Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Bob Iger réitère : l'objectif du moment chez Disney va être de se concentrer sur ''les suites et les franchises''

Bob Iger réitère : l'objectif du moment chez Disney va être de se concentrer sur ''les suites et les franchises''

BrèveCinéma

C'est la crise. Mais qui aurait pu l'anticiper ? Les experts étaient pourtant catégoriques : en décidant sciemment de fragiliser la fréquentation des salles de cinéma, au profit de plateformes de VOD proposées à des prix trop bas pour être rentables sur un marché qui n'a eu de cesse de se surcharger en l'espace de trois ans, le succès étant pourtant garanti. Surtout face à la concurrence de groupes multispécialistes comme Amazon, capables de soutenir un effort financier considérable amorti par d'autres secteurs industriels. Et si par-dessus le marché on comptabilise les milliards de dollars investis dans le rachat de la 20th Century Fox et de Hulu ? Non, franchement, c'est pas de bol. J'vais vous dire : tout ça, c'est la faute du COVID.

Bref, Bob Iger fait le point

Comment souvent en période de crispation économique, les grands studios ferment les écoutilles et planquent les gosses à la cave en attendant que l'orage passe. Disney a besoin d'argent frais, de retrouver la confiance de ses actionnaires et de finir dans le vert à chaque bilan trimestriel pour espérer s'en sortir sans devoir envisager de vendre du mobiliser. Un cas de figure qui renvoie généralement à des vagues massives de licenciements, à des fermetures de studios considérés comme non-essentiels, et surtout, pour ce qui concerne directement le spectateur, à des projets annulés. 
 
Tous ceux dont la présidence estime qu'ils ne représentent pas un investissement garanti, en quelque sorte, dans la mesure où le groupe ne peut plus se permettre de compter sur la logique des pertes et profits. Ecoutez ce que le sympathique Tonton McFarlane a à dire sur le sujet : le sauve-qui-peut est général dans le Hollywood du présent, tout le monde se méfie de l'échec potentiel, bref, on va préférer les valeurs sûres pendant un petit moment au détriment de la prise de risque. Et si vous n'êtes pas d'accord avec l'Oncle Todd, Bob Iger a tenu récemment des propos comparables dans un état des lieux tout récent, à l'occasion du dernier sommet actionnarial du groupe Disney.
 
"Je dirais que nous allons surtout nous concentrer sur les suites et les franchises dans l'immédiat. Compte tenu de l'environnement du moment, et de ce qui fonctionne dès lors qu'il s'agit de motiver les gens à sortir de chez eux pour aller au cinéma. La chose intelligente à faire, c'est de se recentrer sur les valeurs sûres. Nous avons cherché à augmenter le volume des abonnements sur le streaming à l'international, et au fil de cet objectif, certains studios ont perdu de vue leur objectif principal. Donc la première décision que nous avons appliqué pour résoudre ce problème a été de réduire le volume, de réduire la quantité de productions, et oui, cela comprend les productions Marvel."

Bien entendu, personne ne s'attendait à une décision différente de la part de Bob Iger. Si le président historique du groupe affiche ce discours de fermeté, ouvertement assumé, il convient d'entendre cette prise de parole comme un message adressé aux actionnaires, pour créer de la confiance - en résumé, "promis, les dépenses superflues de la période streaming sont terminées, on ne fera plus que ce qui fonctionne, et on a bien compris que les gens s'intéressaient moins aux films de super-héros pour le moment." Et cette stratégie fonctionne. L'action Disney est d'ores et déjà repartie à la hausse, à hauteur de 7% dans la foulée de ce dernier sommet actionnarial. Un partenariat avec Fortnite, une association avec Warner Bros. pour le sport, un nouvel investissement dans ESPN, les experts de Wall Street estiment que le navire est reparti sur de bons rails... même si les décisions considérées comme "encourageantes" n'ont pas un rapport direct avec la production de contenu, séries télévisées ou longs-métrages. 
 
A croire que l'investisseur moyen a la mémoire courte. Car enfin, si les pontes de Disney ont décidé de faire sauter Bob Chapek de son fauteuil de président, en considérant que celui-ci était le premier responsable des pertes de Disney+ pendant la période COVID, on se demande bien pourquoi personne n'a réclamé la tête de celui qui aura tout de même lancé la plateforme Disney+ sans aucune garantie de retour sur investissement, ou validé les plans de Marvel Studios pour la Phase 4. De la même façon que si la crise des super-héros en est rendue à un tel point de gravité que Bob Iger se sent obligé de nommer individuellement Marvel dans la liste des sujets de friction, Kevin Feige reste solidement cramponné à son poste. Ce qui est : curieux. Compte tenu de la façon dont fonctionne ce petit empire au sein du grand empire, on aurait pourtant du mal à trouver un autre coupable à pointer du doigt pour expliquer l'échec d'Ant-Man 3, de The Marvels ou de Secret Invasion
 
Bien sûr, Bob Iger aurait du mal à entrer dans les détails de ce sujet épineux sans risquer de trébucher sur les causes profondes de la fameuse "fatigue" des super-héros - quand il est finalement beaucoup plus simple de parler de "surproduction", de dire que le vrai problème, c'est la "quantité" et pas la qualité de ce qui a été proposé au public, ou même de se demander pourquoi Disney ou Marvel ne pourraient pas produire pour moins cher en misant sur une rentabilité plus modeste, mais plus probable. Parce qu'ouvrir cette porte reviendrait à admettre qu'un dingue a validé un chèque de 200 millions de dollars pour Secret Invasion, et que cette personne n'a pas été foutue à la porte dans la foulée. En somme, pour les temps futurs : moins de Marvel, plus de Toy Story. Et du sport, évidemment.
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Nova : Marvel Studios (encore et toujours) au travail sur une adaptation du héros cosmique

Ecrans
Si le marché indépendant reste le champion toute catégorie des arlésiennes (pensez à The Crow, Red Sonja, etc), les grands studios ...

Bob Iger explique que certains projets Marvel Studios ont d'ores et déjà été annulés en secret

Brève
Le message est constamment martelé, martelé et martelé depuis plusieurs mois : Disney ne va plus prendre le moindre risque d'ici ...

Bob Iger oublie curieusement de nommer Thunderbolts et Blade en parlant du programme 2025 de Marvel ...

Brève
Faut-il y voir une sorte de foreshadowing dans les déclarations récentes de Bob Iger, grand patron de Disney ? Rien ne pourrait être ...

The Marvels : Bob Iger attribue l'échec du film à ''un manque de supervision'' du fait d'un ...

Ecrans
C'est désormais une certitude : le film The Marvels va entrer dans l'histoire comme l'échec le plus conséquent de la ...

Au sujet des grèves, Bob Iger déclare finalement que tout va s'arranger

Ecrans
A Hollywood, les grèves se poursuivent, et la guilde des producteurs (AMPTP) n'entend pas céder un pouce de terrain aux ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer