Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Oblivion Song : l'attrait et l'angoisse de l'inconnu par Robert Kirkman

Oblivion Song : l'attrait et l'angoisse de l'inconnu par Robert Kirkman

chronique

Oubliez les zombies (The Walking Dead), les super-héros (Invincible) ou les histoires de possession (Outcast). Pour son nouveau projet, l'auteur Robert Kirkman nous emmène - littéralement - dans une autre dimension. Au travers d'une publication simultanée en France (chez Delcourt) et aux Etats-Unis (sous son label Skybound chez Image Comics), Oblivion Song est un véritable événement dans le paysage comics. Et une entrée en matière dans un univers plus que prometteur.

Tout une partie de la ville de Philadelphie, et ses milliers d'habitants, disparaît. A leur place, des monstres gigantesques et une végétation jusque là inconnue, personne n'y comprend rien. Mais l'on ne suivra pas la panique initiale, et la réaction sur l'immédiat de l'humanité face à cette catastrophe, puisqu'Oblivion Song nous emmène dix ans après ce qu'on appelle la "Transférance". Un temps certain qui a permis à la ville de se ressaisir, de vivre avec cette partie d'elle-même dévastée, de se rappeler des héros du jour fatidique, ou de faire le deuil des disparus. Le deuil ? Pas pour tout le monde, et clairement pas Nathan Cole, qui a trouvé un moyen de passer de sa dimension à l'Oblivion, et s'évertue à vouloir ramener tout survivant qu'il rencontrera, quand bien même notre monde les aura oubliés ou comptés comme morts.


N'allez pas croire que toute la trame consistera à suivre des missions de sauvetage, où que Nathan Cole ait une posture purement héroïque (l'introduction ne le montre clairement pas sous ce jour), il n'en est rien. Robert Kirkman s'amuse avec son personnage principal pour dresser le portrait d'un homme ambigu, qui cache derrière un altruisme jusqu'au-boutiste des motivations personnelles que l'on invite à découvrir au fur et à mesure des six chapitres qui composent ce premier tome - et que le lectorat US ne pourra que découvrir dans six mois, ha ! Derrière cette pique taquine, on en profitera surtout pour souligner la très belle initiative de marché croisé, qu'on espère voir amenée à se développer plus souvent par les prochains temps.

Robert Kirkman utilise la galerie des personnages secondaires, de la compagne de Nathan à ses collègues de "travail", pour explorer comment chaque personne peut réagir à un évènement catastrophique. Il y a le retour à une vie "normale" comme après une prise d'otage ; il y a le traumatisme qui reste présent ; il y a la difficulté de retrouver ceux qui ont fini par vous oublier et mener une nouvelle vie. Les enjeux humains se retrouvent énormément présents au fil du récit, qui nous montre une société qui tente de se reconstruire, tout simplement. Et la quête de Nathan de prendre un tour de plus en plus désespéré au fur et à mesure des pages, amenant le lecteur à s'interroger - outre certaines motivations explicitées - ce qui peut bien conduire cet homme à vouloir retourner coûte que coûte dans l'Oblivion.

Car l'Oblivion, en vérité, qu'est-ce que c'est ? Un simple coup du sort, une catastrophe (sur)naturelle ? Une punition divine, un échappatoire providentiel ? Une façon de reconstruire sa vie ? Une forme d'environnement au premier abord sauvage, mais au final bien plus sain que notre société moderne ? Par sa dimension inconnue, l'Oblivion fascine autant qu'il pétrifie, interroge les envies de chacun, et pose les questions de l'adaptation à un nouvel environnement - car on pourrait aussi voir cette dimension comme les conséquences futures du réchauffement climatique, les kaïjus en moins. L'espoir aussi de se reconstruire et de se donner un nouveau départ, de se faire oublier du bruit étouffant des grandes villes, de redécouvrir l'humain - Kirkman n'est pas univoque dans ce qu'est l'Oblivion, et nous invite à la découverte. Et puis, il y a ce fameux "chant" qui donne son nom au titre, qui n'est peut-être pas assez abordé, mais qui se laisse deviner dans certaines réactions, certains non-dits, en filigrane. Comme une envie de se perdre hors du réel, parce qu'au final, le monde n'est-il pas plus dur pour ceux qui y sont restés ?


On n'en oubliera pas bien entendu toute la dimension fantastique de l'ouvrage, car au-delà de ses questionnements et de son intrigue (qui promet quelques surprises), Oblivion Song est aussi la proposition d'un univers séduisant. Et la séduction, on l'attribuera à la direction artistique de Lorenzo de Felici, qui associe à sa jungle urbaine des créatures retorses, au design organique, repoussantes et fascinantes à la fois. On retrouve tout un lore de cette dimension à explorer - car il s'agit aussi d'un autre territoire, avec ses formes de vie, ses peuplades peut-être ? - dans laquelle l'être humain devient colon. Dans les tailles, les apparences, de Felici excelle dans sa représentation de son "monde perdu" (au sens littéral), mais n'en oublie pas le notre, et un réel convaincant, porté par des personnages expressifs et une différence de palettes de couleurs qu'Annalisa Leoni maîtrise. D'une dimension à l'autre, on change de tonalité comme d'ambiance.

Pari réussi pour le lancement trans-frontières d'Oblivion Song. Le premier album proposé par Delcourt nous permet d'explorer le nouvel univers de Kirkman, et ses thématiques résolument humaines, tout en profitant d'une patte artistique entraînante, qui nous rassure quant à ce nouveau projet. L'Oblivion sur le papier, a quelque chose d'aussi entraînant que dans la fiction présentée. Y faire le premier pas, c'est prendre le risque de succomber à la tentation, celle de vouloir y retourner...

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Multiversity : Pax Americana, quand Watchmen s'affranchit d'Alan Moore

chronique
DISCLAIMER : un podcast complémentaire  "Le Back-Up" est à retrouver en fin d'article ! Au milieu de la dernière ...

Sony et Spider-Man : A quel moment a-t-on perdu trace du Tisseur ?

chronique
Disclaimer : un podcast complémentaire "Le Back-Up" est à retrouver en fin d'article ! En 1998, d'après le Wall Street ...

SDCC 2018 : un boulevard assuré pour DC Films ?

chronique
Ce week-end, une partie de la population sera tranquillement posée, à se dorer la pilule sur l'une ou l'autre plage, cocktail dans une ...

Batman #50 : bien plus qu'un mariage

chronique
En préparation depuis l'année dernière après une demande fort romantique, et un accompagnement éditorial et marketing poussé de DC ...

Anthony et Joe Russo, les meilleurs architectes de Marvel Studios

chronique
Demain sortira sur les écrans français Avengers : Infinity War, troisième opus de la franchise crossover de Marvel Studios, mais ...
Commentaires (1)
Vous devez être connecté pour participer