d'un point de vue tout à fait personnel, l'éditeur-en-chef de l'enseigne semblait plutôt défavorable à l'idée de publier des planches ou des couvertures réalisées sous IA. Dont acte. La maison d'édition commence à se positionner, avec un premier exemple concret.

Et... encore une fois, le sujet va s'avérer plus compliqué que prévu

Dans le cas de Sorrentino comme dans le cas de Robot9000, la difficulté réside dans l'opacité des méthodes de travail. Puisque, pour rappel, il n'est pas prouvé à l'heure actuelle que les deux dessinateurs ont bel et bien eu recours aux algorithmes de l'intelligence artificielle générative. Mais, dans un monde qui va vite, le public devient de plus en plus méfiant. Actuellement, la technologie n'a pas encore été perfectionnée, ou pas suffisamment pour gommer certains petits indices, des petits défauts visuels susceptibles d'indiquer la présence du robot à l'origine du coup de crayon. L'an dernier, on parlait des doigts, et des dents, pour les IAs génératives chargées de reproduire le corps humain. Et puis, on a parlé de la forme des oreilles, des rides, des ridules, de la texture de peau. Avec ces éléments en main, une partie du public s'est mise en tête de débusquer les tricheurs, les montages, les fausses photographies.
 
A présent que le thème de l'IA s'invite progressivement dans l'industrie des comics, on assiste désormais au même phénomène : des fans préoccupés, qui s'alarment de voir les méthodes humaines traditionnelles disparaître, et qui cherchent dans les détails les indices d'une éventuelle fraude. Récemment, DC Comics a fait le choix de déprogrammer plusieurs couvertures réalisées par l'artiste Daxiong (Jingxiong Guo).
 
Les trois œuvres en question avaient été prévues pour les numéros Power Girl #10, Wonder Woman #10 et Shazam #12. Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont accusé Daxiong de tricherie, en pensant reconnaître dans son travail les stigmates de l'intelligence artificielle. L'éditeur a donc décidé de réagir, face à la polémique, et de commander de nouvelles couvertures à trois autres dessinateurs (sur la base d'un éventuel indice de fiabilité).
 

 

 
Problème : contrairement à Sorrentino ou à Robot9000, Daxiong a décidé de se défendre. L'artiste affirme que ces couvertures ne sont en aucun cas le produit d'une commande algorithmique, et estime que les accusations portées à son encore sont insultantes. Voici ce qu'il a pu déclarer récemment, lors de son passage sur la chaîne Youtube du vidéaste 2quadrinhos :
 
"Je n'ai pas utilisé d'IA. Je suis simplement un artiste qui s'est retrouvé pris dans cette nouvelle chasse aux sorcières. Je fait partie de ce cette industrie depuis plus de trente ans et mes dessins ont toujours été produits dans la méthode traditionnelle, à la main. Je ne suis pas contre les IAs, mais je pense que c'est plutôt quelque chose qui se réserve au domaine de la science. 

Ca ne me concerne pas, et en réalité, le développement de l'IA n'a rien à voir avec moi. Mais je suis heureux de savoir que l'IA me permet d'avoir accès à des traductions précises (ndlr : Daxiong est né en Chine, l'Anglais n'est pas sa langue maternelle). Et si vous voulez savoir pourquoi les couvertures ont changé ? DC et moi avons envisagé de changer la couverture parce que la controverse aurait pu avoir un effet négatif sur leurs ventes. Ca ne prouve absolument pas qu'il s'agit d'un travail d'une IA."

Dans la foulée, l'artiste a aussi publié différents croquis de son travail sur les réseaux sociaux.


 

 
Alors, là-encore, les progrès de l'intelligence artificielle moderne permettent aussi à certains dessinateurs rusés de produire de "fausses preuves" en déconstruisant à l'envers une image générée par prompt. Le processus n'a pas grand chose de compliqué. Mais.
 
Mais, difficile de dire que l'effet boule de neige n'était pas à prévoir. A l'aune de cette nouvelle paranoïa autour de l'IA, et dans la mesure où le public ne sait plus à quel artiste se fier, quelle image sera ou ne sera pas réelle, la situation risque d'amorcer une bonne quantité de "faux positifs". A savoir, des cas où différents artistes vont se retrouver accusés par effet de propagation. Peut-être est-ce le cas de Daxiong, et on imagine que le dessinateur ne sera pas le seul à se confronter à cette situation d'ici les prochaines années.
 
Plus personne ne sait exactement quels sont les vrais indices de détection pour les dessins réalisés sous prompt, dans la mesure où les industriels qui investissent dans cette technologie s'affairent régulièrement à gommer les petits défauts. Aussi, lorsque les personnages présents à l'image ont bien tous leurs bras, tous leurs doigts, une morphologie correcte et une apparence crédible... le spectateur moderne se retrouve dans une position d'illusion parfaite. Les géants du secteur de l'IA refusent de "watermarquer" les images créées sous IA, et les détecteurs actuels manquent de fiabilité. Dans la mesure où une bonne partie du public des fans de comics reste largement opposé à l'arrivée de cette technologie au sein de l'industrie, la moindre accusation risque de prendre de l'ampleur, faute d'être encore capables de discerner... le vrai du faux.
 
A noter tout de même la réaction rapide de DC Comics : l'éditeur a marqué un précédent historique en décidant de retirer ces couvertures. Peut-être à tort, en l'occurrence, mais cela signifie au moins que l'enseigne comprend le danger que pourrait représenter l'entrée massive des comics sous IAs - tant que le public refuse de consommer des BDs réalisées avec cette technologie, les commanditaires devront faire preuve de vigilance, au risque de perdre leur public. Et pour les artistes, le signal est aussi très clair. Si un dessinateur se décidait de tricher à nouveau, il aurait à son tour droit à une polémique, et éventuellement, une déprogrammation. On aurait aimé que ce constat (enfin) mis à jour concerne une situation plus probante, dans la mesure où l'affaire Daxiong risque de faire débat au sein des communautés de fans.
 
Voici les couvertures que DC Comics va utiliser en remplacement, par Dan Panosian, Cully Hamner et Dave Johnson.
 
 
 
 
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

DC Comics confirme la conclusion de la série JSA de Geoff Johns en août 2024

Actu Vo
Fin de partie pour la Justice Society of America. Sans surprise, DC Comics a confirmé la conclusion de la dernière série consacrée ...

Les Super-Pets sont de retour chez DC Comics pour un numéro spécial en juillet 2024

Actu Vo
Les super-compagnons sont de sortie. DC Comics annonce la sortie d'un numéro spécial DC Super-Pets : Bitedentity ...

Zero Hour 30th Anniversary : un numéro spécial pour l'anniversaire du célèbre crossover chez DC ...

Actu Vo
La Maison des Idées n'a pas le monopole des comics nostalgiques. Si l'enseigne s'est spécialisée depuis peu dans la monétisation de son ...

DC Comics dégaine (encore) les maillots de bains avec une nouvelle salve de couvertures Swimsuit ...

Actu Vo
Au sortir de longs mois pluvieux, le soleil s'est enfin décidé à reprendre le travail. Et donc, en attendant les pénuries d'eau et les ...

Jenny Sparks : une nouvelle série DC Black Label pour Tom King et Jeff Spokes sur l'héroïne de ...

Actu Vo
La bibliographie de Tom King se prépare à accueillir un nouvel album, encore et toujours basé dans les murs du DC Black Label. Cet ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer