Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
La société d'édition Dark Horse (Hellboy) chercherait actuellement à se faire racheter

La société d'édition Dark Horse (Hellboy) chercherait actuellement à se faire racheter

NewsDark Horse

Entre deux paragraphes d'une tribune consacrée au thème du "contenu" - le terme que les gars en cravates utilisent pour parler des trucs trop abstraits, genre l'art, la culture, le divertissement et autres trucs lourdingues - Bloomberg évoque le cas de Dark Horse dans la stratégie actuelle des grands groupes vis-à-vis des plateformes de vidéo-à-la-demande. En résumé, l'objectif actuel viserait à centraliser la production via différents réseaux de partenariats. Rien de très nouveau sur le papier : les grands studios signent déjà depuis plusieurs années différents types de contrats d'exclusivité avec des metteurs en scènes ou des scénaristes reconnus, dans le but de produire en interne, rachètent des sociétés de production de tailles variées, et s'associent à des fournisseurs indépendants pour développer de nouvelles idées.

Cette stratégie tendrait à s'éloigner progressivement de l'ancien modèle de production, où les créatifs comme les studios travaillaient de leur côté sur un projet, avant de venir s'adresser aux plateformes dans un second temps. Selon Bloomberg, les grandes sociétés du marché du divertissement chercheraient à fortifier leurs catalogues, à coups de rachats. A l'instar de ce qui a été observé sur le cas Mark Millar et Netflix, où le bonhomme a littéralement vendu son nom et l'ensemble de ses créations passées et futures à une plateforme en recherche permanente de nouvelles productions.

Fin de partie pour le Cheval Noir ?

La situation de Dark Horse ne représente qu'un court paragraphe dans cet état des lieux, mais Bloomberg rapporte une donnée alarmante pour cette maison d'édition, restée indépendante depuis ses débuts.
 
"Dark Horse Comics s'ajoute à la liste. L'entreprise prend actuellement conseil sur plusieurs options pour l'avenir, parmi lesquelles la possibilité de se faire racheter, selon plusieurs sources proches du dossier. Dark Horse n'a pas souhaité répondre à nos questions." 
 
Fondée en 1986 par Mike Richardson, Dark Horse Comics anticipe de quelques années le boum des éditeurs indépendants de la génération 1990, en pénétrant dans la brèche du marché des ventes en direct ouverte par DC Comics et Marvel. Soupape de décompression pour la grogne des auteurs de super-héros, l'entreprise accueillera Frank Miller sur les projets Sin City, 300 et Hard Boiled dès ses premières années, avec également John Byrne, et surtout Mike Mignola pour la saga Hellboy, figure de proue et mascotte officieuse de cette structure à cheval sur les créations originales et les produits à licence. Dark Horse se distinguera pour l'édition des comics Buffy, Alien, Predator, Conan le Barbare et Star Wars, une source de capitaux qui commencera peu à peu à se tarir à mesure que d'autres groupes plus importants mettront la main sur ces catalogues.
 
En panne sèche de franchises depuis quelques années, l'entreprise aura eu un certain mal à rebondir sur le second souffle d'Image Comics et la fuite des cerveaux vers les contrats avantageux proposés par MacFarlane et Eric Stephenson, et surtout, le rachat de Lucasfilm et de la 20th Century Fox par la société Disney. Privé de sa rente principale, l'entreprise aura toutefois eu l'intelligence d'embaucher Karen Berger, fondatrice du label Vertigo chez DC Comics, pour amorcer la transition Berger Books et faire rentrer de nouveaux projets susceptibles de générer de grands succès critiques (The Seeds, She Could Fly, Invisible Kingdom). 
 
Si Dark Horse va au bout de cette logique, l'entreprise pourrait se faire avaler par un groupe déjà présent sur le marché de l'édition (Amazon avec Comixology, Disney avec Marvel, Warner Discovery avec DC Comics, etc). La piste la plus censée serait de voir Netflix investir dans la compagnie de Richardson, sur la base de leur première association, et parce que Disney aurait sans doute du mal à insérer Hellboy ou le cannibale mangeur des prostituées de Sin City dans l'univers Marvel Studios. La disparition potentielle de cette identité précieuse au monde des comics pour la diluer dans un nouveau système de production en série au sein d'une plus grosse entreprise serait, dans tout les cas, une triste nouvelle pour l'industrie de la BD aux Etats-Unis.
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

The Goon : Them That Don't Stay Dead : quelques premières planches pour le retour du héros d'Eric ...

Actu Vo
Lorsqu'il n'est pas occupé à détailler la vie d'affreux tueurs en série (ou d'affreux thérapeutes qui essayent de comprendre comment ...

William of Newbury : du fantastique avec un raton-laveur par Michael Avon Oeming ? C'est oui

Actu Vo
Alors que l'ensemble de l'industrie américaine a levé le voile sur son programme de publications pour le mois d'avril prochain, il reste ...

Dark Horse et Dogu Publishing annoncent un album anniversaire pour Usagi Yojimbo en juin 2024

Actu Vo
Pendant que les Tortues Ninja installent les bougies sur la pizza d'anniversaire, leur fidèle cousin aux grandes oreilles, Usagi ...

Dr. Werthless : Eric Powell et Harold Schechter (Ed Gein) se retrouvent pour un album dédié à ...

Actu Vo
Nouvelle réunion de talents. Après avoir proposé le fantastique album Did You Hear What Eddie Gein Done ? (Ed Gein : Autopsie d'un ...

The Sunny Luna Travelling Oracle : un ''éco-thriller'' noir annoncé chez Berger Books pour 2024

Actu Vo
On a peut-être un peu moins discuté de Berger Books cette année, mais la collection de projets gouvernée par l'impératrice des ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer