Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Kaijumax Livre 2 : géant parmi les géants

Kaijumax Livre 2 : géant parmi les géants

ReviewIndé
On a aimé• Un imaginaire toujours aussi débordant
• Le meilleur du récit carcéral, avec des monstres
• Brillant dans sa mise en scène
• Et dans sa capacité à se renouveler
On a moins aimé• Pas assez d'Electrogor
Notre note

Au courant de l'été 2019, Bliss Editions qui commençait son opération de diversification éditoriale, amenait dans son sillon le Kaijumax de Zander Cannon. Imposant dans la taille (de l'objet) et dans la densité de son intrigue et de son univers, le premier tome séduisait immédiatement. Le trait faussement enfantin du dessinateur n'était qu'un leurre pour nous amener dans un univers carcéral réinventé, où les prisonniers sont des monstres issus de tous les pans de la pop culture et des folklores existants. Entraînant, adulte et parfois particulièrement brutal, Kaijumax premier du nom ne nous donnait qu'une envie à sa conclusion : celle d'avoir la suite entre les mains. Deux ans après, Kaijumax Livre 2 est de sortie chez Bliss, et le constat est à nouveau sans appel : c'est un joyau. 

KAIJU IS THE NEW BLACK

Pour vous la refaire rapidement : Kaijumax, dont le nom est dérivé des prisons d'ultra haute sécurité supermax façon Alcatraz, est une prison à ciel ouvert, une île sur laquelle sont contenus des kaijus de toutes sortes. On retrouve évidemment des monstres repris ou dérivés directement des films de la Toho (Godzilla et consorts), mais Zander Cannon s'est fait depuis les débuts de la série un malin plaisir à aller retrouver des monstres venus de toutes sortes d'imaginaires. Quitte à les agrandir en taille s'il ne s'agit pas forcément de géants dans les contes ou oeuvres desquels les monstres sont tirés. Dans la première moitié de l'ouvrage, on suivra avec attention La Créature de la Crique du Diable, une chèvre a priori maléfique née de l'union de Satan avec une religieuse. Personnage discret et penaud déjà apparu dans le précédent volume, l'anti-héros est là pour nous plonger au coeur d'une guerre des gangs qui s'ourdit entre les Cryptides (des monstres inspirés par le folklore occidental) face aux J-pop (les kaijus originels, venus du Japon). La mort de Singe-Baleine dans le précédent volume laisse en effet les complots se faire pour tenter de renverser le jeune Whoofy, son fils, qui a du mal à s'imposer comme le nouveau chef des monstres dans la prison.


On ne change pas une recette qui fonctionne du tonnerre : dans cet univers peuplé de créatures étranges et géantes, Kaijumax continue de délivrer le meilleur du genre carcéral. Si Zander Cannon a ses personnages favoris, les péripéties incessantes des deux premières saisons (note : chaque volume de six numéros représente une "saison" ; le premier tome contenait les deux premières, le second contient les saison 3 et 4) font qu'on ne suit pas du début à la fin un seul personnage. L'auteur vogue auprès d'un casting toujours très large (si bien que l'on peut s'y perdre à de très rares moments), particulièrement celui qui, ici, reste dans Kaijumax. Contre l'ambiance Prison Break qui suivait l'évasion d'Electrogor dans le précédent volume, on revient dans le dur du dur, dans ce que Oz a fait de plus brillant, avec cette affrontement entre clans rivaux dans lequel la Créature est prise à parti. Rebut de son propre groupe, le pauvre erre, tente de se trouver des alliés, est exploité, témoin d'un assassinat, hésite à balancer. Implacable, l'histoire s'inscrit dans une très jolie tradition de descente aux enfers dans un milieu où la pitié n'existe pas. 

Le casting dans son ensemble est charismatique, Zander Cannon ayant la très bonne idée dans les bonus de fin de détailler ses diverses inspirations. De cette façon, on s'y retrouve dans les différents imaginaires convoqués par l'auteur, que l'on soit spécialiste des monstres de la pop culture ou non. Les designs de l'artiste sont toujours aussi réussis, et l'approche cartoon de Kaijumax continue de trancher radicalement, par son apparente légèreté, avec un propos mature, et une progression du récit qui ne fait que peu de concessions. Les trafics de drogue sont légion, l'addiction aux médicaments est évoquée, les relations entre surveillants et prisonniers sont aussi au coeur d'un récit qui n'oublie pas, malgré tous leurs vices, à rendre chaque protagoniste attachant. On se plaira tout autant à retrouver de vieilles connaissances au détour de certaines pages, tandis que l'on demandera à en voir plus sur quelques nouveaux arrivants - par exemple, le gang des Lapins lunaires, instantanément culte, bien qu'on ne les voit que sur une planche.


