Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Captain Marvel : Et nous serons des étoiles, premiers pas symboliques de Kelly Sue DeConnick

Captain Marvel : Et nous serons des étoiles, premiers pas symboliques de Kelly Sue DeConnick

ReviewPanini
On a aimé• Symbolique, agréable, drôle
• Le rapport au réel et à la maladie
• Une VF marrante qui aime les bonnes blagounettes
• Variété d'artistes et d'influences
On a moins aimé• Mais tout le monde n'aimera pas tous les styles, évidemment
• Un premier arc avec ses lenteurs
• La gamme de prix (hélas) des Marvel Deluxe
Notre note

Pour la sortie de sa première adaptation au cinéma, le personnage de Captain Marvel s'édite en VF par le biais de différentes sorties qui feront plaisir aux fans de l'héroïne, ainsi qu'à celles et ceux qui souhaiteraient découvrir le pendant comics de ses aventures. Exercice habituel, on va forcément se demander à quel degré d'accessibilité ces volumes se mesurent, et le choix de Panini d'avoir préféré ceux-là à d'autres pour accompagner la sortie d'une aventure très grand public, en prenant les bouquins qui l'ont directement inspirée. Parmi ceux-ci, le volume de Kelly Sue DeConnick, source assumée par la maison Marvel pour la version écran, était un indispensable.
 
Lorsque la scénariste reprend le personnage, l'heure est aux changements dans la Maison des Idées et après des années à endosser un rôle différent, Carol Danvers assume le nom de Captain Marvel et s'embarque pour un long segment d'écriture, qui remettra pas mal de choses à plat et laissera un bon souvenir aux amoureux du personnage. Sont ici compilés les numéros #1 à #12, une compo' sympa qui dépasse l'arc habituel du retour symbolique aux origines.


C'est effectivement sous cet angle que choisit de commencer DeConnick : après un démarrage en douceur sur le passage de relais, le changement de noms et son rôle au sein des Avengers, l'héroïne traverse toute une série de passages clés dans le premier arc qui donne son nom au volume. Des rencontres à travers le temps qui vont jouer sur les convictions et le rôle de Captain Marvel, héroïne au parcours compliquée confiée à une scénariste qui a des choses intéressantes (ou drôles) à raconter. A travers une série de points clés, DeConnick replace Danvers dans l'histoire - son histoire, mais aussi celle des femmes dans l'armée et l'administration des services de renseignement. Des moments emplis de bonnes influences, comme l'ensemble du bouquin qui passe d'un style à l'autre, du rétrofuturisme au combat de robots géants, à l'aventure en pleine jungle et au combat de dinosaures dans un New York moderne. 

La méthode est pourtant déjà vue, avec l'arc de relaunch classique où on rappelle les origines du héros, son rôle, son caractère et ses convictions. Difficile de passer à côté lorsqu'il s'agit de justifier un changement de nom et de costume, et l'exercice est généralement assez réussi en profitant de l'expertise graphique de Dexter Soy et Emma Rios, en plus de quelques bonus et réflexions bien senties sur l'histoire - secrète - des femmes dans l'armée. La traduction rigolote assouplit certains enjeux, avec des vannes retranscrites avec un humour de série B sympatoche, mais comme souvent il sera plus difficile de rendre fluide les échanges plus sérieux sans l'esprit super 'ricain des dialogues mitraillettes. 

L'ensemble du premier arc paraît cependant assez automatique passé le stade des convictions. Si l'enjeu de la maladie aide à rendre le tout intéressant, DeConnick prend un certain temps à justifier son intrigue et s'épanouira mieux dans la seconde partie du volume, faite d'épisodes plus ou moins déconnectés et de reconnexions aux autres personnages du présent. Bien écrits, bien dialogués et avec l'avantage de dessinateurs talentueux - dont le trait élancé et agréable à l'oeil du bon Filipe Andrade - ces moments là participent mieux à lancer le run de la scénariste, là où le segment Et Nous Serons des Etoiles passe plus pour un moment de transition pour réinstaller une nouvelle Carol. Il aurait en définitive été plus intéressant de lui offrir une parution séparée.



En dehors de ça, le volume reste varié, agréable, il y a le mignon chat Chewie et une réelle expertise de l'univers Marvel présenté par DeConnick comme un environnement confortable qui n'est jamais à l'abri de réels dangers du quotidien. La scénariste semble avoir compris l'intérêt de ne pas opposer à Danvers un simple gros vilain à combattre, et préfère la confronter à des soucis de la vraie vie véritable, faisant d'elle une figure plus intéressante à suivre dans cette approche intime d'héroïne surpuissante du quotidien. A noter que derrière le talent des artistes, tout le monde ne s'accordera pas forcément au parti pris de certains dessinateurs - le risque de tout volume mosaïque où le crayon change régulièrement de pognes. 

Le rapport poids/prix dans la balance, Captain Marvel : Et Nous Serons des Etoiles reste un bouquin à posséder pour tous les amoureux du personnages qui chercheraient à en apprendre plus sur son parcours, sa transformation tant scénaristique que symbolique vers le titre qu'elle porte actuellement. Si les voyages cosmiques en compagnie du minou et des Guardians resteront sans doute comme les passages les plus intéressants du run de DeConnick, la scénariste fait ici un réel boulot de recomposition, parfois laborieux, souvent un poil trop lent, mais plein de bonnes idées, de bonnes influences et d'un propos (féministe) en sous-texte qui rappelle tout l'intérêt de ce personnage hautement symbolique. Pas un indispensable en tant qu'introduction, mais un run à posséder sur le long terme, pour toutes ces qualités éparpillées.

Vous pouvez commander Captain Marvel : et nous serons des étoiles chez notre partenaire à ce lien.

Corentin
est sur twitter
à lire également

Et de 800 M$ de franchis pour Captain Marvel

Brève
Tout au long de la semaine le box-office aura continué de s'accumuler pour Captain Marvel, dernier né de Marvel Studios, qui profite ...

Andy Park partage un concept art de Captain Marvel en moto (et c'est bien)

Brève
Les semaines passent depuis Captain Marvel, et le spectateur curieux aura déjà pu poser les yeux sur une bonne partie des visuels de ...

Aleksi Briclot partage ses jolis concept-arts pour le film Captain Marvel

Ecrans
Collaborateur régulier des créations Marvel Studios, l'artiste Aleksi Briclot a eu la chance de participer aux premiers travaux du ...

Captain Marvel grimpe à 760 millions de dollars après son second weekend d'exploitation

Ecrans
Après un impressionnant démarrage, Marvel Studios assoit une fois de plus son imperturbable routine de succès avec sa dernière ...

Captain Marvel dépasse déjà les 500 millions de dollars au box-office mondial

Brève
La nouvelle ne sera pas surprenante pour qui aura suivi les résultats du weekend d'ouverture de Captain Marvel au box-office, qui ...
Commentaires (4)
Vous devez être connecté pour participer