Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Hawkeye par Fraction et Aja, le comic-book de Marvel le plus influent de son temps

Hawkeye par Fraction et Aja, le comic-book de Marvel le plus influent de son temps

chronique

"Tout est tellement grand ! Je suis vraiment fatigué de l'Apocalypse. Plutôt mourir que de voir Batman combattre le 11 septembre. Une seconde fois."

C'est avec ces mots que le scénariste Matt Fraction introduisait notre cher Sullivan à la notion de simplicité qui parcourt l'un de ses meilleurs travaux à ce jour : son run sur Hawkeye, qui a cinq ans ce mois-ci, mais n'a pas prix une ride.

Mais pour le comprendre, il convient de revenir en 2012. A l'époque, l'univers Marvel est dans une ambiance effectivement apocalyptique et les crossover qui dépassent l'entendement sont légions, l'exemple le plus parlant et le plus fatiguant restant sans doute Avengers vs X-Men, tout à fait symptomatique d'une époque pas tout à fait révolue, hélas.


Pour Matt Fraction, le seul échappatoire réside donc dans la simplicité la plus totale. Pas question d'aller dans l'espace, dans une autre dimension ou même un autre pays : tout est envahi par l'addiction au spectacle de l'éditeur. Il s'agira ainsi de ramener le plus humain des Avengers dans son quartier, avec pour seule mission des problèmes du quotidien, comme faire sa lessive, payer son loyer ou aider son voisin à monter un meuble.

Du haut de sa grandiloquence, Marvel acceptera le pitch du scénariste. Après tout, il a déjà fait ses preuves dans la Maison des Idées. Mais surtout, l'éditeur ne prête guère attention à son intrigue, estimant que cette approche terre à terre ne tiendra pas plus de six numéros étant donné le climat actuel de l'univers de l'éditeur. Dans un premier temps, la maison d'édition laisse donc couler. Elle est d'ailleurs ravie de pouvoir vendre un titre sur deux gros noms, puisque c'est le génial David Aja qui rejoint Fraction sur le projet.

Et leurs visions s'accordent parfaitement. Car la simplicité de l'écriture de Matt Fraction trouve dans le style minimaliste à l'extrême de David Aja son parfait partenaire. En un seul numéro, on comprend qu'un coup de foudre artistique a frappé les deux hommes, dont l'alchimie est perceptible à chaque planche. Plusieurs d'entre-elles ont fait date depuis, notamment celles du numéro #11, qui adopte le point de vue du chien recueilli par Hawkeye, le bien nommé Pizza Dog, pour nous donner une vraie notion de séquentialité.



Mais non contents de repousser les limites de la narration des comic-books à chaque numéros, les deux artistes nous livrent des histoires fortes en émotions. De la simplicité naît rapidement l'élégance, et il n'y que l'appartement pourri de Hawkeye pour servir de décor à des histoires de cœurs qui nous renvoient directement à ce sentiment nostalgique si bien saisi par Jeph Loeb et Tim Sale dans Spider-Man Blue et dans une moindre mesure, Daredevil Yellow.

D'une sincérité à toute épreuve, la série Hawkeye de Fraction et Aja présente ainsi le moins héroïque des super-héros dans un quotidien étonnamment proche du notre, malgré les habitudes caféïnées de Clint Barton et les nombreuses flèches gadget qui parcourent son appartement. On aura beau chercher, aucune série n'a réussi à créer une telle identification chez les lecteurs ces dernières années chez Marvel. Comme quoi, les petites aventures font les grandes histoires.

Depuis 5 ans, on se replonge en tous cas volontiers dans les aventures d'un héros un peu looser, mais qui ne peut pas s'empêcher de faire le bien, quelque soit sa forme, d'un sauvetage héroïque contre un ouragan à un combat de rues avec le gang des survêt'. Et bien évidemment, le succès artistique de la série si simple - mais pas simpliste - de Fraction et Aja a fini par taper dans l'œil de Marvel.


Car si la série s'est arrêtée au numéro #22 après des embrouilles multiples entre l'éditeur et ses auteurs, d'après ce qu'on a pu comprendre, Hawkeye n'a pas attendu sa redécouverte par quelques fans de comics hipster pour donner le ton à toute une nouvelle gamme de titres chez Marvel. D'un coup plus intéressé par le pitch de Fraction, la Maison des Idées a, depuis 2015 et la fin de la série, tenté de réitérer les exploits de Fraction et Aja.

Et quelque part, les ventes et même certaines histoires lui ont donné raison. Sans Hawkeye, des titres comme les Moon Knight de Warren Ellis et Jeff Lemire, qui partagent avec l'archer une utilisation des blancs assez spectaculaire, n'auraient sans doute jamais vu le jour. Bien évidemment, Kate Bishop n'aurait pas non plus prendre son envol dans son propre titre, petit à petit. On pourrait même aller plus loin en citant la plupart des titres street level du moment, qui ont tous étés influencés, de près ou de loin, par la formule Hawkeye.

On retrouve dans Power Man & Iron-Fist ce phrasé typiquement Fractionnien, avec des blagues qui commencent sur une case, dans un décor bien précis, et se terminent dans une autre, avec un tout autre fond. Des titres comme Ms.Marvel ou Champions ont également repris l'humour si caractéristique de la série de Fraction, où nos héros sont sans cesse ramenés sur un plan plus humain en citant des références communes avec le lecteur. Même une mini-série typiquement mercantile comme Deadpool vs Hawkeye a réussi à récupérer quelque chose du titre originel en s'appropriant son découpage créatif et sa palette de couleurs.


Bref, si Hawkeye n'était pas passé par là, sous l'impulsion d'un Matt Fraction avide de simplicité et d'un David Aja plus inspiré qu'il ne l'a jamais été dans son découpage et son trait minimaliste, Marvel ne pourrait pas compter sur une gamme de titres urbains aussi forte aujourd'hui. Et pourtant, à en croire nos rencontres avec les deux artistes, Hawkeye n'était jamais qu'un travail de commande, aussi sincère et passionné soit-il. Une humilité finale à l'image du héros que Fraction et Aja mettaient en scène. 

On vous invite donc, pour célébrer les cinq ans de la série, à la relire, en VO (plusieurs TP sont disponibles sous des formats différents) ou en VF, puisque Panini Comics a eu le bon goût de sortir une superbe intégrale sur le run de Fraction et Aja en début d'année.

Republ33k
est sur twitter
à lire également

Peter Parker a-t-il dévoilé son identité secrète par erreur dans Invicible Iron-Man #593 ?

Actu Vo
C'est presque un running gag dans l'univers Marvel, Peter Parker a cette tendance à aimer dévoiler son identité secrète devant une ...

Marvel dévoile un aperçu du nouveau design de Thor pour Legacy

Actu Vo
La semaine dernière, Jason Aaron nous a prouvé une nouvelle fois qu'il était le dieu de la plume en offrant un double numéro ...

Donny Cates chamboule la vie de Doctor Strange dans la preview du numéro 381 pour Marvel Legacy

Preview
Si Marvel Legacy se fait aussi discret, c'est probablement parce que l'éditeur au logo rouge a décidé de distiller ses titres ...

L'Absolute WildC.A.T.S. de DC Comics est repoussée à l'année prochaine

Actu Vo
DC Comics avait prévu de souffler les 25 bougies de son imprint Wildstorm avec un beau cadeau pour tous les nostalgiques des années 90 en ...

Jim Davis (Garfield) réalisera une histoire sur Galactus et le Surfeur d'Argent pour Squirrel Girl ...

Actu Vo
Pour Marvel Legacy, Squirrel Girl s'offrira un numéro un peu spécial au mois de novembre puisque l'héroïne proposera à ses amis de ...
Commentaires (6)
Vous devez être connecté pour participer