Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Disney explique ses pertes récentes par les mauvais résultats de Dark Phoenix

Disney explique ses pertes récentes par les mauvais résultats de Dark Phoenix

NewsCinéma

Il n'est une surprise pour personne qui a suivi l'actualité de constater que les résultats financiers de X-Men : Dark Phoenix, ultime opus de la saga mutante de la 20th Century Fox, auront été très mauvais au regard des productions super-héroïques hollywoodiennes. Et ces résultats, entre autres, sont pointés du doigt à l'heure où Disney dresse un bilan fiscal en demi-teinte sur les trois mois passés.

Bob Iger se sera en effet exprimé après que Disney pointe un manque à gagner de 170M$ sur le troisième quart de son année fiscale (une période qui s'étend de mars à juin 2019), et ce malgré les résultats astronomiques d'Avengers : Endgame ou d'un Aladdin - à mettre en parallèle d'un Dumbo qui aura lui fait un flop au box-office. 

En cause, Disney blâme donc les mauvais résultats de Dark Phoenix, qui aura peiné à amasser 252M$ (contre 200M$ de budget estimé) au box-office mondial, et également des films estampillés Fox de façon plus globale. Bob Iger s'exprime ainsi : "l'un des plus gros problèmes est que la performance de la Fox a été bien en dessous de ce qu'elle était, et bien en dessous de là où on pensait qu'elle serait lorsqu'on en a fait l'acquisition."

Dès lors, il faut s'attendre à de nouvelles décisions de la part de Disney qui ira encore trancher dans une partie des projets de la 20th Century Fox pour se concentrer sur ses grosses licences (Avatar, Planet of the Apes), alors que d'autres chantiers sont lancés pour la future plateforme Disney+. Iger a une fois de plus confirmé la main mise des personnages Marvel (Fantastic Four, X-Men et consorts) par Kevin Feige, et Variety suppute dans son article que le film New Mutants, bien qu'il ait été daté, pourrait voir une nouvelle fois sa sortie remise en cause des suites de ce mauvais bilan financier. 

Dans un paysage du divertissement de masse toujours fluctuant, il faudra s'attendre de plus en plus à ce que l'élaboration de projets (adaptés de comics ou non) soit de plus en plus tributaires des résultats financiers des gros studios. Une perspective pas forcément enthousiasmante pour la création artistique et surtout la prise de risque dans un milieu par souvent trop calibré. Gageons que le futur saura nous donner quelques contre-exemples.

Source

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Predator #1 : Le chasseur devient la proie dans la série d'Ed Brisson et Kev Walker

Preview
Il en aura fallu, du temps. Et ce qu'on a pris pour un décalage lié à une sorte de double-procès - lorsque les deux scénaristes à ...

Où l'on comprend enfin le système de paiement injuste des adaptation de comics contre les auteurs

Ecrans
Il y a un an tout pile - à trois jours près - la rédaction du Hollywood Reporter se penchait sur le système de répartition des ...

Crunchs, stress, payes dérisoires : les artistes des effets spéciaux furieux envers Marvel Studios

Ecrans
A chaque année, une enquête de plus sur les méthodes de travail du colosse Marvel Studios. L'année dernière, à la même date, le ...

She-Hulk : Attorney at Law : un premier trailer pour la série Disney+ confirmée pour cet été

Ecrans
Une année de plus pour la plateforme Disney+ et sa myriade de franchises. Lors d'une nouvelle conférence publique comparable au ...

Disney loue (pour 20 ans) le nom, le visage et les droits de Stan Lee (oui) via un contrat avec la ...

Actu Vo
Depuis la mort de Stan Lee, les vautours rôdent. Producteurs, chaînes de télé', marchands de jouets, une large panoplie d'entrepreneurs ...
Commentaires (8)
Vous devez être connecté pour participer