Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Shazam #1 - Geoff Johns réenchante la mythologie de la famille Marvel

Shazam #1 - Geoff Johns réenchante la mythologie de la famille Marvel

ReviewDc Comics
On a aimé• L'ambiance générale au beau fixe
• Des petites références bien vues à l'histoire de Shazam
• Une mythologie à explorer
• Dialogues et rythme bien fichus
On a moins aimé• Une colo' un peu terne et trop ancrée pour cette ambiance
• Eaglesham pourra diviser
Notre note
Il y a quelques années, Geoff Johns avait réintroduit dans le cadre des New 52 le personnage de Billy Batson et une partie de sa famille, modernisée. De ce premier jet en collaboration avec l'artiste Gary Frank est née la version actuelle du jeune héros, dont semble s'inspirer le film de David F. Sandberg qui tire plus sur le côté sale gosse du personnage que de sa déclinaison candide dans le canon Fawcett Comics. Après bien des années et un passage dans la Justice League, Shazam fait son retour dans une suite directe à ce court volume, reparti vers des sentiers plus enthousiastes et enthousiasmants.
 
Beaucoup n'avaient pas accroché à la caractérisation de Shazam sous Geoff Johns, marqué par l'esprit généralement pessimiste et grossier des New 52 (où Batman faisait des gros doigts aux méchants et où Superman n'avait plus de parents tarte-au-pomme pour l'épauler avec l'idéal bonhomme des prairies américaines). Le scénariste semble avoir pris note des critiques et repart dans une direction plus proche des thématiques souriantes du petit héros. Avec sa famille, bien évidemment.

Après une entrée en matière textuelle où il revient sur le parcours de Billy dans le premier volume, Johns embraye sur le quotidien familial du héros et de ses frères et soeurs d'adoption. Les dialogues donnent le ton au sein de la petite bande, qui s'amuse de ses nouveaux pouvoirs et joue avec une certaine candeur au plus près de l'esprit joyeux de Fawcett Comics. Johns place quelques références à l'histoire éditoriale du héros (et manque de peu le nom Captain Marvel, abandonné pour des questions de droits), le Rocher de l'Eternité, le fameux train cosmique, etc.

Le scénariste cherche manifestement à établir une mythologie neuve sur les terres de Shazam, avec d'autres segments encore inédits à déployer. Puisque la magie s'est cachée des yeux du monde civilisé il y a longtemps, l'écriture tend vers l'idée qu'elle reste à redécouvrir dans son ensemble et que Shazam et sa famille ne seraient que les champions d'un royaume dans une fédération plus vaste - à l'image de ce que le scénariste avait proposé sur les Lanterns multicolores. L'idée séduit.

La candeur et l'humour général rendent la lecture agréable, dans la promesse (signée Geoff Johns sur le DC Rebirth) de repartir à la fois vers l'authenticité de certains héros sacrifiés sur l'hôtel du relaunch il y a quelques années, et vers un peu de nouveauté dans une mythologie dont on croyait avoir déjà tout appris. Les mômes et les parents sont immédiatement attachants, le twist de fin plutôt intrigant et l'absence de réelle menace de suivi, façon "pendant ce temps, les méchants complotent dans leur repaire de méchants" aide à maintenir l'illusion d'un monde sans problèmes.

Le dessin de Dale Eaglesham est de son côté relativement passable, pas forcément adéquat pour l'écriture de Johns. On apprécie que de perdre le trait de Gary Frank, qui se marie mieux avec les histoires sérieuses où ça grogne et où ça bastonne, mais le travail de Cameron Stewart ou Ivan Shaner sur le Shazam des dernières années trône comme une réalisation plus harmonieuse du trait "à la Fawcett", plus en accord avec le ton de ce micro-univers jovial et enfantin. Cela étant, rien de désagréable ou qui ne devrait freiner votre envie de vous y mettre.

Avec la tonalité d'un cartoon et des hommage aux serials, Shazam #1 s'ouvre bien. Johns laisse peu de temps à l'ennui ou au morbide, rythmant son numéro par des interactions pleines de vie dans une famille recomposée et plaisante à suivre, entre deux hommages bien sentis et la promesse de redécouvrir l'univers des Marvels au fil de la série. Une belle entrée en matière, qui mériterait peut-être un trait moins appuyé ou une colo' plus vive, mais ne boudons pas l'initiative pour autant.

- Vous pouvez commander Shazam #1 chez notre partenaire à ce lien.

Corentin
est sur twitter
à lire également

Magie et blagounettes dans le Honest Trailer de Shazam

Trashbag
Avec la sortie pour les foyers américains du film Shazam de David F. Sandberg, il fallait évidemment s'attendre à ce que les chaînes ...

Freddy Freeman se fait soulever à l'école dans une courte scène coupée de Shazam

Ecrans
Dans les contenus bonus de l'édition vidéo, DVD et blu-ray de Shazam, on retrouvera un assortiment de scènes inédites pour le plaisir ...

DC Spotlight prépare un documentaire sur le personnage de Shazam

Ecrans
Malgré le succès très relatif de l'adaptation proposée récemment, Warner Bros. ne compte pas désavouer le personnage de Shazam. ...

Shazam : une scène coupée laissait entrevoir l'arrivée d'un septième héro foudroyant

Ecrans
Après un succès grandement inférieur à celui de son prédécesseur subaquatique, le film Shazam entame à présent sa seconde ...

How It Should Have Ended imagine une fin à la Justice League pour le film Shazam

Trashbag
A l'inverse de pas mal de leurs récentes vidéos, les créateurs de la chaîne How It Should Have Ended se sont amusés à imaginer ...
Commentaires (1)
Vous devez être connecté pour participer