Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Spawn : Todd McFarlane laisse une ''dernière'' chance à Hollywood pour l'adaptation (avant d'essayer ailleurs)

Spawn : Todd McFarlane laisse une ''dernière'' chance à Hollywood pour l'adaptation (avant d'essayer ailleurs)

NewsCinéma

Avec la nouvelle année, le projet de film Spawn prend encore un peu plus de poussière. Depuis bientôt dix ans, Todd McFarlane, créateur du personnage en comics, espère pouvoir développer une adaptation basée sur son fils préféré - et depuis bientôt dix ans, le dessinateur se heurte à la lenteur notoire du pipeline traditionnel. A Hollywood, les projets de ce genre prennent du temps. Les premiers traitements laissent place à de premières versions du script, qui accouchent de nouvelles versions du script, avant de se décider sur un metteur en scène, une équipe, de commander des corrections, d'attendre une vedette qui aura son mot à dire sur les détails du scénario...

Development Hell(spawn)

Vous connaissez la formule. Le cinéma des comics est loin d'être étranger à ces problématiques de retard à l'allumage - en particuliers pour les "petits" personnages qui ont déjà eu droit à une adaptation plus ou moins réussie, comme The Crow ou Red Sonja. Malgré son statut d'icône en comics, Spawn n'appartient pas à un conglomérat, contrairement aux vengeurs costumés de Marvel ou de DC Comics, ce qui signifie que McFarlane a dû arpenter un sentier différent pour cette longue aventure. Aux dernières nouvelles, l'artiste avait confié l'adaptation aux bons soins de Blumhouse... mais malgré l'optimisme de Jason Blum, le président du studio, le lancement de la production est encore et toujours remis à plus tard.
 
En interview avec la rédaction de ComicBook (après être déjà passé par nos colonnes, pour afficher un air... mettons, déterminé, mais réaliste), Todd McFarlane a décidé de ne plus attendre le feu vert d'un studio ou d'un distributeur. Si Blumhouse n'avance pas rapidement sur le film Spawn, alors, le créateur est prêt à tenter sa chance ailleurs. Quitte à opter pour une mécanique encore plus indépendante, en imitant la stratégie de petites sociétés comme Millennium Media : tourner le film avec des financements externes, et ensuite, le vendre à un distributeur. Une tactique risquée, et qui aurait le désavantage de limiter la diffusion de cette adaptation, mais McFarlane en a visiblement assez d'être coincé dans les couloirs.
 
Ses propos furent les suivants :
 
"En 2024, ça passe ou ça casse, ok ?Je vais donner à Hollywood la meilleure chance de faire ce film. Et si ça ne marche pas, j'ai beaucoup d'investisseurs extérieurs qui attendent de pouvoir monter à bord. Donc j'essaye de voir si on peut le faire dans les bonnes normes de la structure hollywoodienne. Mais si ce n’est pas possible, il y a eu de nombreux exemples, et même en fait, quelques cas assez représentatifs sortis l’année dernière, où des gens sont sortis des sentiers traditionnels et ont réussi. C'est même fréquent avec les films indépendants : vous faites votre film et vous trouvez simplement un distributeur. Et ça, je peux le faire en un clin d’œil.

Je croise les doigts, je vais donner une dernière chance et toute ma confiance aux équipes qui doivent se cantonner aux limites d'Hollywood. De toute évidence, Jason Blum est l’un des meilleurs pour faire avancer les choses. Ils me disent que je peux lire le script ce mois-ci, donc l'e-mail est parti, cette semaine, pour leur rappeler qu'ils me l'ont promis. Quelque chose est censé arriver, quelque chose va arriver, je le sais. Quelque chose va se produire parce que si je n'arrive pas à avoir ce que je veux via le système classique, j'irai le chercher en dehors. Je me connais assez pour savoir que ça ne m'arrêtera pas. Mais, j'espère, nous pourrons trouver un accord qui gardera dans la boucle toutes les personnes qui ont travaillé sur ce projet au fil des années."

Un pari tendu, et qui risque de repousser encore l'échéance... mais à force, peut-être que McFarlane estime qu'il s'agit de la seule solution, s'il ne veut pas voir le film Spawn sortir à l'aube de ses soixante-dix ans.
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

La mini-série Violator : Origin (Spawn Universe) démarre en août 2024 chez Image Comics

Actu Vo
L'univers de Spawn s'étendra considérablement tout au long de l'année 2024, avec une bonne dizaine de titres qui se répartissent sur ...

Comics et IA : avec l'affaire #Spawnuary, toujours plus d'inquiétudes pour le secteur

Actu Vo
Cette fois, il ne s'agit plus d'une suspicion depuis les réseaux sociaux. La rédaction de BleedingCool a pris le temps de faire ...

La série Rat City (Spawn) d'Erica Schultz et Zé Carlos commence à se montrer

Actu Vo
Dans le cadre d'une vaste expansion de ses publications Spawn baptisée "New U" et qui fait suite à la sortie de Spawn #350 en ...

Spawn #350 et l'expansion du Spawn Universe : la grande interview avec Todd McFarlane !!

Interview
Ce n'est quand même pas bien banal, il faut le reconnaître, de pouvoir recevoir à quelques mois d'intervalle un aussi grand créateur ...

Spawn : le 350e (!) numéro de la série régulière se dévoile, avec Brett Booth aux dessins

Actu Vo
Que le temps passe vite : c'était, de mémoire de journaliste, il n'y a pas si longtemps qu'on rédigeait des articles pour faire par de ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer