Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Steve Orlando et Philip Kennedy Johnson s'attaquent au sujet de l'homosexualité dans la MMA chez AfterShock

Steve Orlando et Philip Kennedy Johnson s'attaquent au sujet de l'homosexualité dans la MMA chez AfterShock

NewsIndé

Avec le MidnighterSteve Orlando s'était déjà attaqué, en surface, aux thématiques de l'homosexualité dans les milieux (virils) des super-héros, super-vilains et autres domaines dominés en majorité par l'exigence du muscle et une très faible représentation des personnages LGBT. Le scénariste, habituel collaborateur de DC Comics, s'associe à Philip Kennedy Johnson (The Last God) et l'artiste Alec Morgan pour prolonger cette réflexion dans un environnement plus réel - les compétitions de MMA.

Chez AfterShock Comics, les trois créateurs proposeront dès l'année prochaine le roman graphique Kill a Man, qui s'intéressera au combattant, fictif, James Bellyi, inspiré par le héros de Ryan Coogler dans la saga RockyAdonis Creed. Fils de combattant, le héros porte l'héritage de son paternel, tué sur le ring. Avec une petite nuance : James est homosexuel, son père était homophobe, et le jeune homme aura toute sa vie gardé le secret de son orientation. 
 
En chemin vers le titre de champion, la sexualité du héros est révélée par son adversaire. Sa famille va alors lui tourner le dos et ses sponsors vont l'abandonner. Ne lui reste alors qu'une seule chance de victoire : se tourner vers le seul combattant capable de l'aider, celui qui aura tué son père dans l'arène ("Booba ?", les gars, restez sérieux, c'est solennel comme moment). 
 
Orlando et Johnson assument tous deux les références évidentes au mythe de Rocky et la symbolique de Creed, un jeune héros noir prenant la suite d'une saga résolument américaine. Tous deux évoquent la portée politique de ce message, dans un environnement aussi codifié que le monde du sport de combat et la tradition de virilité et de masculinité prônée par ses vedettes et l'apparat général - à ce sujet, Philip Kennedy Johnson rappelle que, à une heure où la Cour Suprême des Etats-Unis étudie actuellement la légalité des licenciements basés sur l'orientation sexuelle, les oeuvres de fiction ont elles-aussi un rôle à jouer pour lutter contre les discriminations et l'obscurantisme général qui sévit toujours aux Etats-Unis (comme ailleurs).
 
Le roman graphique Kill a Man est attendu pour l'été 2020 chez AfterShock Comics.
 

Galerie

Corentin
est sur twitter
à lire également

Hulu prépare une adaptation en série du comics A Calculated Man (Alberto Albuquerque)

Ecrans
L'industrie du divertissement de masse n'attend plus pour investir sur les adaptations. Rente plus ou moins fiable, presque hasardeuse, le ...

Garth Ennis retrouve Russ Braun pour la suite de Jimmy's Bastards chez AfterShock Comics

Actu Vo
Garth Ennis se réintéresse à sa parodie grinçante du personnage de James Bond. Il y a quelques années, le scénariste s'était ...

Zac Thompson (Yondu) s'intéresse à une secte canadienne dans la série The Brother of All Men

Actu Vo
Grand habitué des éditions AfterShock Comics, Zac Thompson, également scénariste régulier chez Marvel, annonce sur les réseaux ...

Ed Brisson s'associe à Gavin Guidry pour un thriller chez AfterShock, There’s Something Wrong ...

Actu Vo
En parallèle de ses différents projets sous contrat chez Marvel, Ed Brisson s'accorde de temps à autres une petite création ...

AfterShock Comics annonce la série Dogs of London de Peter Milligan

Actu Vo
Décidément à l'aise chez AfterShock Comics, Peter Milligan développe encore un projet inédit à l'horizon du mois de mai 2022. Et ...
Commentaires (1)
Vous devez être connecté pour participer