Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Le groupe AT&T défend la vague de licenciements récents et annonce des retards pour le cinéma

Le groupe AT&T défend la vague de licenciements récents et annonce des retards pour le cinéma

NewsCinéma

Au lendemain d'une vague (massive) de licenciements chez DC ComicsDC Universe et DC Direct, trois branches du groupuscule DC Entertainment sur différents fronts, édition, production audiovisuelle et merchandising, la question de l'avenir de l'entreprise se profile devant une série de restructurations enchaînées. Il y a deux ans, Pam Lifford était nommée à la tête de DC Entertainment, avant que la branche Vertigo Comics ne soit condamnée une année plus tard avec une remise à plat très générale de la production de BDs en "labels", et puis, enfin, Dan DiDio, meneur historique de DC Comics, était mis à la porte en début d'année. Une gradation de mauvaises nouvelles susceptibles d'alerter le public sur la situation en interne - voire plus généralement, sur le nouveau statu quo d'une sous-société dans un consortium d'actifs dirigé par la gargantuesque AT&T.

La situation est évidemment un peu plus complexe à l'échelle du groupe, qui n'a probablement pas vocation à "sanctionner" DC Comics pour les New 52 ou Doomsday Clock. En parallèle de la charrette de licenciement annoncée dans la matinée d'hier pour cette (petite) section de WarnerMedia, AT&T se séparait aussi de Jeffrey Schlesinger, président de la distribution à l'international pour Warner Bros., Ron Sanders, président des opérations commerciales internationales pour Warner Bros. et Kim Williams, responsable du pôle financier de Warner Bros.. Il y a quelques jours, Bob Greenblatt, ancien "chairman" de WarnerMedia embauché pour gérer la restructuration du groupe après le rachat par AT&T et superviser le lancement de la plateforme HBO Max, était lui-aussi mis à la porte, de même que le président de TNT, TruTV et TPBS Kevin Reilly.
 
Cette avalanche de têtes coupées à plusieurs postes importants correspond à la nouvelle structure commandée par AT&T pour le groupe WarnerMedia - dans cette optique, la mort de DC Universe correspond forcément à une nouvelle tactique de groupe tournée vers le divertissement domestique, et les énormes attentes fondées sur HBO Max dans la guerre du streaming qui se joue depuis quelques mois. Le directeur administratif et financier (CFO) d'AT&T, John Stephens, a tenu à prendre la parole pour justifier cette vague de nouveaux chômeurs dans le cadre d'une conférence de presse en vidéo, armé de l'habituel blabla enseigné en école de commerce pour assurer que tout va bien, que la direction est claire et que le "projet" est, somme toute, cohérent avec les objectifs définis au départ.
 
"Je vois plus [cette réorganisation] comme une façon de reconcentrer l'activité de la compagnie." a assuré le CFO, en évoquant le besoin d'une stratégie commune à l'international et d'éviter que chaque branche opère individuellement. "Cette transition est rude, et beaucoup de braves gens ont été impliqués dans le processus. Cette transformation a pour but d'améliorer les choses, pas parce que nous avons besoin de corriger quoi que ce soit, mais plutôt parce que nous nous efforçons de faire encore mieux, d'avoir des résultats encore meilleurs que ce que WarnerMedia a connu jusqu'ici."

En ce qui concerne le calendrier de sortie des films de Warner Bros. pensés pour le cinéma, Stephens explique que certains retards seront encore à prévoir avec la situation sanitaire actuelle. Les projets en question ne sont pas précisés, attendu que le studio dans son ensemble reste tributaire de l'évolution de l'épidémie aux Etats-Unis (comme à l'international) et que la priorité est à HBO Max en interne, selon le discours officiel.
 
Reste encore à attendre un faisceau d'annonces plus directement ciblées sur DC Entertainment au-delà de ces premières mises à pied. Pour l'anecdote, là-encore, les pontes d'AT&T promettent que ces licenciements n'empêcheront pas la marque de "croître" et que tout est pensé pour aller vers le mieux. Ne pas embaucher de chief creative officer pour diriger la marque au-delà de Jim Lee, reconcentrer les priorités du moment sur le lectorat jeunesse et le licenciement de Mark Doyle seraient donc en réalité de bonnes nouvelles dont le lectorat devrait se réjouir en attendant impatiemment les annulations probables dans la ligne principale - à vous de nous dire : êtes vous réjouis ?
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Black Adam : toujours plus de bagarre dans les derniers spots TV du film DC Comics

Ecrans
Les semaines s'enchaînent sans temps mort, et avec la venue de l'automne s'annonce aussi celle du film Black Adam dans nos salles de ...

Batman : Caped Crusader : J.J. Abrams et Matt Reeves ont rencontré Apple, Netflix et Amazon

Ecrans
Il y a quelques semaines, HBO Max décidait de passer la main sur la série Batman : Caped Crusader de Bruce Timm. Mais, bonne ...

Warner Bros. Discovery prépare un Constantine 2 avec Keanu Reeves de retour dans le rôle

Ecrans
Qu'est-ce-que c'est que cette bouillabaisse ? Au coeur de l'infatigable feuilleton de la gestion de DC Comics au sein des (nouveaux ?) ...

Sony Pictures repousse les sorties des films Madame Web et Kraven the Hunter

Ecrans
On s'est moqués de Warner Bros.. Et c'était drôle. Mais en définitive, peut-être que l'énième séquence de retard imposée à Shazam ...

Joker : Folie à Deux : au tour de l'acteur Jacob Lofland (Mud) de monter à bord du projet

Ecrans
Contre vents et marées, la production de Joker : Folie à Deux avance bien. Le prochain film de Todd Phillips commence même à ...
Commentaires (4)
Vous devez être connecté pour participer