Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Que s'est-il passé entre Rick Remender et Lewis LaRosa après The Scumbag #1 ?

Que s'est-il passé entre Rick Remender et Lewis LaRosa après The Scumbag #1 ?

NewsImage

Edit : Contacté par BleedingCool, Rick Remender a tenu à livrer sa propre version des faits, intégrée à l'article ci-dessous.


Coup de théâtre sur la scène de l'édition indépendante en cette fin de semaine. Depuis quelques jours, un brouhaha s'est installé dans le recoin des auteurs affranchis sur le thème des royalties remises aux créatifs sur les ventes de numéros. A l'origine de cette conversation, le scénariste Joshua Dysart évoquait le cas de son contrat avec la société Valiant Comics. Le scénariste de Goodnight Paradise aurait apparemment été floué sur les royalties des ventes de la série Harbinger, un cas d'école de rétention de profits couvert par la rédaction de BleedingCool

Dans la foulée de ce premier témoignage, différents artistes se seront emparés du sujet : Mark Millar expliquera de son côté que les nouveaux projets de la famille Millarworld ont pris l'habitude de proposer des contrats aux cachets supérieurs à ce que DC Comics ou Marvel offrent aux dessinateurs, pour la frime, pendant que l'artiste Brett Booth revenait sur sa propre relation à Valiant et aux ventes du Bloodshot #1 de Tim Seeley. En résumé ? Lui-aussi aurait été escroqué. L'intéressement sur les ventes, calculé sur certains contrats et chiffré à d'éventuelles performances commerciales précises, ne lui aurait pas été versé, malgré les bons chiffres de ce premier numéro.
 
 
Cette ébullition motivera l'artiste Lewis LaRosa à vider son sac. L'immense dessinateur, gravitant dans les mêmes cercles que Dysart, Booth et la famille Valiant Comics/Bad Idea, s'est exprimé sur sa participation à la série The Scumbag de Rick Remender. Une curieuse séquence apparue dans le recoin du "Comics Twitter" sans crier gare, et dont le gros des messages ont depuis été effacés. Faisons le point.

Scumbag Who ?

Entamée en octobre dernier, The Scumbag s'intéresse au personnage d'Ernie, enfoiré toxicomane et loser notoire se retrouvant en possession d'un pouvoir susceptible de changer la face du monde. Au moment de l'annonce du projet, LaRosa était prévu sur le premier numéro, avec une galerie d'artistes censés se relayer sur les chapitres suivants, Andrew Robinson, Eric Powell, Tula Lotay, Wes Craig, Roland Boschi, Simone Di Meo, Duncan Fegredo, Yanick Paquette, Mike McKone, Dave Johnson et Moreno Dinisio. Cet angle d'anthologie n'était toutefois pas prévu au départ : pendant un temps, LaRosa était apparemment censé dessiner l'ensemble des huit numéros. En amont de l'annonce, l'artiste tombe gravement malade, et se retrouve incapable d'occuper ses fonctions sur le reste de la série.
 
Sur les réseaux sociaux, le dessinateur accuse ouvertement Rick Remender d'avoir refusé de le payer à la hauteur des ventes pour le premier numéro de The Scumbag. Une situation relativement inédite dans la mécanique des contrats d'Image Comics, où les créateurs ont l'habitude de partager les profits.
 
 Rick Remender And Lewis LaRosa, At Odds Over The Scumbag
 
Suite à ce premier témoignage, de nombreux artistes et professionnels de l'industrie, surpris par ce curieux portrait d'un scénariste considéré comme équitable en temps normal, avaient tout un tas de questions à poser. LaRosa affirme que Remender s'est fait de l'argent sur son dos, a même été jusqu'à mettre en doute ses problèmes de santé, et refuserait désormais d'entrer en contact avec lui. David Lafuente appuie le témoignage : l'artiste, également employé chez Bad Idea aux côtés de LaRosa, explique avoir refusé d'illustrer le dernier numéro de The Scumbag. Soit par solidarité envers son camarade, soit parce que le contrat proposé n'allait pas dans les habitudes des séries Image Comics.
 
Wes Craig, dessinateur de la série Deadly Class, prit la défense de Remender en évoquant son cas particulier : le scénariste ne lui aurait jamais témoigné un tel manque de respect et aurait toujours été régulier et respectueux dans leur relation de travail, quoi que son cas particulier soit forcément à considérer sur un plan individuel. J.G. Jones suivra, dans la même tonalité. 
Mais alors, que s'est-il passé ? La réponse finira par tomber quelques heurs plus tard, lorsque Lewis LaRosa se chargera d'effacer l'ensemble des messages à l'adresse de Rick Remender pour sonner la fin de l'affaire sur un communiqué laconique. En substance, celui-ci aurait respecté les contrats signés.
 
