Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Farmhand #1 : quand Re-Animator se met au vert

Farmhand #1 : quand Re-Animator se met au vert

ReviewImage
On a aimé• Une idée de départ séduisante
• La tonalité entre horreur et comédie
• Le dessin de Rob Guillory
On a moins aimé• Un léger manque d'enjeux
Notre note

Reconnu pour son travail sur le génial Chew, l'artiste Rob Guillory s'en est revenue cette semaine chez Image Comics pour un travail où il occupe aussi la position de scénariste, Farmhand. Une comédie noire où les progrès de la science et de l'agriculture se mélangent dans ce qui s'annonce comme un potentiel joyeux bordel. En somme, ce qui a de quoi nous plaire. 

Dans un futur très proche, un fermier tout ce qu'il y a de plus normal, Jededdiah Jenkins, au cours d'un évènement qui reste mystérieux, découvre comment faire, de façon totalement scientifique, comment faire pousser des organes humains sur des plantes. Un ingénieux procédé, vite repris par l'industrie, qui pousse à l'élaboration d'une ferme très particulière, source de curiosité et d'intérêts économiques, évidemment. Les organes sont utilisés pour faciliter la vie de nombreuses personnes, et à n'en pas douter, il n'y a rien qui pourrait dégénérer à partir de cette situation. Douce ironie, quand tu nous tiens.


Pour rendre compte de son concept de base fort sympathique, Guillory prend la piste familiale en nous emmenant aux côtés du fils Jenkins, Ezekiel de son prénom. Ce dernier a coupé les ponts avec son père, sous fond de crise familiale à base de non dits et de secrets, mais une visite à la ferme devrait permettre de renouer des liens, et de réparer les cassures familiales. Une approche intimiste d'un côté, sur laquelle l'auteur dresse des portraits tendres, la famille d'Ezekiel étant à la découverte de cette figure parentale mystérieuse, en même temps que le lecteur. Ce dernier aura d'ailleurs un aperçu plus global par d'autres moments, où l'histoire vire vers quelques orientations complotistes, sous fond d'espionnage industriel, avec un peu d'horreur et d'humour noir. On sent quelques inspirations propres à la comédie horrifique, le gore joyeux nous renvoyant par exemple à Re-Animator (le côté cul en moins).

Farmhand se montre tout aussi réjouissant visuellement en profitant du style cartoony, plein de personnalité de Rob Guillory. L'artiste se montre généreux et inventif lorsqu'il s'agit de montrer la ferme à organes, en mêlant les plantes et l'anatomie humaine pour des résultats curieux - et on ne se le cache pas, un peu inquiétants. L'occasion de disserter un peu sur les limites de la science, et de ses liens avec l'industrie. Des thématiques actuelles mais qu'on ne retrouve pas forcément partout, bien que l'esprit de divertissement prime sur l'ensemble, Guillory ayant clairement envie de s'amuser avec ses lecteurs.


Farmhand se révèle donc immédiatement sympathique, avec une introduction qui bénéficie d'un peu plus de pages que la moyenne, et permet à l'auteur et artiste de défendre ses idées. En brassant allègrement les genres, avec un point de vue au plus proche de ses personnages et des mystères généralement bien amenés, l'envie de poursuivre la lecture est présente. Tout au plus pourra-t-on reproche, malgré ce format long, de ne pas voir plus grand (pour le moment), dans ce qu'il veut raconter. Guillory livre une histoire originale, drôle mais qui pourrait aller aussi plus loin - mais on attendra de voir le second numéro pour juger de la direction. En attendant, c'est une vraie bonne découverte chez Image Comics.

Pari réussi pour le nouveau titre de Rob Guillory. Farmhand bénéficie forcément du style on ne peut plus chaleureux de l'artiste, dans un style proche du cartoon et qui permet de faire vivre un univers inventif et riche visuellement, sur une proposition à la croisée des genres. Pour qui aime ce genre de lecture, au ton humoristique, un peu noir, et les délires horrifiques, alors à n'en pas douter, Image Comics a quelque chose pour vous !

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également
Commentaires (0)
Vous devez être connecté pour participer