Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Anthony et Joe Russo, les meilleurs architectes de Marvel Studios

Anthony et Joe Russo, les meilleurs architectes de Marvel Studios

chronique

Demain sortira sur les écrans français Avengers : Infinity War, troisième opus de la franchise crossover de Marvel Studios, mais également troisième film des frères Anthony et Joe Russo dans le giron du Marvel Cinematic Universe. L'occasion pour nous de revenir, après avoir longuement causé du chef de chantier de cette gigantesque entreprise, Kevin Feige, sur deux de ses meilleurs architectes. 

Nés pour travailler ensemble malgré une bonne année d'écart, les Russo ont signé leur premier film en sortant de l'université. Ce court-métrage financé avec des prêts étudiants et quelques cartes bleues surchauffées s'appelle Pieces, et aura la chance d'être repéré par le réalisateur Steven Soderbergh, connu pour la trilogie Ocean's. Aux côtés de l'un de ses potes, un certain George Clooney, le metteur en scène leur proposera ainsi de financer leur premier long-métrage, qui mettra en scène Clooney et un acteur bien connu du Marvel Cinematic Universe : Sam Rockwell

Rois du petit écran

S'ils sont particulièrement connus pour leur travail à la télévision, les Russo ont donc commencé sur le grand écran avec Welcome to Collinwood, une comédie à base de criminels, qui contient déjà une partie du style des deux frangins. Mais comme nous le disions, c'est vers le petit écran que le vent portera Anthony et Joe. Engagés par FX pour le pilote de Lucky grâce à leur premier film, ils sont repérés par Ron Howard avec leur premier pilote. Le réalisateur par intérim de Solo leur confie alors un autre projet : le pilote d'Arrested Development, un épisode inspiré par C'est arrivé près de chez vous (l'un des films favoris des deux frères) qui leur valu d'ailleurs un Emmy Award.
 
 
C'est à ce moment là que leur carrière à la télévision explose, les propulsant à la tête de la série Carloopers avant de les emmener sur la célèbre Community mais aussi sur les plateaux d'Happy Endings. Un trio de shows qui va définitivement associer les deux frères au petit écran, même si pour la petite anecdote, ils avaient réalisé un deuxième film entre temps, Toi, Moi et Dupree, l'une des nombreuses comédies d'Owen Wilson

Toi, moi et Captain America

Lorsque les Russo arrivent aux manettes du second Captain America, on parle donc volontiers d'un nouveau mercato typique de Marvel Studios, qui a toujours été réputé pour ses transfuges venus de la télévision, Joss Whedon en tête. Mais étrangement, ce n'est pas leur expérience à la télévision qui aurait convaincu Kevin Feige d'engager les Russo pour The Winter Soldier, mais plutôt leur rapport aux comic books. On sait que la passion et le respect pour la matériau de base joue pour beaucoup dans la réussite du Marvel Cinematic Universe, mais elle compte aussi en cas d'embauche, apparemment. 
 
En proposant à Feige une déconstruction de Captain America juste après l'essai nostalgique (mais pertinent) de Joe Johnston sur les comic books du Golden Age, les frères Russo vont donc retenir l'attention du patron du studio, et se lancer dans un film beaucoup plus proche du thriller politique. Et c'est une nouvelle fois une passion qui impressionne les équipes de tournage, puisque Joe et Anthony Russo se serviront de leur cinéphilie pour fixer très haut la barre, du côté de l'action notamment. 
 
 
Dès les premières minutes de The Winter Soldier, on comprend ainsi que Captain America est un autre homme, et que sa franchise est vouée à radicalement évoluer. Et cela passe effectivement beaucoup par la mise en scène des combats, duels et autres fusillades, à mi-chemin entre le Heat de Michael Mann et les The Raid de Gareth Evans, deux références martelées par les frangins, passionnés par le cinéma d'action depuis tout gosses, en pré-production.
 
En adaptant Captain America à la vie moderne et à leur propres goûts - il faut savoir que les deux bonhommes préfèrent largement Peter Parker à Steve Rogers - les Russo font donc une entrée fracassante dans le Marvel Cinematic Universe. Derrière le phénomène qu'est devenu Guardians of the Galaxy, je ne vois pas de plus grosse surprise dans l'histoire de Marvel Studios, d'ailleurs. Et l'arrivée des deux frères est d'autant plus forte qu'elle a non seulement satisfait les fans du premier Captain America tout en captivant une audience qui ne faisait jusqu'alors pas attention à ce bon Steve Rogers

Russo Bros

Une prouesse qui me fait dire que derrière l'école Whedon, c'est l'école Russo qui a fait son petit nid chez Marvel Studios. Pas étonnant donc, d'avoir vu Kevin Feige troquer l'ami Joss pour les deux frangins à l'approche du pinacle du Marvel Cinematic Universe. En ce sens, Civil War était un deuxième entretien d'embauche. En bossant une seconde fois avec les scénaristes Christopher Markus et Steven McFeely, les Russo ont en effet mis à l'épreuve les règles de la narration cinématographique, en casant un maximum de personnages sans perdre de vue leur héros et sa déconstruction en cours.
 
