Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Tortues Ninja : L'Histoire Secrète du Foot Clan, retour en force du Shredder

Tortues Ninja : L'Histoire Secrète du Foot Clan, retour en force du Shredder

ReviewIndé
On a aimé• Le folklore ninja pris plus au sérieux
• Mateus Santoloucou
• Dynamique, rythmé, efficace
On a moins aimé• Une partie Tortues un peu légère
• Un peu de retard sur ce qui s'est fait depuis
• Les limites d'un comics de licence
Notre note

Il y a trente-quatre ans, Kevin Eastman et Peter Laird donnaient naissance à une idée folle née d'un croquis hasardeux dans une après-midi entre amis. Les Tortues Ninjas, réponse invraisemblable à l'importation massive vers les Etats-Unis d'un folklore japonais au firmament des années 1980, auront traversé les époques et les générations de lecteurs par bien des relaunchs et éditions collectées. Quelques années après que Soleil ait cessé d'éditer la licence sur notre territoire, Hi Comics reprend le flambeau avec un doublé qui nous parvient aujourd'hui. Premier de la pile (arbitraire) : L'Histoire Secrète du Foot Clan, une mini-série complémentaire du dernier volume, lancé il y a quelques années.

D'abord, quelques présentations. Pour peu que vous n'ayez jamais mis les doigts (écaillés) dans les séries TMNT, un bref retour s'impose pour comprendre les subtilités des bas fonds de New-York et cette parodie curieuse de l'esprit American Ninja. Lorsque les Tortues apparaissent, sont déjà présents deux pivots de leur paysage secondaire : le maître Splinter et le Shredder, l'un allié et merveilleux sensei en perpétuelle robe de chambre, l'autre ennemi et antagoniste historique avec encore plus de pointes et de griffes sur son costume à chaque nouvelle itération. 
 
Les origines de ces deux personnages varient d'un relaunch à l'autre, aussi ce volume vous permettra de vous familiariser avec l'itération en vigueur actuellement. Cette fois, Splinter n'est pas le rat d'un grand maître des arts martiaux, ce n'est pas non plus un mutant tombé sur un manuel de ninjutsu en faisant le ménage un dimanche après-midi. Dans L'Histoire Secrète du Foot Clan, Erik Burnham et Mateus Santolouco reviennent sur l'origine définitive du duo, Hamato Yoshi et Oroku Saki, les facettes d'un conflit séculaire cette fois bien loin d'une simple jalousie de rivaux en amour. On retourne à l'époque de la féodalité japonaise, du mystique (et aussi des extra-terrestres) dans un tome qui prend la mystique ninja un peu plus au sérieux que d'habitude.
 

 
Le tome s'ouvre sur les recherches d'un académicien qui aura choisi de retracer l'histoire du Foot Clan, l'organisation du Shredder dont l'existence court sur toute l'histoire du Japon. Ses recherches permettent le récit des origines de Saki et Yoshi, en alternance de points de vue entre la passé et le présent. Le segment sur les Foot est le point fort du volume, en contrepartie d'une aventure des Tortues assez basique dans l'enchaînement. On découvre beaucoup de choses sur le fonctionnement des ninjas dans cette nouvelle aventure, qui va déjà prendre la bonne décision de situer l'intrigue à une époque très reculée, plutôt que de dépouiller les ninjas de leur histoire en les faisant commencer directement dans l'ère moderne (ou les années '80).
 
On se retrouve donc devant un paysage de séries à la Kenshin en très accéléré : le clan, leurs objectifs, le shogun, l'intérêt n'est pas là. On cherche plutôt à savoir qui est Shredder, quel est son but et comment ce puissant adversaire a pu parvenir à déjouer le passage du temps. A ce sujet, les dessins de Santolouco sont assez brillants dans l'exécution et le dynamisme, pour de jolis combats et un folklore crédible qui cherche moins les fantaisies communes à "l'esprit TMNT" (demandez à Bebop si vous ne voyez pas de quoi il s'agit). Les couleurs sont aussi assez brillantes et on évite l'écueil de nombreux comics à licence, dans des segments d'action bien exécutés et qui se lisent vite sans forcément décaper l'oeil non plus.
 
Côté Japon féodal, on est ici face à un pur récit de clans, de créatures fantastiques typiques de la culture empruntée, de trahisons, de ninjas, de père, de fils, et de réincarnations entre les deux - la série ne se cache pas de cet esprit (une référence au boudhisme va même la justifier théologiquement) - en somme un assez joli pan qui pousse plus loin la rivalité de Yoshi et de son adversaire griffu que le simple différend amoureux autour de la jolie Tang Shen
 

 
Derrière, le tome est hélas assez simpliste dans l'exécution. Le segment présent intéresse moins, porté sur les Tortues et dans l'installation du contexte - on est encore aux premiers pas de ce nouveau volume et les arcs les plus poussés sont encore à venir. Par exemple, l'entrée de Krang n'est pas encore explicitement définie, quoique le lien qui unira plus tard le Shredder à son allié cérébral s'éclaire d'une lueur nouvelle dans cette origine repensée.
 
Les Tortues n'étant pas au coeur des enjeux, leur aventure se vit comme un combat de plus dans l'enchaînement classique de la série. Une aventure qu'on pourrait comparer à un épisode de build up en attendant la suite. Si vous n'aviez pas fait les présentation avec les héros de ce volume pris in medias res, pas d'inquiétude, tout est assez clair et expliqué en cours de route, depuis les nouvelles têtes de l'entourage des Foot avec l'origine des quatre héros dans cette version repensée (toujours assez pertinente d'ailleurs).
 
On peut généralement trouver son plaisir dans les pages de ce tome pour peu qu'on s'attende cependant à une génération de TMNT encore un peu polie et sur ses premiers pas. Là où IDW aura bien fait les choses pour déployer un vaste univers autour de ses Tortues, on sent ici une envie de reconquête d'un terrain peut-être perdu par le passage des générations : réintéresser les jeunes lecteurs et les passionnés au mythe des Chevaliers d'Ecaille, étape par étape, avec ici une mini-série honnête et plutôt séduisante sur le plan des origines du vilain. En somme, un tome qui fait le job, à conseiller aux passionnés et à un lectorat peut-être moins féru de super-héros.
 

 
Les Tortues Ninjas sont de retour sur notre territoire. Paradoxalement, la solution trouvée par Hi Comics pour se montrer complémentaire du travail déjà proposé par Soleil passe par un autre travail d'origin story. Plutôt que de rééditer ce qui était déjà arrivé en France, on retrouve ici les racines mêmes de ce pourquoi combattent les Tortues contre leur vilain violet, dans une mini agréable à l'oeil et plus sérieuse que d'autres volumes sur le traitement des ninjas et l'envie de donner corps à une mythologie cohérente. Une bonne lecture, avec ses limites.
Corentin
est sur twitter
à lire également
Commentaires (2)
Vous devez être connecté pour participer