Review

The Secret History of the Foot Clan #1, la review

idw   7
Le 25 Jan par
Apteis
The Secret History of the Foot Clan #1, la review
Notre note
• Le Japon Féodal exploité
• Santolouco au top
• La colo de Joao Vieira
    

Annoncée il y a quelques mois, la sortie du premier numéro de la mini-série The Secret History of the Foot Clan a été retardée, ce qui nous donne deux numéros dans un temps très rapproché. A l’heure où vous lirez la review du premier single, le second est déjà dispo dans les bacs de votre comics-shop. Une mini-série sur les Teenage Mutant Ninja Turtles, passée l’excitation de l’annonce, c’est également la peur de l’indigestion, de la sur-utilisation de la licence au détriment de la qualité. Puis, on lit SHotFC, et on en redemande.


Voilà un an et demi que l’on suit les aventures des TMNT chez IDW dans une ongoing de qualité, regorgeant de clins d’œil, de références, mais aussi de nouveaux éléments apportés à l’univers pour lui donner son caractère propre et se détacher de toutes les itérations précédentes. Un thème remarquablement introduit et qui a dont le traitement a donné les meilleurs singles (TMNT #5, Micro Serie sur Splinter) est la réincarnation avec des retours au Japon Féodal. On pouvait donc être optimiste quant à cette mini-série pour approfondir le background du Foot Clan, indissociable Némésis de la fratrie. A raison.

On commence la lecture plongé en plein Japon Féodal, avec un assassin trahi par son clan et forcé de se battre contre une armée entière. Il en ressort vivant, mais en perdant son pied (traduction de Foot pour les anglophobes…). Il ne doit son salut qu’à un pacte avec une sorcière et un démon.  Des Ninjas, des Samurais, un Démon, de la sorcellerie, de la trahison et des histoires de confiances, tous les ingrédients sont là pour nous livrer un récit épique. Cependant le titre ne se contente pas de nous ramener plusieurs siècles en arrière puisque l’on suit également les Tortues ainsi qu’April et Casey lors d’une conférence à l’Université qui fait le lien avec le passé.

Mateus Santolouco et Erik Burnham livrent ici des origines inédites du Foot Clan. L’absence de ces origines dans la Mythologie des TMNT d’IDW n’était absolument pas préjudiciable et ne gênait en rien la force du titre et son intérêt. Nous n’allons cependant pas bouder notre plaisir devant un tel récit, devant une telle richesse du background développé et l’intelligence dans l’utilisation de la période historique visitée. Même si les Tortues sont présentes, nous assistons réellement à une histoire centrée sur le Foot Clan. Le parallèle entre les deux périodes se fait sans cassure et sans aucun changement de rythme. C’était déjà Burnham qui avait excellé dans la Micro Serie Splinter, montrant ainsi son aise sur la période Féodale tout en distillant quelques pointes d’humour inhérentes au titre. Le cliffhanger ramène sur le devant un perso un peu négligé dans la série régulière.

Du côté du dessin, c’est également Santolouco qui officie. Ou on pourrait dire, qui excelle. Il arrive à insuffler une énergie et une certaine animation dans ses planches qu’on aimerait pouvoir retrouver dans l’ongoing. Sa vision des quatre frères (et surtout des bandeaux) est particulière et ne plaira pas à tout le monde, mais il s’approprie les personnages en leur donnant une identité malgré une faible apparition dans ce premier numéro. Avec les scènes de combats entre samouraïs présentes, on a hâte de voir ce que donneront les Tortues en combat. Les faiblesses sur Casey et April sont rapidement oublié par son style à part et la vie qui se dégage de ses dessins. Les colos de Joao Vieira, sensiblement différentes selon les époques, complètent un trait solide du brésilien.


TMNT The Secret History of the Foot Clan n’est donc pas qu’une simple mini-série pour profiter de la réussite d’une licence. Il n’y a aucunement besoin de suivre la série régulière pour apprécier les qualités indéniables de ce titre. Je dirais même qu’il n’y a pas besoin d’apprécier les Teenage Mutant Ninja Turtles. Réussir une mini-série sur des éléments non indispensables de l'univers TMNT (les origines du Foot Clan) n'était pas chose aisée, Mateus Santolouco et Erik Burnham le réussissent brillamment, en jonglant efficacement entre périodes historiques et situations dans le présent.