Ce qui fascine, c'est la capacité de Zander Cannon à savoir jongler entre de multiples sous-intrigues sans jamais perdre son lectorat. La toile narrative est savamment tissée, et les liens entre les personnages se font de manière organique. Cela passe même par une mise en scène qui aime à jouer sur les profondeurs de champs : le scénariste n'hésite pas à mettre dans une même case, mais sur deux plans différents, des groupes de personnages, et passe d'un dialogue (déconnecté) à l'autre pour faire évoluer des fils narratifs en parallèle. Ainsi, le lecteur ne perd pas de vue les prisonniers de Kaijumax, malgré leur nombre. 

La force de Kaijumax Livre 2 se trouve aussi dans sa saison 4 (donc : la seconde moitié de l'ouvrage), qui bascule complètement de tonalité puisque Cannon nous invite à découvrir la partie de l'île réservée aux prisonnières. Le point d'attache, sans trop en dire, est la médecin Zhang qui se trouve mutée dans cette partie de la prison. A nouveau, les inspirations télévisuelles, Orange is the New Black en tête, sont évidentes, et cette partie du voyage permet à l'auteur de se renouveler, tant dans ses thématiques, les designs des héroïnes, que dans son approche. Où l'on retrouve certes des aspects liés au fait d'avoir des personnages féminins (par exemple : la grossesse), mais Kaijumax n'en oublie pas de rester connecté au reste de son univers. Ainsi, les renvois aux évènements passés sont nombreux, et sont même la source de quelques grosses révélations, cruciales pour l'évolution des protagonistes. 


On se plaît dès lors à redécouvrir tout ce qui fait la force et le charme de Kaijumax. Le récit carcéral a été très largement exploré sur bien des supports, mais ce comicbook sait en distiller toutes les qualités, sans jamais se répandre dans les clichés. Le fait d'utiliser les monstres, même s'il y a des questions de gangs ou d'origines, permet de transcender les stéréotypes, tout en abordant des questions de société on ne peut plus vivaces (sur les addictions, mais aussi les rapports familiaux des détenus, la spiritualité et les phénomènes de sectes). Les rapports entre monstres et entre humains sont complexes, il n'y a pas de réel manichéisme, même si certains "méchants" sont particulièrement cruels, et le livre a de quoi retourner quelques âmes sensibles par moments. L'humour (noir, souvent) reste malgré tout présent, et Zander Cannon a un talent sans pareil pour faire vivre son univers, ses personnages, avec la même énergie qu'aux débuts, si ce n'est plus, avec les capacités de renouvellement qu'il nous propose. 

Une fois de plus, la version française de Bliss Editions est aussi à saluer avec un grand format, costaud, qui fait honneur au dessin de Cannon et laisse respirer toutes ces créatures gigantesques. De quoi mettre en avant le soin du détail apporté, la façon dont l'illustrateur pense les placements de ses personnages ou son découpage, pour aller avec la taille de ses créatures. L'univers coloré de Kaijumax profite d'un soin particulier qui fera, pour les amateurs de belles bibliothèques, un très bel ajout à dos vert pétant, autour des dos blancs de Bliss (ou noirs de bien des autres éditeurs de comics en France). 

On prend presque les mêmes, et on recommence, en tout aussi bien, tout en se renouvelant. Kaijumax Livre 2 est constant dans la qualité de son récit. Zander Cannon ne faiblit pas dans sa réinterprétation du récit carcéral, fait vivre un univers peuplé de créatures charismatiques et attachantes, et les jette en pâture dans une intrigue sans concessions. Le public est a priori averti : le dessin faussement léger cache une intrigue profonde, un univers riche, et un imaginaire débordant. Une réussite totale, qui fait qu'on attend avec impatience le Livre 3, qui viendra conclure la série. D'ici là, si vous ne l'aviez pas lu, Kaijumax vous tend les bras, et vous auriez vraiment tort de refuser ce genre de câlin. 

- Vous pouvez commander Kaijumax Livre 2 à ce lien

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Kaijumax : une preview pour le Livre II sorti chez Bliss Editions

Preview
C'était à l'été 2019 que Bliss Editions ramenait dans son catalogue l'incroyable Kaijumax de Zander Cannon, un récit carcéral ...

Au coeur de Kaijumax : une longue discussion avec Zander Cannon

Interview
Au cours de l'été dernier, nous avions pu vous vanter les mérites de l'excellent titre Kaijumax de Zander Cannon, véritable OVNI dans ...

Dans les coulisses de Kaijumax et des comics indé' avec Zander Cannon [SuperFriends VO]

Podcast
A l'occasion de la Comic Con Paris, Bliss Editions nous fait le plaisir de ramener sous nos latitudes l'auteur et artiste Zander Cannon, ...

Zander Cannon, Joshua Dysart, Cafu et Pere Pérez invités de Bliss Éditions pour Comic Con Paris ...

Actu Vf
Après une conférence de presse en début de semaine, l'organisation de Comic Con Paris 2019 laisse place aux annonces d'invités des ...

Kaijumax : une rencontre incroyable entre Oz et Godzilla

Review
Sortant une nouvelle fois des sentiers battus de Valiant, l'éditeur Bliss Éditions publie un imposant premier volume pour le ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer