Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
L'adaptation d'Essex County de Jeff Lemire avance (enfin) côté scénario

L'adaptation d'Essex County de Jeff Lemire avance (enfin) côté scénario

NewsSeries tv

Descendu de son Canada natal avec, dans son carton à dessin, des histoires de familles, de communautés, des aventures souvent moroses ou mélancoliques, Jeff Lemire est repéré pour la première fois en 2008 avec la trilogie Essex County, publiée chez Top Shelf Productions. Avec le volume Lost Dogs et The Nobodys, le fascinant tracé de cet auteur, unique, se manifeste enfin dans le paysage des comics après plusieurs années à essayer, en vain, vainement, de proposer une BD aboutie. Essex County prend une certaine place dans la vie de Lemire, qui calque, avec cette trilogie d'histoires courtes, un peu de réel entre ses planches.
 
L'ouvrage s'intéresse à une communauté fermière dans les contours réinventés de la ville natale du scénariste (Essex County, dans l'Ontario), avec les réflexions d'usage qui formeront la base de son style. Probablement fière de l'enfant du pays et heureuse de pouvoir capitaliser sur cet élan de fiction localisée, la chaîne canadienne CBC achète les droits d'Essex County en 2015, en parallèle d'autres acquisitions dans l'oeuvre de Lemire par différentes enseignes d'Hollywood. En 2018, l'auteur expliquait à BleedingCool qu'il reprendrait l'écriture du script, incapable de laisser ce projet, très personnel, entre les mains d'un autre scénariste.
 
Le temps a passé depuis lors, et Jeff Lemire n'a vraisemblablement pas eu le temps de s'ennuyer. Appesanti sur d'autres chantiers de production, le Canadien a, enfin, publié une page du nouveau script d'Essex County sur les réseaux sociaux, manifestant une envie de revenir à cette première trilogie d'histoires importantes, et, peut-être, d'annoncer à demi-mots que le projet se remettait à avancer. Attendons de voir ce que le bonhomme a prévu, en parallèle des adaptations de Sweet Tooth et Black Hammer, et d'une pile de comics toujours plus épaisse à mesure que passent les ans.  On ne s'en fait pas pour lui.

 

Galerie

Corentin
est sur twitter
à lire également
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer