Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Batman : Death Metal tome 1 : toutes les dérives d'un Snyder boursouflé

Batman : Death Metal tome 1 : toutes les dérives d'un Snyder boursouflé

ReviewUrban
On a aimé• Plein de Dark Knights et de concepts farfelus
• Plus "accessible" que le premier Metal
• Si vous avez kiffé tout l'entre deux Metal de Snyder
• De chouettes artistes sur le Legends of the Dark Knights
On a moins aimé• Vulgaire et poussif
• Des concepts très très laids
• C'est pas une histoire, c'est DC qui essaie de justifier ses incapacités éditoriales
• Snyder qui rajoute de la fausse complexité sans aucun recul
• Non, y a pas de second degré, et c'est pas marrant
• DC qui se torche une fois de plus avec Watchmen
• RAH MAIS C'EST NUL
Notre note

Depuis 2017 et avec Dark Nights : Metal (Batman : Metal pour la VF), Scott Snyder avait montré qu'il prenait les commandes de la direction générale de DC Comics. Ou du moins, d'une direction générale, à une époque où l'éditeur à deux lettres manquait clairement d'une trajectoire claire, et laissait faire quelques auteurs à forte tête (Snyder donc, mais aussi Tom King, Brian M. Bendis, et encore un peu Geoff Johns) ce qu'ils voulaient dans leur coin. Au fur et à mesure des mois, avec la mini-série No Justice, puis la reprise de Justice League sous l'étendard New Justice, Scott Snyder laissait éclater toutes ses envies dans une gigantesque fresque cosmique, qui repoussait toutes les limites connues de chez DC, et ce au sens propre comme au sens figuré. 

La menace présentée dès le premier numéro, Perpetua, mère du Multivers, souhaite le remodeler à sa convenance, et a fini par s'adjoindre les services du Batman qui Rit, création de la première saga Metal et érigé au statut de super-vilain ultime, loin devant un Anti-Monitor ou un Darkseid. Ce faisant, tout l'univers a été modifié, et les héros et vilains vont devoir composer avec un monde sans queue ni tête, où tous les dangers règnent, avec le sort de l'ensemble du Multivers dans la balance. Un récit pourtant qualifié d'Anti-Crisis par son auteur, quoi que le titre d'anti-lecture convienne lui-aussi.

Un calvaire à tous les niveaux

On pourrait remplir des pages de bouquins en énumérant les tics d'écriture accumulés par Scott Snyder depuis ces trois années, et Dark Nights : Death Metal synthétise la démonstration par l'exemple. En partant d'un point de départ censé redistribuer toutes les cartes, l'auteur multiplie les idées les plus folles et les concepts les plus farfelus, sans se soucier d'une quelconque question de cohérence, de maîtrise, de la crédulité du lecteur ou d'installation d'un univers. Ainsi : le Batman qui Rit a gagné, les différents héros ont préféré courber l'échine pour ne pas voir leurs peuples sacrifiés, la Terre a désormais un continent unique en forme de chauve-souris, les lieux les plus iconiques étant utilisés comme des zones régies par différents vilains ou Dark Knights (qui sont les versions corrompues de Batman venues du Dark Multiverse), et tout le monde voit son apparence modifiée. On ne pourra pas dire que Greg Capullo ne s'amuse pas et ne multiplie pas les visuels inventifs, mais au delà de la découverte visuelle, il n'y a hélas pas grand chose à en tirer.


Le problème est plus général vis-à-vis de Snyder et de ce déroulé boursouflé, qui consiste plus à empiler, empiler et empiler absolument tout ce qui lui passe par la tête, dans une perspective toujours épaisse, toujours plus éloignée, sans se soucier de la qualité de l'histoire proprement dite. Comme un chef cuisto' qui penserait composer le meilleur plat du monde en se contentant de balancer l'ensemble de son placard à épices dans une marmite qui tirerait la gueule. Pas besoin d'expliquer ou de solliciter le consentement du lecteur (analogue du "réfléchis pas, c'est magique"), donc difficile d'adhérer. 

Sur le papier, cette envie d'aller très loin, trop loin, pour parodier le slogan marketing du "bigger badder" aurait un intérêt éventuel, si elle essayait effectivement de critiquer le principe même des crossovers ou des événements éditoriaux de ce genre. Se foutre de la gueule de DC Comics et de leur capacité à bricoler de mauvaises idées ou des dérivations de personnages pour justifier la prochaine crise du catalogue. Voire même, en haussant les épaules, tolérer un divertissement gamin comme une promenade sur un grand manège qui s'accepte comme ouvertement bébête. Sauf que Scott Snyder ne prend pas Death Metal à la rigolade. Pour lui, cet événement, c'est du sérieux. Même les dinosaures. Même les tronçonneuses ! Tout transpire le premier degré, même lorsque les règles de cet univers paraissent avoir été écrites à la va-vite ou pour servir de cache-poussière à de probables incohérences, où tous les concepts de l'auteur sur Justice League et de l'arc Doom War devaient faire sens, spontanément. Sauf qu'il ne suffit pas de dire qu'il y a des énergies de Crise et d'Anti-Crise pour rendre une histoire intéressante où générer de réels enjeux.

