Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Le Joker devient un symbole dans les manifestations au Liban, au Chili et à Hong Kong

Le Joker devient un symbole dans les manifestations au Liban, au Chili et à Hong Kong

NewsCinéma

Dans différents points chauds de contestation populaire, à travers le monde, des manifestants grimés en Joker ont été aperçus dernièrement, reprenant, pour certains, le style visuel de l'adaptation commandée par Todd Phillips. Au Liban, où la rue s'est soulevée contre les hausses d'impôts et la corruption politique (et obtenu gain de cause, après avoir orchestré un blocage efficace du pays), au Chili, où le peuple aura très largement contesté l'inflation du coût des transports en commun, et à Hong Kong, où la foule lutte contre une dictature en poste et contre l'extradition, des imitateurs d'Arthur Fleck sont apparus dans les mouvements populaires, aux côtés des traditionnels masques de Guy Fawkes.
 
Selon CheckNews, les héritiers de cette tradition instaurée par l'adaptation au cinéma de V pour Vendetta restent très majoritaires dans ces manifestations, où le symbole, polymorphe, se dispute à une nécessité de se masquer (en particulier à Hong Kong) pour éviter d'être reconnu et fiché par le gouvernement. Cela étant, en France, le collectif Désobéissance Ecolo Paris revendique l'idée que les manifestants grimés en Joker se répondaient les uns les autres, pour afficher un sentiment d'unité ou une envie commune de rébellion.

 
 
Un parallèle intéressant à tirer entre le scénario de Joker et son propre destin de symbole involontaire. Dans le film de Todd Phillips, cette figure d'agitateur sociopathe inspire, bien malgré lui, un mouvement de protestation contre les 1% et les inégalités dans une société ruinée et prête à s'en remettre à l'ultra-violence - en parallèle d'une intrigue plus personnelle sur la descente aux enfers d'un homme seul, perclus de fêlures psychologiques, et qui deviendra un agent du mal doublé au fil de son évolution de personnage de fiction. L'imagerie des manifestants de Joker renvoyait assez explicitement aux codes des mouvements Occupy Wall Street ou de l'usage du masque de Guy Fawkes dans les différents mouvements populaires de ces dix dernières années. 
 
Une sorte de retour à l'envoyeur pour ces deux inventions d'Alan Moore, premier modèle du scénario de Joker avec sa propre origine du clown, The Killing Joke, réalisée en commun avec l'artiste Brian Bolland. Pour l'heure, on évitera cependant de surinterpréter ces premiers signaux d'inspiration (manifestes, mais encore trop jeunes). Ceux-ci trahissent tout de même une réalité sociale, décrivant la variété des interprétations faites autour de ce projet : aux Etats-Unis, dans un contexte politique particulier, la crainte était de voir le film inspirer les suprématistes blancs ou les déséquilibrés qui auraient accès à une arme à feu, et d'assister à une nouvelle tuerie convoquée par un personnage de fiction. A l'inverse, dans ces pays plus défavorisés, où la résonance des fusillades et les débats sur le port d'armes sont tour autres, la lecture d'un Arthur Fleck en victime d'un modèle social injuste aura manifestement primé, au point de le mettre sur un plan d'égalité avec l'anarchie d'un V pour Vendetta.
 
Reste à voir si cette lecture subsiste dans la durée. Dans le cas de Hong Kong, invoquer la culture populaire pour gonfler le poids des contestations s'est imposé comme un réflexe (intelligent) : après la censure récente de South Park par le gouvernement de Chine, les Hongkongais auront illuminé les rues de la ville en diffusant l'épisode "Band in China" à différents endroits, assumant frontalement la provocation.  
 
Dans le cas de Joker, l'image d'une foule en colère vue par le prisme d'une fiction populaire aura certainement marqué l'attention d'un public, en rébellion, au moment où des mouvements de type Gilets Jaunes se lancent aux quatre coins du monde (c'est malheureux, mais on va être obligés d'arrêter de se foutre de ce bon Juan Branco). Reste à voir si les gouvernements eux mêmes prendront ce symbole au sérieux - pour l'anecdote, le masque de Guy Fawkes est toujours interdit en Arabie Saoudite, après que le gouvernement ait rendu illicite l'importation et le port de ce symbole pendant les manifestations, quelques temps après le Printemps Arabe. 
 
Aux Etats-Unis, le FBI et le département des armées n'ont pas relevé d'alertes sérieuses relatives à un tueur s'inspirant de Joker pour perpétrer un acte innommable, pour le moment. Ne reste qu'à espérer que cela continue, et que ces quelques manifestants au visage peint, apparus lors de soulèvements populaires, restent le seul héritage concret du film de Todd Phillips dans le monde réel. De quoi relativiser l'ethnocentrisme américain, qui sera savamment passé à côté du message économique pour ne retenir que le flingue, bien évidemment.
 
 
Corentin
est sur twitter
à lire également

DC Comics présente le one-shot Batman : The Joker War Zone prévu pour septembre 2020

Actu Vo
Au cas où vous auriez un creux de Batman ou de Joker à combler - entre les numéros anniversaires, parutions Black ...

Le numéro spécial consacré aux 80 ans du Joker se montre dans une poignée d'images

Preview
Si DC Comics a fait un peu de tri dans ses sorties en kiosques pour les prochaines semaines, c'est aussi pour faire de la place aux ...

Mr. Smiles est de retour dans les premières pages de Batman : The Smile Killer

Actu Vo
Jeff Lemire et Andrea Sorrentino retrouvent le Joker en ce mois de juin, peu de temps après l'avoir quitté au fil de la ...

Joker : le ciné-concert live reporté au mois d'avril 2021 (avec trois dates supplémentaires en ...

Ecrans
Portée par son sacrement aux Oscars 2020 de la meilleure bande son, l'oeuvre composée par Hildur Guðnadóttir pour le film Joker de Todd ...

Urban Comics annonce le volume Joker : Fini de Rire pour le mois d'août 2020

Actu Vf
Après avoir en partie modifié le planning de sortie des prochains mois, Urban Comics annonce les volumes qui seront publiés cet ...
Commentaires (8)
Vous devez être connecté pour participer