 
Un nouveau tour de force, à mon sens, qu'on a tendance à trop vite oublier. Les deux scénaristes comme les deux réalisateurs rappellent d'ailleurs dans le commentaire audio de Civil War que personne ne va voir un film de Marvel Studios pour la rigueur de son scénario. Et pourtant, ceux qui s'intèressent à l'écriture de pareils blockbusters le savent, les travaux des Russo sont tout simplement bluffants quand on les regarde sous cet angle. Non pas que The Winter Soldier ou Civil War soient parfaits, loin de là, mais ils imposent une telle quantité d'arcs narratifs à l'écran que cela force le respect.
 
Facile, quand on travaille à deux ? Pas si sûr. Pour avoir pu rencontrer les deux frangins, on le comprend d'emblée : ils ne se séparent jamais le travail selon des tâches bien précises, si ce n'est que Joe Russo, acteur de formation, a un peu plus d'expérience de ce côté là. Il faut plutôt voir les deux bonhommes comme la représentation physique du monologue intérieur qui anime tout réalisateur, et qu'on retrouve d'ailleurs aussi chez la plupart des super-héros. 
 
Ce qui est sans doute un avantage pour les cadres de Marvel Studios comme les équipes de tournage, qui ont deux fois plus de matière à travailler. A ce propos : il faut savoir que Joe et Anthony sont des réalisateurs plutôt exigents, qui aiment garder leurs acteurs concentrés dans une scène qu'ils vont répéter à 6, 7 ou 8 reprises, sans pause d'aucune sorte. Une expérience et un style de management sans doute glanés du côté du petit écran. Au contraire de réalisateurs sortis du circuit "classique" les Russo estiment en effet avoir cette capacité à se projetter dans les arcs des nombreux personnages, simultanèment, tout en gardant un œil sur les saisons précédents ou celles à venir.

Jamais deux sans trois

Une aubaine pour tout Hollywood (on leur a proposé Ghostbusters, Quantum & Woody ou encore Deadly Class, avec des résultats variés) mais surtout, une aubaine pour Kevin Feige, et encore plus si on réduit son génie à un simple transfert des méthodes télévidées sur le grand écran. Mais on a pu s'en rendre compte lors de notre compte-à-rebours, Marvel Studios va bien plus loin que ça, et je crois qu'en ayant pu compter sur le talent des Russo à des moments décisifs (comme la relance de la franchise Captain America ou l'augmentation du nombre de personnages à l'écrans), l'entreprise a pris en galons là où elle aurait pu se casser la trogne lamentablement.
 
Une autre à réussite à mettre au crédit des Russo, qui comme vous le voyez, sont deux réalisateurs peut-être plus fascinants qu'ils n'y paraît. D'autant plus fascinants, à mon sens, qu'ils sont parmi les rares à se prêter au jeu de la critique. On les voit assez régulièrement prendre la parole sur les défauts du Marvel Cinematic Universe, on sent une certaine humilité dans leurs commentaires (audio) et surtout, on peut s'amuser à les observer dans des interviews un peu décalées comme celle-ci, où les deux frangins réagissent au Honest Trailer de The Winter Soldier en direct. 
 

A l'approche de l'événement qu'est Avengers : Infinity War, il est donc plus que temps de se plonger dans la filmographie et les obssessions des frères Russo. On vous recommande vivement de le faire, d'autant qu'ils pourraient bien imposer "leur école" aux prochaines années du Marvel Cinematic Universe, et ce, dans quelques heures seulement.
Republ33k
est sur twitter
à lire également

Avengers 4 s'offre un premier synopsis évasif

Ecrans
Il reste moins d'un an pour les spectateurs du monde entier avant de pouvoir découvrir Avengers 4 dans les salles de cinéma. Si les ...

Robert Downey Jr. dévoile une nouvelle vidéo prise sur le tournage d'Infinity War

Brève
Si le film Avengers : Infinity War est sorti depuis bientôt un mois, il reste encore quantité de secrets sur le tournage à découvrir, ...

Avengers : Infinity War est désormais le plus gros film de super-héros au box-office mondial

Ecrans
Sera-ce vraiment une surprise ? Pas vraiment, diront les plus fins analystes (ou un peu tout le monde). Après avoir fait le plus gros ...

Les Russo confirment qu'Adam Warlock ne sera pas dans Avengers 4

Ecrans
En plus de soulever de nombreuses questions vis-à-vis de son titre, Avengers 4 est le centre d'attention des médias qui interrogent en ce ...

Avengers : Infinity War rapporte un milliard en un temps record

Ecrans
Il fallait s'y attendre. Avengers : Infinity War brisait déjà un premier record en amont de sa sortie aux Etats-Unis la semaine ...
Commentaires (2)
Vous devez être connecté pour participer