Ces enjeux, justement, ne sont pas inexistants. On le voit de façon assez claire dès les premiers numéros, et c'est encore plus flagrant lorsque l'on connaît l'histoire éditoriale de DC Comics, en particulier sur l'année dernière. En cherchant à sauver son Multivers, Wonder Woman et Batman (qui reste le seul véritable insurgé) s'opposent sur la méthode, et dans le propos de l'Amazone, il paraît tout de suite très clair que Death Metal n'est pas seulement là pour raconter une histoire. L'événement cherche surtout à permettre à une structure éditoriale de se débarrasser de problèmes de continuité devenus trop difficiles à gérer. Comme Metal en son temps, il sera quasi-impossible d'apprécier la lecture en faisant abstraction de ce contexte, ou d'y revenir une fois que DC Comics sera largement passé à autre chose. En résulte, alors, une cacophonie assourdissante, avec un second numéro qui se permet une utilisation du plus mauvais goût de l'héritage de Watchmen. Si Doomsday Clock faisait déjà grincer quelques dents sur la façon dont Manhattan était réinterprété, Death Metal, littéralement, se torche avec.


Quelque part, Death Metal se montrera plus accessible parce que Snyder "invente" tout sans faire de multiples références à d'autres écrits que les siens (au contraire de Metal premier du nom), mais ce n'est pas pour autant que l'ensemble est lisible. L'écriture est lourde, les enchainements s'accumulent sans temps mort, mais sans réussir à distraire ou à donner envie de se prendre au jeu d'un monde sensé pourtant être au bord de l'extinction. Le scénariste insiste sur des éléments qui pourraient être drôles ou volontairement tournés en dérision dans un autre contexte (le fameux Jarro par exemple) avec lourdeur, au point d'agacer. La faute à une écriture toujours très premier degré, et un auteur persuadé de la validité de sa démarche, très égocentrée. Pour se consoler, on aura droit à quelques punchlines bien senties (et bien traduites) notamment avec le Bat-T-Rex, rare création réussie de Death Metal.

Des tie-ins plus réussis que le récit principal

C'est d'ailleurs dans les numéros d'à-côté que Death Metal se montre dès le départ plus intéressant - et il faudra noter encore une fois l'effort d'Urban Comics de tout inclure, quitte à ce que la tomaison de l'ensemble de l'histoire se rallonge à quatre tomes. C'est étrangement dans le Legends of Dark Knights qu'on s'amuse le plus, avec de courtes histoires qui retracent les origines de nouvelles versions corrompues de Batman, et réunissent de très jolis noms (Daniel Warren Johnson, Francesco Francavilla, ou même Garth Ennis pour l'écriture) sur ce qui est en fait une collection de petits récits Elseworlds. Ces segments Dark Knights développent des versions de Batman qui ont mal tourné, mais la diversité des tonalités, de l'écriture et des dessins permet de s'amuser ou de varier sur ces propositions. Le second degré ou l'aspect gamin de l'ensemble se trouve enfin une voix (mention spéciale à Ennis en l'occurrence). A côté, le Guidebook compense les manques de la trame principale, livrant quelques indications sur le nouveau monde que Snyder et Capullo se sont acharnés à créer avant d'expliquer, et quelques histoires retraçant l'historique des faits. La dimension anthologique n'échappe pas au piège de l'inégalité de ces bonus, qui ont toutefois le mérite d'être intégrés dans ce premier volume.


Un seul one-shot sympathique ne suffisant évidemment pas à justifier la lecture d'une oeuvre très imparfaite, mettons que le ressenti général dépendra (énormément) de votre appréciation de la construction narrative de Snyder, et de son envie perpétuelle d'ajouter de nouvelles pierres à la statue qu'il commença à bâtir en hommage à sa propre gloire, il y a quelques années. A force de multiplier les complications pour un objectif final assez simple, sans avoir été géré par un quelconque contrôle éditorial (l'aventure du grand galopin arrange bien les plans de DC Comics pour tourner la page de cet univers), le bilan est simple : ça passe ou ça casse fort pour peu qu'on adhère ou non à cette compréhension des personnages ou de comment fonctionne une Crise bien gérée. Sur ce plan, les comparatifs ne manquent pas et sont, dans l'ensemble, assez accablants. 

Côté dessins, Capullo souffle le chaud et le froid sur la trame principale. On n'enlèvera pas au bonhomme sa capacité à gérer un univers aussi riche en personnages variés, et sa capacité à en inventer de nouveaux (ou en réinventer, plutôt), en n'oubliant pas les décors bizarres et des scènes aussi folles que bizarrement fichues. De la même façon, on appréciera que Snyder ait invité certains de ses potes les plus talentueux pour illustrer son univers, mais si ces efforts étaient mobilisés pour quelque chose d'un peu mieux écrit, on n'aurait pas dit non non plus.

Si Metal puis la Justice League et Doom War vous paraissaient indigestes, rassurez-vous : c'est pareil sinon pire avec Death Metal. Certes, Snyder s'amuse comme un petit fou avec son univers réinventé bardé de concepts tous plus bizarres (et parfois marrants) les uns que les autres, avec un Capullo qui s'en donne lui aussi à coeur joie. Sauf qu'avant de s'amuser entre potes, il aurait fallu penser à intéresser celles et ceux qui lisent, et l'intrigue générale, dont on dessine clairement le projet éditorial bien avant l'enjeu narratif, n'est pas intéressant, en plus d'être faussement complexe. Curieusement, ce sont les tie-ins qui se lisent le mieux, notamment le Legends of the Dark Knihgts pour son côté Elseworlds qui lui, ne se prend pas au sérieux tout en soignant les efforts sur l'écriture et en accueillant de bien bons artistes. Difficile donc de vous recommander cette lecture, qui devrait malgré tout réussir à se frayer son chemin par sa stature de blockbuster. Beaucoup d'efforts utilisés à des fins pas grandioses, à voir si vous tiendrez jusqu'au bout.

- Vous pouvez commander Batman : Death Metal Tome 1 à ce lien

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également
Commentaires (1)
Vous devez être connecté pour participer