Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
En définitive, Disney accepte de reporter le lancement français de Disney+ au 7 avril

En définitive, Disney accepte de reporter le lancement français de Disney+ au 7 avril

NewsSeries tv

Dans la soirée d'hier, la rédactions des Echos publiait une tribune détaillant les risques pesants sur l'internet français avec le lancement prochain de la plateforme Disney+. Les réseaux du web, saturés, compartimentés dans un certain volume de bande passante disponible, risquaient de tomber en surcharge, menaçant ainsi toutes les autres utilisations du réseau par-delà la seule pratique du streaming (plus de détails ici). 
 
Les opérateurs et fournisseurs d'accès auront, à cet égard, lancé un appel de détresse : suite à une forte et soudaine augmentation du trafic, liée au confinement, le gouvernement sera intervenu pour persuader Netflix, principal fournisseur de vidéos à la demande, de baisser la qualité de ses contenus pour fluidifier et alléger les échanges de données. En ce qui concerne Disney+, les autorités avaient tenté de convaincre le groupe Disney de reporter de quelques semaines le lancement de la plateforme, le temps de réguler les problèmes de trafic et de ne pas surcharger le réseau au pic de la crise sanitaire actuelle.
 
Après un premier refus, l'entreprise opte finalement pour remettre à plus tard l'ouverture de Disney+ au public français. La plateforme s'annonce désormais pour le 7 avril prochain. Plusieurs internautes intelligents ont déjà pris le temps de réagir à cette nouvelle, avec la mesure et le recul que l'on connaît chez l'utilisateur lambda - en reflet de ce caprice, l'énorme poids de la marque Disney dans le monde et la frustration du confinement empêcheront sans doute, pour beaucoup, de comprendre les raisons de ce retard, liée à de saines précautions pour maintenir en bon état le web français (utile aux entreprises, aux particuliers, mais aussi aux hôpitaux pour l'échange d'information). 

 
 
Derrière les premières menaces - prévisibles - de boycott, on aurait donc envie de saluer la décision du groupe, prêt à un compromis en dépit de lourdes pertes sur le plan boursier depuis le début de l'épidémie. Les futurs abonnés auront toujours la possibilité de se décaler sur Prime, Netflix, OCS, Canal+ ou autre plateformes disponibles sur le marché (le temps de patienter pour revoir La Belle et le Clochard, ou autre besoin urgent du même ordre). 
Corentin
est sur twitter
à lire également

Disney+ annonce Secret Society of Second-Born Royals, un film de jeunes super-héros

Ecrans
Pour occuper l'été, Disney a été piocher dans ses obsessions habituelles pour le film Secret Society of Second-Born Royals, à ...

The New Mutants : les crédits seront illustrés par Bill Sienkiewicz

Brève
Une petite information qui fera plaisir aux fans de comics concernant le film The New Mutants. Prévu pour le 26 août dans nos salles de ...

The New Mutants : le listing VOD était une erreur, une sortie cinéma toujours prévue, selon le ...

Ecrans
Décidément, le feuilleton autour de la sortie de The New Mutants n'est pas prêt de s'arrêter. Il y a quelques jours, la sortie ...

The New Mutants : sans date de sortie, le film continue de se présenter en images

Ecrans
Dans le grand bal des reports de sorties de films au cinéma, des conséquences de la pandémie de Covid-19, le grand absent reste ...

X-Men : Dark Phoenix est le plus gros échec de l'an dernier avec 133 millions de dollars de pertes

Ecrans
Avec la clôture de l'année fiscale, la rédaction de Deadline s'est amusée à énumérer les quatre films les moins rentables de ...
Commentaires (6)
Vous devez être connecté pour participer