Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Infinity Wars #1 : un début de saga convaincant

Infinity Wars #1 : un début de saga convaincant

ReviewPanini
On a aimé• La superbe prestation de Mike Allred
• Une recette cosmique avec humour qui fonctionne
• A le mérite d'être accessible
• Un Thanos Annual rigolo...
On a moins aimé• ... mais dont il manque la moitié
• Introduction, introduction, introduction
• Une certaine augmentation de prix
Notre note

Alors qu'elle trouve tout juste sa conclusion de l'autre côté de l'Atlantique, la longue saga cosmique de Gerry Duggan, qui se sera déroulée sous les intitulés Infinity Countdown puis Infinity Wars, fait ses débuts dans l'offre fascicule de Panini Comics, qui profite de l'occasion pour lancer son opération Fresh Start. En remplacement du précédent Marvel Epics, softcover qu'on appréciait déjà pour le Guardians of the Galaxy de Duggan et le très chouette Thanos de Donny Cates, le nouveau fascicule annonce d'emblée n'être là que pour accueillir cette saga et ses à côtés (avec quelques guests de temps à autre). Une entrée en matière qui se fait convaincante, tant sur la proposition de départ que sur le plan artistique.

Alors qu'on avait reproché à Marvel la publication de plusieurs one-shots introductifs avant de passer à Infinity Countdown, on retrouve l'ensemble de ces numéros et le premier chapitre de ladite série réunis en un seul endroit, ce qui améliore considérablement le confort de lecture . En soi, le principe de préparatifs est bien respecté quand tout se lit d'un coup. L'idée pour le scénariste est de placer ses pions sur un gigantesque échiquier où il sera question des Pierres de l'Infini. Disséminées à de multiples endroits du multivers, ces dernières sont la source de convoitise d'un grand ensemble de personnages, avec l'imminence d'une catastrophe si quelqu'un venait à les réunir - et il ne s'agit pas forcément de Thanos.


Gerry Duggan se montre dans l'ensemble assez didactique, afin d'expliquer qui possède chaque pierre, ce qu'il compte en faire, le tout en proposant un assez vaste tour d'horizons de personnages Marvel plus ou moins cosmiques. Le one-shot dédié à Adam Warlock est assez exemplaire, avec une explication de l'historique du personnage en quelques double-pages bienvenues pour ceux qui ne le connaîtraient pas, Mike Allred étant très efficace et proposant une très belle entrée en matière - pour peu que vous ne soyez pas allergique à son style, très marqué "pop". 

A côté, le numéro Prime se fait un peu plus bavard pour raconter peu de choses au départ, mais profite des dessins de Mike Deodato Jr. et de la présence de Wolverine, pour quelques moments d'action bien sentis, le reste du déroulé se proposant là aussi de faire un état des lieux avant la véritable entrée en matère. C'est sur ce premier chapitre d'Infinity Countdown que les choses peuvent donc démarrer, et si les changement fréquents de scène peuvent perdre au début, on se plaît à voir le champ de bataille se bâtir.


En l'état au sortir de cette vaste introduction, il est difficile de juger si Gerry Duggan veut réellement se la jouer premier degré avec cette menace des Pierres de l'Infini ou s'il faut voir le tout comme une envie de gros délire, le scénariste n'hésitant pas à faire preuve d'un humour efficace dès lors qu'il retrouve ses Gardiens. Ce qui marquait déjà son précédent run, dont cette saga n'est que la juste continuation, simplement déguisée par des histoires de titre et de marketing. Malgré tout, même sans avoir lu les précédents numéros, Infinity Wars #1 n'est pas des plus inaccessibles, puisque son concept reste très simple. Aux dessins sur le premier chapitre d'Infinity CountdownAaron Kuder ne déçoit pas non plus en comparaison des travaux des deux autres artistes mentionnés, et sa capacité à jongler avec un grand nombre de personnages sans broncher est clairement appréciable.

Bien entendu, le recul sur la VO nous oblige à vous dire d'être méfiant de cette saga - comme nous avons dû le faire avec Metal l'an passé. Infinity Wars #1 vient rappeler que l'épopée de Duggan démarre de façon honnête et entraînante, pour qui a envie d'affrontements cosmiques et d'envolées grandiloquentes. Sur ce seul numéro, Duggan et ses compères font leur taff'. De même, il sera impossible de ne pas mentionner la hausse de prix du fascicule en ce début d'année - et qui sera effective sur l'ensemble de la gamme Fresh Start de Panini. Encore très avantageuse vis-à-vis de la VO, la tarification ayant subi une seconde hausse en l'espace de sept mois est là difficilement compréhensible, quoiqu'il faudra toujours se rappeler de l'état du kiosque en France depuis plus d'un an et les décisions qui ont dû être prises - dont nous n'avons pas toutes les clés, mais ce n'est pas le sujet de cet article.


En guise de conclusion, c'est une partie de Thanos Annual qu'il nous est proposée de découvrir. Un ensemble de courtes histoires que raconte le Cosmic Ghost Rider, géniale création de Cates et Shaw, sur le Titan Fou, et qui ont le mérite de ne pas se prendre au sérieux pour la plupart. Chargée d'explorer quelques facettes du personnage, elles évoquent avec poésie ou avec un humour redoutable la cruauté de Thanos et ses capacités malfaisantes. Une jolie conclusion, bien qu'il soit dommage que l'intégralité du numéro ne soit pas présente - on imagine qu'elle sera gardée pour le prochain numéro ? Proposer l'ensemble des histoires aurait été bienvenu.

Par honnêteté et avec le recul sur la VO, on sera obligé d'avoir un peu de méfiance vis-à-vis d'Infinity Wars, mais en tant que tel, ce premier numéro remplit son travail. L'introduction de Gerry Duggan, servie par des artistes en forme, pose les bases de ce qui s'annonce comme une grosse bataille cosmique délirante, et le mélange d'action et d'humour fonctionne très bien. La partie du Thanos Annual publiée est elle aussi réussie avec notamment ses traits d'humour noir, mais on regrette que l'autre partie ne soit pas déjà là. En somme, s'il faut juger par la seule qualité de l'ensemble, Infinity Wars #1 a le mérite d'être convaincant. A vous de franchir le pas !

- Vous pouvez commander Infinity Wars #1 chez notre partenaire à ce lien.

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Bloodshot Salvation Tome 2 : une conclusion au firmament

Review
Au printemps 2016, le jeune éditeur français Bliss Comics se lançait dans la grande aventure d'éditer les comics Valiant, en proposant ...

Aquaman - La mort du prince : des embruns au parfum de nostalgie

Review
Avec sa première aventure solo sur grand écran, Aquaman ne pouvait naturellement pas être laissé de côté par Urban Comics du ...

Savage : l'aventure à la dure

Review
En parallèle de ses publications dédiées à son univers super-héroïques, Valiant Comics propose également des mini-séries qui s'en ...

Batman Metal Tome 3 : un vacarme désagréable

Review
Sorti en début de mois chez Urban Comics, le troisième tome de Batman Metal vient conclure une longue épopée qui s'achevait en VO en ...

Invincible Iron Man Tome 1 : dites bonjour à Ironheart

Review
Si beaucoup des albums les plus récents de Panini Comics se consacrent désormais à la période Legacy de Marvel, le chemin de ...
Commentaires (2)
Vous devez être connecté pour participer