Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
AT&T développe une offre à bas prix accompagnée de publicités pour HBO Max

AT&T développe une offre à bas prix accompagnée de publicités pour HBO Max

NewsCinéma

La plateforme HBO Max du groupe WarnerMedia/AT&T célébrera bientôt sa première année d'existence, sur un constat en demi-teinte. En décembre dernier, le service de vidéo-à-la-demande revendiquait 17,2 millions d'abonnés "actifs", en comprenant que les abonnés de la chaîne HBO, estimés à 41 millions, étaient d'ores et déjà éligibles à la plateforme HBO Max sans frais supplémentaires. Une sorte de format hybride qui recense donc les "activations" et les nouveaux abonnés, sur un marché déjà saturé où les prix sont de plus en plus tirés vers le bas.

It's not TV, It's HBO Max

Comparativement à Disney+ ou Amazon Prime Video, HBO Max est effectivement la plateforme la plus chère aux Etats-Unis avec un abonnement à 15 dollars par mois - soit un peu plus que Netflix, dont les différentes gammes de prix conduisent à une moyenne de 14 dollars pour la plupart des foyers équipés sur ce territoire. Jason Kilar, président de WarnerMedia, évoquait à l'occasion de Morgan Stanley’s Technology, Media & Telecom la piste d'une offre moins chère, accompagnée de publicités.
 
Ce-dernier explique que les pontes du groupe ont conscience du prix élevé, et chercheraient actuellement à réfléchir à une façon "élégante" d'intégrer un format publicitaire entre les programmes disponibles sur la plateforme, en vue de compenser une baisse de prix. Cette offre devrait être disponible d'ici la fin de cette année aux Etats-Unis. A voir comment s'en sortiront les ingénieurs de Warner Bros., la chimère des publicités s'étant déjà invitée plusieurs fois dans le débat du streaming, provoquant généralement l'ire des abonnés potentiels.
 
Si HBO Max ne devrait pas être disponible avant 2023 en France, l'enjeu que paraît devoir représenter ce nouveau territoire de la vidéo-à-la-demande a (déjà) un impact sur la consommation de produits culturels Warner Bros. de notre côté de l'Atlantique. Au hasard, la catastrophe Wonder Woman 1984 a déjà pu représenter un problème de cohérence de marque dans le cadre de cette dernière année de pandémie : avec des salles de cinéma fermées en France, le département Warner Bros. France fit le choix d'attendre une éventuelle réouverture plutôt que de risquer de se prendre les pieds dans le tapis de la chronologie des médias. Une main tendue vers le piratage, compte tenu de la facilité à obtenir les films disponibles en VOD sur les réseaux de téléchargement, sans perte de qualité.
 
Le problème risque encore de se poser en 2021, avec une situation différente entre les Etats-Unis et la France et la promesse de Warner Bros. de proposer l'ensemble du catalogue cinéma de cette année sur HBO Max, pour faire la publicité de la plateforme. Des correspondances de distribution devraient toutefois fonctionner cette année, avec l'exemple de la "Snyder Cut" de Justice League, enfin lancée en synchronicité pour éviter de favoriser l'offre illégale.
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Warner Bros. Discovery est le nom (original) de la compagnie née de la fusion de Warner Media et ...

Ecrans
Au courant du mois de mai, AT&T validait la séparation de l'entité WarnerMedia, acquise seulement trois ans plus tôt, pour permettre ...

AT&T valide une fusion entre les groupes WarnerMedia et Discovery Inc pour 2022

Ecrans
Les opérations de consolidation dans l'industrie du divertissement domestique sont loin d'être terminées. Après avoir déjà mis les ...

HBO Max revendique 17 M d'abonnés (en partie) grâce à Wonder Woman 1984

Ecrans
Le plan de Warner Bros. vis-à-vis de Wonder Woman 1984 et de sa sortie simultanée sur HBO Max ainsi qu'au cinéma semble avoir marché. ...

Une troisième vague de licenciements chez Warner/DC ?

Actu Vo
Allez, une chouette nouvelle pour la fin d'année (admirez l'ironie) ? Tout le secteur de l'industrie des comics a été fortement touché ...

Nouvelle vague de licenciements importants chez DC Comics

Actu Vo
Nous sommes en 2020. Par définition, toute bonne nouvelle doit donc venir avec son lot de mauvaises nouvelles. C'est en tout cas (encore ...
Commentaires (1)
Vous devez être connecté pour participer