Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
The Green Lantern #1 : Combien d'étoiles pour Morrison ?

The Green Lantern #1 : Combien d'étoiles pour Morrison ?

ReviewDc Comics
On a aimé• Un hommage manifeste aux anciennes méthodes
• Liam Sharp sur de jolies réussites
• Un Green Lantern un peu différent
On a moins aimé• Confus (volontairement ?)
• Bavard pour pas grand chose
Notre note

Cette semaine en kiosques, DC dégaine la carte face cachée Grant Morrison sur la série Green Lantern, voire plutôt The Green Lantern, une extension emphatique du titre consacré au chevalier d'émeraude original, Hal Jordan, avec Liam Sharp aux crayons. Un numéro bien joli mais qui ne préfigure pas (ou pas tout de suite) d'un équivalent spatial de l'écriture "révolutionnaire" du scénariste, déjà proposé sur Batman ou à plus petite échelle sur Wonder Woman : Earth One

Quelques années après avoir pris de sérieuses distances avec l'écriture régulière de comics, Morrison aura - un peu - déçu récemment avec un second volume plutôt transitionnel des aventures de sa nouvelle Diana, tandis que son travail sur Klaus reste bon, mais incomparable avec ses vieux standards. A l'image des comebacks ratés de certains musiciens de légende, n'attendions nous pas trop du retour de Morrison sur une parution mensuelle chez DC ? Et lui, qu'est-ce qu'il en pense d'ailleurs ? 
 

 
The Green Lantern est un numéro plutôt copieux en termes de phylactères - ça dialogue sec dans les pages du scénariste, qui aime comme d'habitude s'écouter parler en canon et en polyphonie, encore que le fond de ce qui est raconté est finalement assez simple sur le papier. Hal Jordan, exclu de Oa, ère désormais sur Terre sans petite-amie ni boulot fixe. Par une belle matinée d'été, le héros va après quelques péripéties croiser la route d'un ancien collègue blessé et pouvoir (enfin) recharger son anneau. Fracassant les vilains qui s'en étaient pris à son copain, le personnage va regagner les faveurs des Gardiens et apprendre de leur bouche qu'un mal rôde dans les tréfonds du cosmos. 
 
Dès les premières pages, Morrison installe tout un contexte de dialogues absurdes avec son humour habituel (à vous de voir si vous êtes clients) pour présenter quelque chose de simple avec un procédé pesant. L'introduction a cependant l'avantage de ne pas attaquer directement sur la menace de fond - ou pas trop - ni sur Hal Jordan lui-même. Cela étant dit, cette façon de commencer par présenter le problème avant d'aller retrouver le présent, le quotidien du héros évoquerait la méthode Bronze Age des comics, auquel on aurait ajouté les dialogues d'un space comics anglais (où les personnages secondaires ont souvent une tchatche de chauffeur de taxi - c'est leur truc, faut être né là bas pour comprendre). 
 
A moins qu'il ne s'agisse que d'un effet en trompe l'oeil des dessins de Liam Sharp, qui s'applique pas mal à donner à l'ensemble, dans les découpages comme sur les postures ou l'encrage, une tête de vieux comics des années 1970/1980. A l'époque où le trait de la ligne claire se complexifiait et que les artistes cherchaient à appliquer leur propre patte, parfois stylisée, parfois surexpressive, comme Neal Adams ou Stephen Bissette. Le numéro est assez joli dans l'ensemble en accomplissant ce grand écart historique entre différents styles, ce qui passe aussi par les compo' et les découpages, didactiques jusqu'à l'excès (comme cet effet numérique spatial violet, proprement affreux). Le "to be continued" de la dernière page participe à ce même hommage rétro'.
 

 
En dehors de ça, on appréciera un Hal Jordan plutôt direct et désabusé, qui balance même une réplique à la Dirty Harry. Difficile de savoir à quel moment précis de la continuité Morrison reprend le héros, s'il n'est pas revenu quelque peu en arrière ou si l'on doit prendre en considération tous les événements galactiques récents (le numéro est très accessible cela étant dit, même si vous n'êtes pas lecteurs usuels de Green Lantern et ses copains en pyjama). Cette caractérisation du personnage est peut-être d'ailleurs l'un des seuls indicateurs d'identité concernant le chemin que compte emprunter le scénariste sur ce run - peut-être une authentique série à la Clint Eastwood dans l'espace, où Hal Jordan botte des culs et prend des noms.
 
Sur le reste, le numéro est assez flou. La menace assez mal définie, l'intrigue de fond assez vaguement présentée, on se paume un peu entre une introduction qui prend son temps et des dialogues qui sont soit trop soit pas assez explicites. Bien entendu, personne ne doute que ce The Green Lantern sera une aventure agréable à retrouver plus tard en relié, d'autant qu'on sait que Morrison n'a jamais été un fan des introductions clés en mains (Action Comics faisant foi), mais pour l'heure il sera difficile de chauffer votre mamie ou votre petit frère à la lecture de la série sur le long terme avec ce seul premier numéro. Pour peu que votre mamie ou votre petit frère lise déjà des comics d'ailleurs, et si c'est le cas on est plutôt contents pour vous - mais dans ce cas là, autant leur faire découvrir Sentry, soyez logiques un petit peu.
 
En résumé, il est difficile pour le moment de comprendre la direction ou les thématiques que Grant Morrison compte emprunter. Les premiers indices pointent vers un Hal Jordan un peu différent de d'habitude, une sorte d'esprit rétro' dans le dessin et la narration qui laissent espérer un hommage à l'histoire éditoriale du héros (il faudra alors avoir toutes les références, et nos excuses si vous avez vu des trucs qu'on aurait manqué), mais c'est à peu près tout pour le moment. Plutôt joli et pas mal fichu dans l'ensemble, ce The Green Lantern #1 n'est cependant pas forcément un réel événement dans les sorties de cette semaine, malgré l'équipe créative ronflante. On se laisse là-dessus ?
Corentin
est sur twitter
à lire également

Frank Quitely signe une superbe variante pour The Green Lantern #1

Brève
La série The Green Lantern de Grant Morrison et Liam Sharp fera partie des petits événements éditoriaux des semaines à ...

Grant Morrison prépare déjà un 'Year Two' à The Green Lantern

Actu Vo
Parmi les quelques relaunches annoncés par DC Comics dernièrement, The Green Lantern de Grant Morrison et Liam Sharp s'annonce ...
Commentaires (3)
Vous devez être connecté pour participer