Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Le producteur de Sin City 2 attaque Frank Miller en justice à propos du film Hard Boiled

Le producteur de Sin City 2 attaque Frank Miller en justice à propos du film Hard Boiled

NewsCinéma

Second passage devant les tribunaux en moins d'un an pour Frank Miller, du côté des accusés cette fois ci. Le producteur Stephen L'Heureux intente un procès à l'artiste, lui réclamant 25 millions de dollars de dommages et intérêts pour la gestion des droits d'exploitation sur les adaptations de Sin City et Hard Boiled. Slenn Thomas, responsable de la micro-entreprise Frank Miller Inc., structure chargée de la vente ou location des droits d'auteurs pour la bibliographie du géant, est aussi concerné par cette action en justice.

Les avocats de L'Heureux accusent Frank Miller et ses équipes de s'être "engagés dans une campagne de dénigrement systémique à l'égard de L'Heureux, en dépit d'accords signés et d'une compensation accordée à Frank Miller et Geof Darrow pour les droits d'exploitation de Sin City et Hard Boiled, d'avoir attenté à sa réputation et d'avoir volontairement interféré dans la production" de ces projets de films ou de séries. Ou plus simplement, quoi que les détails ne soient pas particulièrement explicites, l'équipe de L'Heureux reproche à Miller d'avoir tenté, avec succès, d'empêcher la production du film Hard Boiled. La somme exigée de 25 millions correspond à une estimation des profits supposés pour ce projet et la série télévisée Sin City, en développement pendant un temps.
 
En 2009, L'Heureux avait suffisamment avancé sur l'adaptation de Hard Boiled pour commencer à rencontrer différents metteurs en scène potentiels, parmi lesquels le réalisateur français Louis Leterrier. Miller serait intervenu (d'une façon ou d'une autre) dans le processus créatif pour freiner la production de ce long-métrage, alors que lui et Darrow avaient alors reçu 250 000 dollars pour l'achat des droits. Une fois le film mort et enterré, l'ensemble de cette somme fut, bien entendu, restituée.
 
Les avocats de L'Heureux affirment que les ingérences de Miller seront prouvées pendant le procès, sans avancer de preuves particulières ou de témoignages précis pour le moment. Cela étant, comme le rapporte Deadline, le cas Hard Boiled serait manifestement le seul cas concret dans lequel L'Heureux aurait éventuellement pu être floué : l'annulation du projet de série télévisée Sin City serait en effet à mettre sur le compte de la banqueroute (historique) de la Weinstein Company après l'affaire Harvey Weinstein. Pour rappel, Miramax et Troublemaker, filiales de l'empire Weinstein, s'étaient chargés de la production des deux films Sin City, et la Weinstein Company avait assuré la distribution aux Etats-Unis.
 
Pour peu que l'action en justice repose sur des faits concrets, on comprendrait mieux pourquoi l'adaptation de Hard Boiled n'a pas été en mesure de se monter - la découverte serait toutefois surprenante, attendu que Miller et Darrow eux-mêmes ont perdu de l'argent en renonçant à ce projet. Au-delà même des 250 000 dollars, les adaptations de comics ont aussi la capacité de pousser des bouquins sortis il y a longtemps, motiver des réimpressions tardives et promouvoir les artistes responsables, de la même manière que le premier film Sin City. Pour rappel, Miller et Darrow avaient accepté de signer avec Fox Kids pour proposer un dessin animé basé sur leur autre projet commun, Big Guy & Rusty the Boy Robot, les deux compères ne sont donc pas opposés à la récupération de leurs oeuvres par le cinéma ou la télévision, sur le principe.
 
Cela étant, si Frank Miller a bien fait barrage à une adaptation de Hard Boiled par Louis Leterrier, en acceptant de renoncer aux brouzoufs promis en échange, on a envie de dire "merci papy", et qu'on ira racheter l'édition Futuropolis de l'an prochain. Sans manquer de respect au metteur en scène de L'Incroyable Hulk, à l'image de ces affreux projets de film Akira à Hollywood, il y a simplement des choses auxquelles seuls les grands ont le droit de toucher. Pour l'heure, à la justice de trancher entre le producteur et l'auteur, en comprenant que ce procès pourrait bien foutre un Miller de soixante-trois ans sur la paille en cas de défaite. Reste à espérer que le juge préfère le premier Sin City au second.
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Frank Miller s'intéresse à son tour à la vente de NFTs avec un Marv de Sin City

Actu Vo
Les différentes industries de la culture semblent s'être accordées dans une direction : les NFTs (ou jetons non fongibles) représentent ...

Frank Miller exclu de la convention Thought Bubble au Royaume-Uni pour son travail islamophobe

Actu Vo
Le passé de Frank Miller a fini par le rattraper. Si DC Comics s'est acharné à tenter de réhabiliter le dessinateur au fil de ...

Cursed : La Rebelle est annulée par Netflix après une seule saison

Ecrans
En parallèle de la mise en route de nouveaux projets comme les adaptations de Mech Academy ou Something is Killing the Children, le géant ...

Zack Snyder a écrit un dernier film 300 sur Alexandre le Grand refusé par Warner Bros.

Ecrans
Zack Snyder serait donc bien condamné à accoucher de sagas orphelines. Pendant que Warner Bros. maintient ses positions sur ...

Joe Carnahan avait proposé une trilogie de films Daredevil à la Fox, inspirée de Frank Miller

Ecrans
Pour l'industrie des adaptation de comics, énormément d'idées fascinantes paraissent avoir été enterrées un peu vite dans cimetière ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer