Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Adventureman Tome 1 : hommage au pulp en grand format

Adventureman Tome 1 : hommage au pulp en grand format

ReviewGlénat
On a aimé• Une héroïne immédiatement attachante
• L'ambiance dieselpunk de l'univers Adventureman
• Une réflexion sur la fiction intéressante
• Terry et Rachel Dodson en feu
On a moins aimé• Un poil trop introductif
• Un semblant de déjà lu
Notre note

Révélé à la fois pour ses excellents travaux en mainstream (Hawkeye, à jamais dans nos coeurs) qu'en indé (Sex Criminals, November), Matt Fraction est un auteur qui compte dans l'industrie actuelle. Aussi, quand on l'annonçait l'an passé sur une nouvelle production Image Comics en compagnie du talentueux Terry Dodson, on pouvait d'avance se réjouir à l'idée de cette réunion artistique faites de valeurs sûres des deux côtés. Au sortir de ce premier tome d'Adventureman, le constat sera peut-être plus mesuré. La lecture est bonne, mais pas parfaite ; à moins que l'on en attendait peut-être trop. 

Du Doc Savage moderne et résolument féminin

Adventureman, avec un titre assez explicite, est un hommage de Fraction aux grands classiques pulp qu'il s'agisse de romans ou de comics ; le personnage qui donne son titre à l'ouvrage est en effet le héros d'aventures à la Doc Savage, Indiana Jones ou John Carter (mais pas sur la planète Mars) : un mec beau gosse, souriant, hyper masculin et qui va mener toute une troupe de héros plus ou moins costumés à ses côtés pour affronter le Baron Bizarre, archétype du super-vilain aux penchants nazis. Beaucoup d'action, une ambiance très dieselpunk et un charme fou dès les premières planches, avant que l'on ne se rende compte qu'Adventureman est en fait une fiction dans la fiction, et le héros des bouquins préférés du jeune Tommy, fils de notre héroïne, Rachel, tenante d'une librairie. Problème : le dernier volume des aventures du héros se finit sur un cliffhanger particulièrement frustrant. Mais c'est ainsi, les récits d'Adventureman se finissent ainsi. Enfin, c'est ce que pense Rachel jusqu'au jour où une femme mystérieuse lui apporte au travail un ouvrage contenant des inédits du héros - et qui vont amener peu à peu Rachel à d'incroyables aventures où la fiction va finir par rejoindre la réalité.


A lire la trame, on se doute que les amateurs de ces récits qui interrogent le rapport entre les histoires et le réel auront sûrement déjà quelques titres fétiches dans leur bibliothèque. Mais Adventureman réussit à s'approprier la chose avec un angle assez neuf, et en détournant les codes d'un registre déjà bien exploré par une multitude de scénaristes auparavant. D'une part, Rachel se montre très rapidement être un personnage attachant, tant par sa condition de mère célibataire que par son handicap ; elle est atteinte de problèmes auditifs et porte des prothèses, mais Fraction n'utilise pas cet état de fait pour une simple question de représentativité sans fond, mais bien pour sculpter la personnalité de l'héroïne, ou avoir une incidence sur le déroulé du récit. C'est à dire que les problèmes d'audition de Rachel lui sont bien utiles pour éviter le bruit assourdissant d'une grande métropole, où s'échapper de repas de famille houleux ; mais aussi que les prothèses en question finissent par avoir une réelle utilité pour se sortir d'une situation périlleuse. A côté de ça, Rachel a un certain mordant, une force de caractère et une appétence pour l'aventure qui la rendent rapidement attachante pour le lectorat.

L'histoire de Matt Fraction, dans son plan de lecture le plus terre à terre, est en soi assez classiques - pour rendre hommage à des récits classiques, c'est peut-être voulu. Ainsi, on se doute assez rapidement de la progression et des rebondissements qui vont être pris, on appréciera la multitude de clins d'oeil visuels, autant pour aborder le récits les plus pulps comme à réinventer en quelque sorte des équipes super-héroïques à la Marvel Family de Fawcett Comics. Les influences sont pour ainsi dire correctement digérées, et bien qu'il ne cherche pas à réinventer la roue, il en ressort un message assez intéressant de l'auteur, une interrogation sur la vraie fin d'une histoire. Autrement dit : les aventures d'un héros se finissent-elles vraiment à la fin d'un bouquin, quand l'auteur a décidé de terminer son écrit, ou plutôt quand les souvenirs du lecteur à propos de ce personnage finissent par disparaître de sa mémoire ? Là dessus, Fraction donne un semblant de réponse, et l'on se plaira à voir Rachel devenir rapidement une forme de décalque d'Adventureman, une héritière remise sous un prisme plus moderne, et qui se moque des codes de narration ou de caractérisation du pulp hyper viriliste.


