Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Pink Floyd et Doctor Strange, une histoire d'amour musicale

Pink Floyd et Doctor Strange, une histoire d'amour musicale

chronique
Forcément au centre des débats cette semaine, Doctor Strange est sur toutes les lèvres (les nôtres aussi, au coeur d'un Podcast plus long que le film lui-même) dans son incarnation la plus récente, portée par un Benedict Cumberbatch qui semble taillé pour le rôle de Sorcier Suprême.

Pourtant, l'histoire et le succès du personnage remontent à plus loin dans le temps, lorsque le plus psyché des artistes Marvel, Steve Ditko (co-créateur de Spider-Man), lui donne vie en 1963. C'est cinq ans plus tard que Pink Floyd, labellisé meilleur groupe de tous les temps (peut-être suis-je partial), s'apprête à changer la face du monde et se retrouve à rendre un hommage qui semble tout trouvé à un héros qui inspirera plus tard le réalisateur Scott Derrickson chez Marvel Studios, lui-même obsédé par le rock psyché des seventies - comme vous avez pu le constater avec la myriade de références de qualité qui parsèment son film.
 
En effet, c'est pour la pochette d'A Saucerful of secrets que le groupe de David Gilmour embauche Storm Thogerson (qui collaborera avec Scorpions, Led Zeppelin, Black Sabbath et d'autres grands noms de la musique), qui utilise un dessin de Marie Severin issu de Strange Tales #158 (1967) dans un collage dont il a le secret. Certes, il faut avoir l'oeil aiguisé et le savoir pour distinguer la silhouette du Sorcier Suprême, mais impossible de s'en défaire une fois que vous l'aurez repéré. L'artiste s'est d'ailleurs expliqué sur le sujet peu avant sa mort en 2013 : 

"L'idée était de représenter les intérêts des membres du groupe, à la fois collectivement et individuellement, d'une manière qui habillerait la musique si particulière de Pink Floyd. Des formes floues et tourbillonantes, avec ce mélange d'astral et de Dr. Strange, dans un rappel de certaines expériences 'pharmaceutiques'. C'est sur cet album que Pink Floyd a commencé à expérimenter davantage dans sa musique, et je trouvais que c'était le bon moyen d'exprimer cette idée.”
 
Une vidéo permettant d'ailleurs de découper cette pochette devenue culte devrait permettre de vous aider à y voir plus clair, pendant que j'espère, cette anecdote vous aura convaincu de vous replonger dans l'univers infini du flamant rose. 
 
 
Les plus fans d'entre vous sauront d'ailleurs que c'est le morceau Cymbaline (1971) qu'il vous faut écouter en priorité dans le cadre des liens qui unissent le groupe au héros Marvel, puisqu'on y trouve une référence directe à Stephen Strange
 

Galerie

Sullivan
est sur twitter
à lire également

Doctor Strange #1 : quand Mark Waid transforme Strange en aventurier spatial

Review
Le Fresh Start bat son plein, chaque semaine apporte son lot d'énièmes innovations utiles pour renouveler des héros que l'on a pris ...

Doctor Strange : Marvel Studios ouvre son troisième œil

chronique
 Précédemment dans notre Countdown To Infinity War : • Iron Man : point de départ ou point de non retour ...

Le scénariste de Dr Strange aimerait adapter Nightmare en cas de suite

Brève
Le scénariste C. Robert Cargill a récemment répondu à une session de questions/réponses pendant une rencontre à Austin, au ...

Benedict Cumberbatch ne sait pas si Doctor Strange 2 va se faire ou non

Ecrans
Si tout le monde attend la venue d'Avengers : Infinity War et Avengers 4 pour sceller une bonne fois pour toutes la longue phase 3 de ...

Mark Waid et Jesus Saiz s'occuperont du relaunch de Doctor Strange

Actu Vo
Le Fresh Start continue sa pluie d'annonces événementielles, avec une distribution harmonieuse des quelques gros noms de l'éditeur ...
Commentaires (1)
Vous devez être connecté pour participer