Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
X-Men Apocalypse : la critique

X-Men Apocalypse : la critique

ReviewCinéma
On a aimé• Le nouveau casting de Mutants, plutôt convaincants
• Quelques éléments visuels inédits dans l'action
On a moins aimé• Michael Fassbender, complètement perdu
• Apocalypse, le grand vilain qui ne va pas (du tout) nous manquer
Notre note

Il y a 16 ans, Bryan Singer lançait avec le 1er volet de la Saga X-Men la grande vague des adaptations de comics qui ne cesse d’inonder nos salles obscures depuis. La saga un peu perdue au détour de X-Men 3 a depuis retrouvé un second souffle avec l’excellent First Class de Matthew Vaughn et le retour de Singer avec Days Of Future Past qui, s’il n’a pas fait l’unanimité, a au moins eu l’audace d’effacer les erreurs du passé et d’ouvrir la saga vers de nouvelles perspectives. Enfin ça, c’est ce que l’on croyait …

   CRITIQUE GARANTIE SANS SPOILERS  —

D’entrée de jeu le film cherche à se démarquer du coté family-friendly des productions Marvel Studios en étant plus brutal et en proposant des vilains qui n’hésitent pas à user de la force létale d’une manière assez graphique et démonstrative pour notre plus grand bonheur. Sans atteindre la folie d’un Deadpool et en respectant la limite désormais franchissable et lucrative du PG-13, l’introduction du film aurait été excellente si elle n’avait pas fait ressortir le frisson de la honte que Stargate à imposé à toute l’imagerie de l’Egypte Antique à Hollywood et si elle n’était pas suivie du pire générique 3D que jai pu voir depuis longtemps.

Retour aux années 80 - soit 10 ans après Days Of Future Past - et cest au travers du personnage de Cyclops que nous allons découvrir la nouvelle timeline X-Men dans laquelle lexistence des mutants est actée et enseignée dès le lycée. Interprété par le très convaincant Tye Sheridan, ce nouveau Cyclope à fleur de peau vous fera vite oublier les prestations irritantes de James Marsden.

La principale force du film est dailleurs son casting, renouvelé et porté par de jeunes acteurs talentueux dont une Sophie Turner, qui livre elle aussi une performance solide dans le rôle dune Jean Grey qui se cherche et qui est effrayée/effrayante à cause de pouvoirs quelle ne maitrise pas encore. Kodi Smith-McPhee assure aussi en Nightcrawler et Lana Condor, même si plus anecdotique en Jubilee, apporte un peu de diversité à ce casting fort sympathique. Cette nouvelle génération de mutants évolue dailleurs sous loeil bienveillant dun Nicolas Hoult qui embrasse ici sa position de mentor avec beaucoup de réussite, faisant de lui un des autres points fort du film. 

 

Hollywood oblige, nous ne pouvions pas laisser ces étudiants vivre leurs vies tranquillement et il fallait forcément les opposer à un grand vilain. Après les très bons Kevin Bacon et Peter Dinklage, c’est Oscar Isaac qui troque ici son costume de meilleur pilote de l’alliance rebelle contre celui du pire cosplay d’Ivan Ooze. Grimé comme jamais, l’acteur peine à convaincre d’autant que sa voix est en permanence modifiée par moults effets audio (ceux dont Bryan est si fier) qui donnent parfois l’impression d’avoir été choisis aux hasards tant les variations de delay, de reverb ou d’auto-tune semblent complètement aléatoires. Aussi caricatural qu’il soit, Apocalypse aurait gagné en crédibilité (particulièrement grâce à l'approche globale du personnage qui voit l’humanité comme un tout et fait fi des nations) si son quatuor de cavaliers avaient été à la hauteur, ce qui n'est malheureusement pas le cas.

Seule Tornade sort quelque peu du lot, le personnage ayant le droit à un minimum de subtilité et un semblant d’écriture. Angel est quant à lui une sorte d’ado' rebelle, violent et tellement torturé qu’il picole seul en écoutant du Metallica. Psylocke est elle réduite au rang de femme objet en ne possédant pas plus de cinq répliques dans le film et se voit dotée d’une combinaison moulante lorsque les autres cavaliers héritent tous d’armure de combats.

Reste Magnéto qui représente selon moi un des plus gros échec du film. En effet, Michael Fassbender ny croit plus et livre ici une interprétation particulièrement insipide, vite et complètement détachée de son personnage. Il faut toutefois admettre que l’écriture du personnage naide pas. Après six films le personnage reste bloqué dans le même schéma narratif du vilain proche de la rédemption qui préfère céder à ses démons intérieurs, une litanie dont on aimerait se passer pour découvrir l'ampleur du jeu de l'acteur. 


On approche d'ailleurs ici le plus gros problème du film: la redite. Qu’il s’agisse de Magnéto, de Xavier, de Jean Grey ou des autres mutants, on a constamment le sentiment d’avoir déjà vu de près ou de loin la storyline de chacun d'eux. Au final, seul le personnage de Mystique toujours porté par la fan favorite Jennifer Lawrence fait preuve d’une vraie évolution en assumant des choix forts et risqués pour la suite de la saga, véritable gimmick depuis First Class.

Visuellement, le film oscille entre le très bon et le raté. La mise en scène reste solide et les scènes d’actions sont parfaitement lisibles, laissant transparaitre la puissance des nombreux protagonistes. Là certains plans full CGI vous donneront la migraine, d’autres plus travaillés, sont tout bonnement très réussis. Un résultat mitigé qui, comme pour Captain America : Civil War, nous est expliqué par le nombre de studios ayant pris part à la post-production ainsi que par la très longue liste de techniciens ayant travaillé sur les FX. Enfin, un mot sur la bande son qui démarre avec grandiloquence dans l’introduction du film, avant de disparaitre et de sombrer dans la banalité la plus totale, comme souvent avec les adaptations de Comics ces derniers temps.


X-Men : Apocalypse referme donc cette seconde trilogie X-Men sur une note douce-amère. Donnant l’impression d’être le film de trop pour une partie de son casting, il réussit toutefois à renouveler son équipe et nous donne envie de voir plus ses « nouveaux mutants ». Une ouverture sur l’avenir plus que bienvenue mais qui aurait pu être entamée dès la fin de Days Of Future Past, sans avoir à répéter encore et toujours les mêmes idées autour des mêmes thèmes, depuis 16 ans maintenant. 


JiB
à lire également
Commentaires (57)
Vous devez être connecté pour participer