Il faut dire aussi que sur la partie graphique, on retrouve un Terry Dodson (accompagné de Rachel Dodson) en très, très grande forme. Si l'on connaît bien l'artiste pour son dessin des personnages féminins très avantageux (faute de trouver un autre mot), que l'on associera volontairement à un Adam Hughes par exemple, ici, le dessin n'en fait pas trop, et laisse surtout exploser une mise en scène inventive, avec des planches généreuses sur tous les plans. Bien qu'un peu trop nombreux pour être tous développés, les personnages ont un vrai charisme (et mériteraient pour certain presque un petit chapitre supplémentaire), l'univers dieselpunk d'Adventureman est jouissif sur le plan visuel, et se mêle très bien à l'environnement urbain de Rachel). Les cadrages mènent le lecteur au sein de l'action - en bref, on ne s'ennuie pas. L'album profite en outre d'un grand format (sur la hauteur) qui tendra à l'inscrire en dehors du rayonnage comics (il n'y a que "Glénat" de labellisé sur la couverture). que l'on trouve ici tout à fait adéquat pour que l'ouvrage puisse aller séduire par ce format un lectorat autre que celui cantonné aux seuls comics. On se rappelle que le diptyque Red Skin de Xavier Dorrison et le même Terry Dodson avait eu une publication également en grand format avant de passer chez Image Comics, et nos amis du blog Mighty expliquent que l'album VO est également aussi agrandi. De quoi profiter, en tous les cas, des très belles planches du couple d'artistes.

Au final, le vrai reproche fait à Adventureman sera celui d'avoir un déroulé qui ne surprend pas pour celles et ceux qui auront déjà parcouru des oeuvres qui s'essayent au même thématiques (et d'aucun diront "et en mieux"). C'est qu'à un moment, il est difficile de rendre hommage sans passer dans le sillon de géants, et si Fraction n'en est pas aux même niveaux que lorsqu'il s'agit de dépoussiérer des héros ou de créer quelque chose de totalement neuf, Adventureman a bien assez de qualités pour intéresser l'un ou l'autre curieux. Après un premier arc qui sent aussi le simple cadre introductif, et qui pêche peut-être de ne pas en dévoiler plus pour se concentrer dans sa seconde moitié sur des rebondissements à peine surprenants, on sent le potentiel. Connaissant les Dodson, on espère que le second volume ne mettra pas trop de temps à arriver, pour qu'Adventureman, comme certains de ses protagonistes, ne tombe pas dans l'oubli.


Remise au goût du jour et hommage aux récits traditionnels pulps, Adventureman séduit avec son héroïne, un univers excellement bien illustré par le duo Dodson, et un propos sur la fiction intéressent à explorer. Une bonne introduction qui bénéficie d'un format avantageux pour les amateurs de beaux dessins, mais qui ne convaincra pas les habitués des récits surfant sur ces thématiques du rapport réalité/fiction, déjà bien bien exploré dans les comics. Matt Fraction ne réinvente rien, mais il sert un récit carré et plaisant. En attendant la prochaine pépite du bonhomme, c'est déjà bien. 

(Oh, et quelqu'un pour éditer November en VF, sinon ?)

- Vous pouvez commander Adventureman Tome 1 à ce lien

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Adventureman de Matt Fraction et Terry Dodson en janvier 2021 chez Glénat

Actu Vf
Bien que la marque Glénat Comics se soit considérablement réduite d'un point de vue parutions depuis une bonne paire d'années, on y ...

Le titre Adventureman (Matt Fraction, Terry Dodson, Rachel Dodson) se montre en avance

Actu Vo
Une année importante commence pour Matt Fraction. L'auteur devra, en l'espace de quelques mois, conclure son oeuvre phare, Sex ...
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer