Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Sony serait prêt à rompre son accord avec Marvel si Spider-Man : Far From Home n’engrangeait pas un milliard de recettes

Sony serait prêt à rompre son accord avec Marvel si Spider-Man : Far From Home n’engrangeait pas un milliard de recettes

NewsCinéma

Les réalités d'Hollywood prennent parfois des airs de grande fresque clanique, ou d'une saga de fantasy à la George Martin faite de conflits, de guerres ou d'annexions. A une époque où la royauté de Disney étendait son ombre imposante sur différentes provinces anciennement indépendantes, le royaume voisin, Sony, signait avec son ancien ennemi un pacte d'alliance pour unir deux pans de leurs armées de communicants, de studios et d'agents de promo' autour de Spider-Man il y a quelques années. Le but avoué de l'un et l'autre étant d'amasser un maximum de biff', et là s'arrête la noblesse de l'allégorie. 

En réalité, il serait sans doute plus juste de comparer Sony et Marvel à deux parents d'un enfant star en pleine instance de divorce. Chacun cherchant à tirer le gamin de son côté, en comprenant que celui qui aurait la garde pourrait s'inventer imprésario ou récupérer une meilleure pension alimentaire. Tout en cherchant à intégrer le petit Peter à leurs propres familles recomposées, l'un en forçant le trait sur l'angle "héritier d'Iron Man", et l'autre quémandant toutes les deux semaines un droit de visite pour faire se rencontrer le gamin avec son cousin Venom, un peu en retard pour son âge. 
 
Les tractations de ce grand feuilleton d'avocats, de rencontres, de déclarations par presse interposée auront fait parler les analystes comme la presse spécialisée depuis les premiers temps de Captain America : Civil War, et se poursuivent périodiquement tandis que Sony n'a toujours pas renoncé à l'idée de placer Tom Holland (ou tout autre Peter) dans Venom 2 ou Morbius, contre l'avis de Kevin Feige. Du point de vue du partage des recettes, l'accord a toujours été explicite : Sony conservant l'ensemble des bénéfices de chaque film Spider-Man produit par Marvel Studios, tandis que Marvel récupérait l'intégralité des billets amassés sur la vente de produits dérivés.
 
Par-delà cette première entente, le reste des closes détaillées auront toujours été tenues au secret à quelques exceptions. On sait, par exemple, que les deux compagnies se sont toujours entendues sur des objectifs chiffrés - à titre d'information, alors que Sony est censé payer à Marvel un coût de 35 millions de frais d'utilisation de la licence à chaque nouveau film Spider-Man, on avait appris que pour Homecoming, cette facture serait annulée si le film de Jon Watts réussissait à dépasser les 750 millions de dollars de recettes. Une sorte d'incitation à jouer le jeu, pour contraindre Sony à participer à la promo' et aux coûts publicitaires et s'éviter ainsi de payer le fameux droit d'entrée.
 
Une autre close a récemment été révélée par le journaliste Richard Rushfield, éditorialiste spécialisé dans l'observation des industries de divertissement. Ce-dernier affirme que l'accord original entre Marvel et Sony stipulait que "l'idée de départ était que si le second film Spider-Man atteignait le milliard de dollars de recette, Marvel Studios aurait le droit d'en faire un troisième. Dans le cas contraire, l'ensemble de la licence retournerait entre les mains de Sony." SlashFilm rapporte cette déclaration, en attestant du sérieux et de la longévité de Rushfield dans l'analyse des rapports entre les différents studios d'Hollywood. La source du journaliste serait "très haut placée".
 
Difficile de savoir si Sony et Marvel auraient formulé ainsi leur partenariat mutuel - malgré la puissance de la marque Marvel Studios, on aura jamais vu, pour le moment, de film Spider-Man franchir le milliard de dollars symbolique malgré la popularité du personnage dans le monde. Paradoxalement, au moment de la signature des contrats, le géant japonais ne s'était pas encore lancé dans l'exploitation de son propre Spider-univers, malgré la gestation des films Venom et Sinister Six. De son côté, Tom Holland aura toujours signé pour une trilogie de métrages en solo', et on imagine qu'indemniser le comédien vedette coûterait un certain prix, sans parler de la difficulté de lancer un troisième reboot de Spidey en une petite dizaine d'années.
 
Plutôt bien loti et avec un ensemble qui paraît avoir pris auprès du public, Sony n'aurait en fait que peu d'intérêt à revenir en arrière aujourd'hui, sinon pour mélanger, contre l'avis des fans, Tom Holland aux univers de Venom, Morbius et éventuels projets futurs. On peut cependant interpréter la phrase de Rushfield dans une autre perspective : celle du partage des recettes. L'idée pourrait être que Sony laisserait à Marvel le droit de finir sa trilogie, mais récupérerait les bénéfices des produits dérivés de Spider-Man en cas d'échec devant le crucial milliard.
 
La situation pourrait être plus claire si, justement, Feige échouait à placer son second film dans la lignée des Captain Marvel, Avengers : Endgame et Black Panther, trois métrages ayant établi des performances à neuf chiffres coup sur coup. 
 
Pour le moment plutôt bien parti, Spider-Man : Far From Home devrait passer les 700-800 millions cette semaine, et poursuivre sa route dans les semaines à venir pour tenter d'égaler ses prédécesseurs de la Maison des Idées. 
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Le Spider-Man sentai de la série Toei est bien prévu pour Spider-Man : Into the Spider-Verse 2

Ecrans
Entre 1978 et 1979, après avoir mis les mains sur les droits de Spider-Man, les studios Toei proposaient leur propre version du ...

Sony partage une nouvelle vidéo de J.K. Simmons en J. Jonah Jameson issue de Far From Home

Ecrans
Apparemment ravi de retrouver son rôle de rédac' chef vociférant, le brave J.K. Simmons aura bien profité de son passage dans les ...

Marvel partage les variantes de Spider-Man/Venom : Double Trouble #1

Actu Vo
Dès la semaine prochaine, pour l'ouverture de novembre, Marvel proposera le premier numéro de la série Spider-Man/Venom : Double ...

IDW relance le titre Marvel Action Spider-Man en janvier 2020

Actu Vo
Dans le cadre d'un de ces partenariats incestueux dont l'industrie des comics a le secret, IDW garde la main sur la franchise Marvel ...

Mike Allred, Chris Bachalo, Greg Smallwood : le numéro Spider-Man : Full Circle se paye quelques ...

Actu Vo
En parallèle des déclinaisons de routine de la série Spider-Man de Nick Spencer, Marvel proposera bientôt le numéro spécial ...
Commentaires (6)
Vous devez être connecté pour participer