Review

My Little Pony: Friendship is magic #1, la review

idw   4
Le 04 Dec par
Apteis
My Little Pony: Friendship is magic #1, la review
Notre note
• Une écriture fluide
• Pas de besoin de connaître l'univers pour lire
• Un humour omniprésent
• Les Bronies aimeront
• Cela reste des Poneys...
• A-t'on vraiment envie de lire la suite si on n'est pas fan ?
    

De toutes les annonces de la dernière San Diego Comic Con, celle qui a fait le plus grand bruit est la série My Little Pony chez IDW. Pas la plus intéressante pour les lecteurs de comics, mais la communauté de Bronies (les fan de la série MLP, contraction de "bro" et "ponies") est bien plus importante qu'on pourrait le penser. Malgré un tirage plus que conséquent pour ce qui s'annonce comme l'un des plus gros succès de l'année (en termes de vente) la pénurie fût d'ailleurs crainte, et certaines couvertures (une vingtaine, une habitude chez IDW) s'arrachent déjà à prix d'or. J'avais annoncé il y a quelques mois que je ferais la review, et je tiens parole. Je voudrais juste préciser que NON, je ne l'ai pas acheté, j'ai laissé le soin de le faire à ma moitié qui l'attendait de pied ferme et qui m'a aidé à écrire cette critique, surtout pour raconter l'histoire que je serais incapable de restituer.

Mon petit poney est pour moi avant tout la série que je zappais pendant le Club Dorothée. Un traumatisme que mes camarades de classes en primaire m'infligeaient, mais je leurs rendais bien en enterrant leurs jouets dans le bac à sable de la cour de récré. Puis, je n'en avais pas entendu parlé pendant bien longtemps... Mais voila, en 2010, une nouvelle série animée vit le jour, la quatrième génération. Il s'agit de celle ci qui a envahit internet, qui possède une fanbase énorme et qui se voit donc doter d'une série comics chez IDW, grand spécialiste des adaptations sur papier de licences connues. Je ne vais pas chercher à faire un historique complet des Petits Poneys, si cela vous intéresse vous trouverez facilement des sites pour satisfaire votre curiosité. Ici, je ne parlerais que du premier numéro de cette série écrite par Katie Cook et dessinée par Andy Price.


Difficile de dire que je n'ai pas lu ce comic-book sans aucune appréhension ni aucun a priori négatif. Le concept des poneys ne m'intéresse pas, les fans de mon entourage me mettent en avant les nombreuses références geek pour me vanter la série, mais je n'y arrive pas. Je reconnais que l'animation est très réussie, mais ce ne sont pas des clins d'oeil à la culture dans laquelle je baigne qui me ferais tenir devant des épisodes. Et pourtant, j'ai été très intrigué d'emblée...

L'histoire prend place juste après la saison 2 qui s'est achevée il y a quelques mois, même si aucune connaissance particulière n'est requise. La Princesse Cadance s'est mariée et la Queen Chrysalis a été vaincue. Mais elle n'a pas dit son dernier mot et revient, à l'aide de ses Changeling envahissant Ponyville et kidnappant Applebloom, Sweetie Belle et Scoot. Twilight Sparkle, Fluttershy, Rainbow Dash, Apple Jack, Pinky Pie et Rarity ont 3 jours pour les sauver.

Sans connaissance particulière, on se retrouve assez vite submergé par les nombreux personnages introduits. Mais après tout, est ce bien important de ne pas connaître les pouvoirs et les spécificités de chacun ? Les personnalités des Poneys sont plutôt bien définies (a défaut de pouvoir dire qu'elles sont bien retranscrites par rapport à la série) et la mise en place est relativement efficace. L'univers est simple mais il est parfaitement défini. Je ne me suis à aucun moment senti perdu à quémander des informations à ma copine ou à chercher sur internet. Pour un premier numéro, tout est là. Les protagonistes sont présentés, l'intrigue également, et on assiste réellement à un début de quête. L'écriture est limpide et le titre se lit très bien, l'humour est omniprésent. On se retrouve finalement à la fin du single sans aucune impression de perte de temps et une lecture plutôt agréable. Les dessins peuvent paraître un peu flashy au premier abord et sont dans le ton direct de la série animée. Un certain dynamisme se dégage même lorsque l'on avance dans les pages et on a vraiment l'impression d'être face à notre écran télé.


Si on met de côté tout l'aspect My Little Pony, il n'y a pas grand chose à redire de ce premier single. L'écriture et le dessin sont d'un bon niveau, la série est bien lancée, mais une question se pose vraiment : malgré ces qualités réelles et la curiosité qui pourrait nous amener à lire ce fascicule, a t'on vraiment envie de lire la suite ? Ce ne sera pas mon cas. La lecture ne fût pas un calvaire comme je pouvais le penser, mais cela en restera la. J'ai lu le premier, je peux en parler, mais je préfère retourner lire mes séries habituelles ou m'attarder sur d'autres nouveautés. Outre ses nombreuses couvertures variantes qui raviront les fans (et le trésorier d'IDW), il faut noter la très bonne initiative d'avoir proposé un slipcase en regroupant 6. Bref, une série pour les fans, mais qui derrière le fanservice montre de vraies qualités. Les Bronies apprécieront sûrement.