"Re : Remender, j'ai accepté de céder mes droits d'auteur et mes royalties sur The Scumbag lorsqu'il m'a fallu quitter la série pour raisons de santé, et m'ont été versées les sommes prévues sur le nombre de pages que j'ai livré. Je ne cherche pas à nuire au scénariste, personnellement ou professionnellement. S'il vous plaît, continuez de le soutenir lui ou ses futurs projets."

Cette correction de trajectoire inattendue interpelle les fans de LaRosa, qui imaginent, compte tenu du registre plus formel de cette dernière prise de position, que les avocats de Rick Remender auraient agité la menace d'un procès en diffamation. Et si l'artiste a effectivement signé un contrat le privant de royalties, accuser publiquement son ancien associé d'avoir refusé de partager l'argent a effectivement quelque chose de difficile à endosser. Ce brusque retournement de veste n'a, en tout cas, pas trompé grand monde.
 
Suite à la parution d'un article de BleedingCool revenant sur l'affaire, Remender eu l'occasion de donner sa version des faits :
 
"The Scumbag fonctionne différemment de mes autres projets, parce que Lewis LaRosa, qui était censé dessiner l'ensemble de la série et être considéré comme co-créateur a démissionné pendant la gestation du premier numéro suite à un problème de dos. En tant que fan de son travail, j'étais forcément déçu, mais je lui ai témoigné ma sympathie. Je lui ai dit que j'étais prêt à attendre qu'il aille mieux, et je l'ai payé pour le travail qu'il avait d'ores et déjà réalisé, mais il a tout de même tenu à démissionner.

Quelques semaines plus tard, la seule solution que j'ai pu trouver pour sauver le livre était de faire venir un artiste différent à chaque numéro, et de placer tout l'argent sur leurs salaires mutuels, au lieu de faire comme j'avais l'habitude dans mes productions Image Comics. Lewis a accepté de finir le premier numéro, mais a du embrayer sur l'autre projet sur lequel il travaille chez Bad Idea. A date de rédaction de ce message, je n'ai toujours pas touché le moindre centime sur The Scumbag. Le projet est encore dans le rouge de plusieurs dizaines de milliers de dollars. Le moindre centime a été payé aux artistes. La façon dont le projet s'est monté n'est pas ce que j'avais envisagé, mais Lewis LaRosa a été payé pour l'ensemble de ce que son contrat prévoyait, et c'était uniquement son choix de partir. Si vous demandez à n'importe lequel des artistes avec lesquels j'ai travaillé précédemment, ils vous diront que le partage des revenus s'est toujours fait en parfaite égalité."

Une déclaration claire, quoi qu'elle n'explique pas l'accusation initiale de LaRosa ni la raison pour laquelle Remender avait cru bon de bloquer le dessinateur au départ. A moins d'un conflit ou d'une incompréhension grave entre les deux auteurs du projet, on comprend mal pourquoi le bonhomme aurait cherché à attaquer publiquement son ancien partenaire si les choses étaient aussi claires depuis le départ. Voire même pourquoi LaRosa aurait renoncé à travailler sur The Scumbag si la porte était restée ouverte, quand lui-même prétendait avoir eu besoin d'argent pour éponger les pertes liées à son état de santé. 
 
L'affaire pourrait se résumer à du "parole contre parole" mais le scénariste a pour le moment désactivé son compte sur le réseau social, le temps de laisser passer l'orage. La temporalité n'est pas idéale, quelques temps après l'annonce de son prochain projet en indépendant, A Rightful Thirst for Vengeance
Corentin
est sur twitter
à lire également

Rick Remender présente sa nouvelle série chez Image Comics, The Scumbag

Actu Vo
Une page se tourne pour Rick Remender, avec l'arrêt prévu ou constaté des séries Deadly Class et Death or Glory dans les mois à ...

Savage : l'aventure à la dure

Review
En parallèle de ses publications dédiées à son univers super-héroïques, Valiant Comics propose également des mini-séries qui s'en ...

Lewis Larosa imagine Vin Diesel en Bloodshot

Actu Vo
Actuellement en cours de tournage en Afrique du sud, le film Bloodshot reste très discret et n'a pas encore présenté de visuels ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer