Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
La série Gun Honey s'offre une suite : Blood for Blood, avec une première couverture de Stanley ''Artgerm'' Lau

La série Gun Honey s'offre une suite : Blood for Blood, avec une première couverture de Stanley ''Artgerm'' Lau

NewsIndé

A l'ombre des maisons d'édition spécialisées dans la bande-dessinée, la société Hard Case Crime, une filiale intégrée aux propriétés de Titan Books, livre régulièrement différentes propositions originales dans le registre du polar. Une spécialité locale : fondées par l'entrepreneur Charles Ardai, les éditions HCC se sont données pour mission de raviver l'esprit des romans de gare, des magazines pulp et de la fiction hard boiled des années quarante, cinquante, jusqu'aux années soixante pour quelques essais dans le genre de l'espionnage. Le catalogue maison comprend plusieurs boulots de Stephen King, Max Allan Collins, Christa Faust, Richard Stark, et de nombreuses couvertures de grands illustrateurs américains, parmi lesquels le géant Robert McGinnis.

De son côté, le département comics de Hard Case Crime se compose surtout d'adaptations en bande-dessinées de plusieurs grands romans policiers, à l'image de la saga Millenium ou des bouquins Ms. Tree de Max Allan Collins. Quelques créations originales sont aussi mises en chantier de temps à autres, à l'image de Gun Honey, série entamée par le fondateur de l'entreprise Charles Ardai lui-même en fin d'année dernière, illustrée par le dessinateur Ang Hor Kheng. Le projet aura droit à une suite cette année après l'édition en album des premiers numéros.

Le Velvet des fans d'American Pie

Gun Honey s'intéresse aux aventures de Joanna Tan, une spécialiste de la contrebande d'armes capable de trouver n'importe quel engin de mort et de le livrer à un commanditaire contre une somme importante. L'héroïne, du mauvais côté de la loi, a toutefois fini par accepter de travailler pour le gouvernement américain après avoir livré le mauvais flingue à la mauvaise personne. Lorsque l'un de ses clients, un individu dangereux, s'évade de prison par sa faute, Tan va se lancer à sa poursuite et tenter de minimiser les dégâts liés à son activité professionnelle.
 
Si la première série était apparemment fière d'afficher les commentaires élogieux de plusieurs grands écrivains sur ses couvertures et quatrièmes de couv' (en vantant notamment l'approbation d'Ed Brubaker, Stephen King et, encore et toujours, Max Allan Collins), il serait intéressant de se demander si l'aura de Charles Ardai, ou la pelletée de contacts de ce président-fondateur d'une maison d'édition chère aux coeurs des fans de polar dans le corpus anglo-saxon, n'a pas eu son rôle à jouer dans cette validation générale de scénaristes talentueux. Pour ce second ballon d'essai, Hard Case Crime mise encore sur cette validation des pairs pour vendre l'événement du retour, mais celui-ci reste à contextualiser. 
 
Sur le papier, Gun Honey n'était effectivement pas une mauvaise une série, mais le projet avait contre lui de confondre l'érotisme inhérent à la fiction des espions d'une certaine époque avec la vulgarité des comics pour adolescents édités dans des structures ouvertement racoleuses. Une sorte de formule d'alchimiste qui aurait foiré après avoir tenté de mélanger les styles de Greg Rucka et Frank Cho - ou une BD de Greg Rucka si Greg Rucka n'avait jamais eu de vie sexuelle.
 
Mettons que la technique de racolage par le sexe est un peu le vieux pote du collège de l'industrie des comics : ce n'est pas à lui qu'on va téléphoner dans les moments difficiles, mais, à force de le fréquenter depuis si longtemps, on finit par apprécier que sa passion pour les magazines masculins et les comédies universitaires de beaufs' à base de raids dans le vestiaire des filles a évolué vers de nouveaux sujets. Certains apprécient encore de l'inviter pour une pinte en terrasse de temps en temps, d'autres apprécient que les blagues de l'époque se soient affinées dans des formes plus inédites. Pour Gun Honey, certains étaient venus pour l'espionnage, d'autres pour les couvertures variantes - l'offre de la première série est assez équivoque de ce point de vue là, avec des géants comme Bill Sienkiewicz ou Robert McGinnis mis à côté de commandes plus explicites sur une certaine partie du public ciblé.
 
 
Ardai enchaînera donc avec un autre projet dans cet univers, Gun Honey : Blood by Blood. Tan se remet de sa dernière mission et disparaît des radars, jusqu'à ce qu'un rival jaloux de son talent décide de la faire accuser d'un meurtre qu'elle n'a pas commis. La sollicitation insiste déjà sur le sexy, et vante de premières couvertures d'Adam Hughes et Stanley Lau (Artgerm), qui a apparemment décidé de prendre le titre de la série au premier degré. 
 
Le premier numéro de cette nouvelle mini-série n'a pas encore de date de sortie pour le moment.
 
 
Corentin
est sur twitter
à lire également
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer