Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Image Comics : 25 titres à découvrir pour leurs 25 ans

Image Comics : 25 titres à découvrir pour leurs 25 ans

DossierImage

En complément de notre Calendrier de l'ARTSvent nous vous proposons aujourd'hui un dossier spécial, présent là aussi à la fois dans une optique de conseils de lecture slash idées cadeaux (notamment si vous avez reçu quelques étrennes à Noël), mais également une occasion pour nous de fêter comme il se doit les 25 années d'existence d'Image Comics.

On ne vous fera pas ici un immense rappel historique, mais depuis la fondation en 1992 de l'imprint par huit créateurs, décidés à braver le contrôle créatif abusif des Big Two, jusqu'à l'image d'eldorado créatif actuel, Image Comics aura vécu de nombreuses aventures. Porté aux nues actuellement pour les nombreuses productions de qualité qui voient le jour sous son giron, il était tout naturel pour nous de vous proposer une sélection de 25 titres (en accord avec le numéro anniversaire) qui nous paraissent essentiels à nos yeux pour apprécier ce qu'il se fait de mieux chez l'éditeur. Certains sont déjà bien connus d'un grand nombre de lecteurs, et nous vous invitons du coup à partager ce papier également à ceux qui veulent se lancer dans du comics indé !

Bien entendu, choisir c'est renoncer, et il ne faut pas non plus voir dans ce dossier un quelconque "Top", les titres étant regroupés plus par thématiques que par un semblant d'ordre d'importance, qui n'aurait pas lieu d'être tant les titres peuvent être différents les uns des autres (et que de nouvelles perles débarquent encore chaque mois, comme Maestros, notre pépite la plus récente). De fait, si vous avez envie de partager votre titre Image préféré, n'hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires !

Note : en dessous de chaque paragraphe de présentation seront présents des liens affiliés vers les versions VO/VF des ouvrages en question, si l'envie vous prenait de prendre un livre en faisant un petit geste à notre rédac'. Enfin, je tiens à remercier AlexLeCoq, Corentin, JB et Republ33k pour leur participation cruciale à l'élaboration de ce dossier.

1. Des outsiders au charme particulier
Chapitre 1

Des outsiders au charme particulier

Commençons doucement par une petite sélection de titres qui plaisent à la rédaction pour leur qualité, mais qui n'ont peut-être pas faits autant de vagues que les plus grands représentants d'Image de ces dernières années. Voilà donc de quoi répondre à ceux qui ne jurent que par Saga et qui sont en manque de nouveautés !

Shutter

Suivant Kate Kristopher, la plus grande aventurière de la terre, lorsque celle ci doit abandonner la vie calme et rangée dans laquelle elle s'était réfugiée suite à la révélation d'un lourd secret familial. Shutter nous embarque dans un récit à 100 à l'heure dans un monde aussi loufoque que dangereux, imaginé par Joe Keatinge. En plus d'être une formidable ode à l'aventure et au dépassement de soi, la vraie force de Shutter est le dessin de Leila Del Duca ; son sens du détail fait que les planches de Shutter fourmillent de petits easter eggs ou de situations cocasses en arrière plan qui sont toujours un plaisir à découvrir ou à redécouvrir. 

Le premier tome est disponible en VF chez Glénat Comics. Pour la VO, cinq tomes sont disponibles, le premier est à retrouver par là.

 - JB


Material

Exercice complexe que de résumer Material, l’un des travaux d’Ales Kot chez Image Comics. Le sujet n’est pas spécifique à une trame, une série de personnages - Material parle de tout et de rien, de société, de science, de clivages sociaux, de religion. C’est une série sur l’humain face au chaos, l’humain face au présent, à la vie, à un million de détails triviaux liés entre eux comme la fresque d’un Paul Thomas Anderson, sans liant apparent. La série en soi retrace comment la vie s’orchestre dans ses moments de respirations où se cherche le sens profond des choses, à travers une galerie de portraits où le plus intéressant demeure celui d’un vieil universitaire qui ne comprend plus ce que lui réserve l’existence. Cadrée comme un film par Will Tempest qui joue sur la symétrie, les zooms et les angles, Material est une des séries les plus profondes et intelligentes sur le marché, qui déploie une capacité à réfléchir d’une ampleur inversement proportionnelle à sa longueur - de quatre numéros. Et, en fait, c’est ça qui est bien.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de la mini-série en un volume par ici.

- Corentin


Invisible Republic

Avec Invisible Republic, Corinna Bechko et Gabriel Hardman racontent l'ascension d’un homme de pouvoir, dans les cahiers effacés de l’histoire politique. Sur un principe de narration passé/présent, un journaliste va rassembler les pièces de ce que l’on ne sait pas du leader rebelle Arthur McBride, son ascension complexe où l’écriture déploie des forces grandioses et où le dessin illustre avec adresse ce monde futuriste, où l’homme aura colonisé l’espace pour fuir un monde natal devenu inhospitalier. Un thriller politique dans les étoiles, beau, intelligent, bien construit et surprenant.

Vous pouvez d'emblée découvrir Invisible Republic en VO par là, mais on vous rappellera aussi que la VF arrive en début d'année prochaine chez Hi Comics !

- Corentin


Extremity

Illustrateur hors-pair qui s’était fait connaître pour son comic-book dédié aux fans de Star Wars, Green Leader, et l’auto-publication de sa propre série de SF, Space Mullet, Daniel Warren Johnson est parti à l’assaut d’Image Comics cette année avec Extremity. Sorte de Space-Fantasy assaisonnée au post-apo, la série suit les parcours d’une famille embarquée dans une histoire de vengeance hors-norme. Ajoutez à cela des personnages attachants ou délirants comme un robot au grand cœur et vous obtenez une fresque aussi divertissante que touchante.

Si la série vous intéresse, le premier album est sorti cet automne, en attendant une éventuelle VF.

- Republ33k


Glory

Créée par Rob Liefeld, Gloriana "Glory" Demeter est pur produit des 90's dans les bons comme dans les mauvais aspects. Cette gladiatrice mi-amazone mi-démon subira un véritable 180° éditorial au début des années 2000 quand Alan Moore reprendra son le personnage  pour un unique numéro, dans lequel il posera les bases de ce que sera sa série Promethéa. Relancé en 2011 par Joe Keatinge (encore lui !) pour douze numéro d’action débridée, la série marque surtout pour moi la découverte de Sophie Campbell, dessinatrice de talent qui s'est depuis illustrée chez IDW sur les Tortues Ninjas ou encore avec Jem & les Holograms.

Pour les curieux, le premier TPB est disponible ici, à moins que le format intégrale vous convienne d'emblée.

- JB


Chapitre suivant >Du fantastique dans tous ses états
2. Du fantastique dans tous ses états
Chapitre 2

Du fantastique dans tous ses états

Dans cette courte section figurent des titres où le réel se trouble pour laisser place à un imaginaire tantôt extravagant, tantôt pas si éloigné de nous. Entre magie et onirisme, des séries pour ceux qui veulent s'évader dans des univers adultes.

A.D. After Death

Pour le moment terminée après trois numéros un peu spéciaux, la série A.D. After Death pourrait un jour revenir dans nos comics shops. Quoi de plus normal pour un titre qui prend racine dans univers où la mort a été vaincue ? En trois numéros, Scott Snyder livre le meilleur de sa plume dans cette série plus proche du texte illustré que du comic book, mais qui ne perd pas sa puissance narrative et émotionnelle pour autant. Il faut dire que les dessins sont signés par un Jeff Lemire inspiré. Un titre curieux et philosophe, à découvrir d’urgence.

Pour découvrir le titre, on vous conseillera l'album en VO - ou d'attendre le mois de mars prochain pour la VF d'Urban Comics.

- Republ33k


Phonogram

Comme il aime à le dire lui même Phonogram est le premier "vrai" travail de Kieron Gillen, il est ici accompagné par son compère de toujours Jamie McKelvie. Dans cet univers où la musique est une source de pouvoirs magiques Kieron Gillen nous raconte tour à tour les histoires de David Kohl, un critique ancré dans la nostalgie puis d'Emily Aster, une magicienne ayant échangé la moitié de sa personnalité contre ses pouvoirs. Si le premier tome nous interroge sur la manière dont nous percevons les oeuvres d'art qui nous ont construites il reste clairement une oeuvre de jeunesse. La série trouvera ses lettres de noblesse avec son tome 2, écrit comme un film chorale, mais surtout avec le tome 3 dont la lecture vous fera relativiser à quel point la haine et l'amour sont des sentiments similaires et complémentaires.

Le premier tome est arrivé en VF au printemps dernier chez Glénat Comics, mais pour les puristes, on vous renverra aussi sur la magnifique édition intégrale proposée par Image.

- JB


God Country

Vous le savez, l'arrivée de Donny Cates et Geoff Shaw chez Marvel n'est pas passée inaperçue sur COMICSBLOG.fr et c'est principalement grâce à leur titre Image Comics, God Country. Cette série assez unique permet d'explorer le combat d'une famille américaine face à la dégénérescence du grand-père, Emmett Quinlan, qui devient plus violent au fur et à mesure que ses souvenirs s'estompent. Le bonhomme va cependant retrouver la forme en mettant la main sur une épée venue des profondeurs de l'espace. Magnifique, brillante, touchante, il n'y a pas assez de superlatifs pour décrire cette série unique. Le mieux, c'est toujours de la découvrir.

Le premier TPB de God Country est à retrouver par là.

- AlexLeCoq


Sex Criminals

Contrairement à ce que le titre nous laisse à penser, Sex Criminals ne raconte pas l’histoire de personnages peu fréquentables mais plutôt de héros du quotidien qui découvrent qu’ils ont la capacité de ralentir le temps après un orgasme. Bien pratique quand on compte voler aux riches pour donner aux pauvres ! Drôle, fou et plein de vérités sur notre monde et sa vision de la sexualité, le titre de Matt Fraction et Chip Zdarsky est un must, même si son rythme de publication le rend parfois difficile à suivre !

Le titre est à retrouver en VO par ici, mais vous avez également le choix de la VF avec Glénat Comics.

- Republ33k


< Chapitre précédentDes outsiders au charme particulierChapitre suivant >Du polar noir, c'est noir
3. Du polar noir, c'est noir
Chapitre 3

Du polar noir, c'est noir

Ici, on ne rigolera pas. Pas une fois. Image Comics s'est également illustré ces dernières années pour des récits de nature polar/thriller, tantôt bruts de réalisme, parfois flirtant avec d'autres genres. Voici une sélection de titres que nous vous recommandons si vous êtes en manque de lectures avec du p*tain de punch !

Criminal

Ayant déjà gagné ses lettres de noblesses pour ses Run sur Captain America et Daredevil, Ed Brubaker s’imposa comme l’un des plus grands auteurs de polars actuels avec Criminal. La série gagna même l’Eisner Award de la meilleure nouvelle série en 2007 tandis que Brubaker gagnait celui du meilleur auteur. En nous mettons de manière frontale et ultra réaliste face à ce que la ville de Central City a produit de pire, Brubaker dresse des portraits de malfrats et de criminels qui, s’ils sont tous détestables, n’en restent pas moins des êtres humains. La série fut d’abord édité par Icon mais c’est désormais Image qui s’en occupe. Sa présence dans cette liste n’est donc pas criminelle.

Vous pouvez découvrir toute la série dans la langue de Dr. Dre par ici, ou vous reporter sur le travail d'édition française de Delcourt par là.

- JB


Deadly Class

Avec Deadly Class, Rick Remender casse sa dynamique habituelle, d’aller chercher dans la science-fiction son propos général sur l’humain. Alors que, tout est déjà là, mais à une forme embryonnaire. Le récit ressemble plus à la vision de l’adolescent Remender, transporté dans une école d’assassins inspiré d’un imaginaire asiatique. Il est isolé, ne rentre pas dans les cases, et va devoir arpenter ce passage forcé à l’âge adulte par des étapes plus invraisemblables et violentes les unes que les autres. Sa quête de l’amour, l’oubli de ses mauvais souvenirs, l’ensemble est livré avec une énergie folle, une puissance quasi-punk dans l’apport de cette jeunesse fiévreuse et compliquée, enrichie par de moments humains puissants, grâce à une galerie de jeunes héros travaillés et puissants. Wes Craig fait de son côté un boulot irréprochable sur les intérieures, qui véhiculent la même énergie.

Deadly Class jouit aussi d'une bonne réputation outre-atlantique, donc si l'édition VO ne vous convient pas, c'est du côté d'Urban Comics que vous pourrez vous tourner.

- Corentin


Kill or be Killed

Dernière collaboration en date (et toujours publiée) d'Ed Brubaker avec son artiste préféré Sean Phillips, Kill or be Killed est un récit on ne peut plus sombre, et une véritable petite frappe à chaque chapitre. Dylan est un ado dépressif, qui tente de se suicider, pour être miraculeusement sauvé par ce qui semble être un démon. Mais ce sauvetage a un prix, et Dylan doit désormais tuer une personne par mois s'il veut rester en vie. Reprenant les codes du vigilantisme dans un thriller on ne peut plus noir, Brubaker livre le portrait d'une jeunesse perdue, s'interroge sur l'acte de tuer comme peu oseraient le faire, mais nous parle également d'amour et de relations humaines compliquées. Un mélange troublant, explosif, qui fait de Kill or be Killed l'une des meilleures séries du Image moderne.

Là aussi, le titre est à découvrir directement en TPB, mais on vous rappelle que dans quelques semaines le premier tome en VF arrive chez Delcourt.

- Arno


Southern Bastards

Jason Aaron est un scénariste aux nombreux talents qui sait parfaitement jongler entre le mainstream et l'indé comme l'explique en détails notre dossier sur le bonhomme. Mais si vous deviez choisir un seul titre, je vous conseille de filer droit vers Southern Bastards. Au cœur de l'Alabama, nous suivons l'histoire d'Earl Tubb, déjà vieux loubard, qui va retourner dans la ville de son enfance, dont son père assurait avant la sécurité en temps que sheriff. En découvrant que Craw County est un repère de rednecks régit par la violence, Earl va décider de nettoyer le quartier. Viscéral et édifiant sur la mentalité de certains coins paumés des USA, Southern Bastards est probablement un immanquable mis en image par un Jason Latour jamais autant inspiré. 

Comme beaucoup de ses collègues dans cette catégorie, le titre peut être retrouvé en version originale par là, ou en VF chez Urban Comics par ici.

- AlexLeCoq


Fatale

Après avoir eu une approche plus que réaliste du polar avec Criminal, Ed Brubaker décide ici d’en appeler au surnaturel lovecraftien pour ajouter un peu d’horreur et de macabre à ses récits. Fatale nous conte l’histoire de Jo, une femme “fatale” comme il en existe chez Raymond Chandler ou James Ellroy sauf que Jo est immortelle et qu’elle peut par sa simple volonté faire plier l’esprit des hommes. Retrouvant Sean Philips au dessin, Brubaker, après avoir dynamité les code du polar moderne, s’attaque aux racines de ce dernier avec un récit s’étalant sur tout le siècle dernier. Première oeuvre du duo Brubaker/Philips chez Image Comics, Fatale est l’annonciateur de leur explosion créative qui continue depuis avec des séries comme The Fade Out (Fondu au Noir en VF) ou encore Kill or Be Killed, mentionné juste avant.

Et comme la plupart de ses oeuvre, Fatale est également à retrouver du côté de Delcourt, si jamais les TPB VO par là ne vous attirent pas.

- JB


Renato Jones

Pourquoi ne pas tuer les riches ? En s’armant du célèbre fait “1% des gens sur Terre possèdent plus que les 99 autres”, Kaare Kyle Andrews bâtit un héros à mi-chemin entre Green Arrow et le Punisher, une violente droite dans l’establishment et la dictature économique qu’applique cette caste dirigeante au reste du monde. Mais loin d’être un simple brûlot punk sans retenue, Renato Jones est aussi un récit nuancé de l’état du monde et de cette morale qui voudrait incendier les gardiens de la planche à billets. Avec un propos qui se sera densifié en attendant encore quelques éléments de réponse, Andrews et sa métaphore personnifiée de l’ISF sans pitié signent un récit puissant, actuel, et diablement beau et violent dans la maestria de style déployé par l’auteur.

On ne saura donc que vous conseiller de retrouver Renato Jones en TPB, sachant que la VF arrive tout bientôt chez Akileos !

- Corentin


< Chapitre précédentDu fantastique dans tous ses étatsChapitre suivant >Plutôt science, ou plutôt fiction ?
4. Plutôt science, ou plutôt fiction ?
Chapitre 4

Plutôt science, ou plutôt fiction ?

A présent que le fantastique et le polar ont été abordés, faisons le tour des propositions de science-fiction, où là aussi Image Comics a réussi à exceller avec des titres fous, autant dans leur récit que dans leurs thématiques. Une véritable invitation à sortir de son quotidien.

Descender

Quelque part entre Spielberg et Kirby, Jeff Lemire invente ici son space-opéra, centré autour de la question robotique. Série-univers par excellence, Descender ne perd pas non plus de vue son histoire, menée à bon rythme et portée par les dessins de Dustin Nguyen, des aquarelles qui donnent un côté très singulier à ce titre de SF épique et touchant. Ajoutez à cela des personnages hauts en couleurs, et vous obtenez une odyssée digne des plus grandes franchises hollywoodiennes.

Alors qu'une belle (mais un peu chère) édition Deluxe vient de s'ajouter au catalogue VO, on ne pourra que conseiller aux non anglophones de se tourner vers la VF d'Urban Comics.

- Republ33k


Trees

Imaginez : les aliens débarquent, mais ils ne sont pas là pour nous. Comme une colonie d’astéroïdes tubulaires qui se serait écrasé sur Terre sans explications ou recherche de conflits, les Trees sont là, et posent à l’humain la question de ce qu’on doit faire de ces mystérieux invités silencieux. La série de Warren Ellis traite de ce sujet, au travers d’une série de portraits, où se mèle géopolitique, critique des Etats-Unis, rébellions de jeunesse et destins croisés, dans un volume de quatorze numéros alarmant de génie et désarçonnant dans son envie d’aller à l’envers des promesses établies. Une superbe lecture qui nous rappelle que l’auteur britannique reste au sommet de sa forme malgré son parcours, kilométré.

Warren Ellis étant bien apprécié par chez nous, vous pouvez retrouver Trees du côté d'Urban Comics, mais pour les puristes, la VO est bien entendu à retrouver par là.

- Corentin


Low

Remender est connu pour ses séries en forme de vaste univers, tous plus fous les un que les autres. Mais même au sein de l’imaginaire complètement taré du bonhomme, Low paraît très avant-gardiste. Il faut dire que cette série dessinée par le talentueux Greg Tocchini transcende les règles de narration typique des comic book pour donner vie à un univers sous-marin fourmillant de détails fascinants. Heureusement, la saga familiale de Low servira d’ancre à tous les lecteurs, qu’on invite à plonger dans cette atmosphère complètement dingue.

Vous aurez vite compris qu'Urban Comics et Rick Remender sont copains, c'est donc chez eux que la VF est disponible (et la VO pour les amateurs est par là).

- Republ33k


Jupiter's Legacy

Si on peut facilement douter de la pertinence de Mark Millar, qui est probablement souvent plus vu comme un business man qu’un auteur de comics, l’écossais n’a jamais fait mieux que Jupiter’s Legacy. Comme il est souvent coutume de le faire, l’industrie aime porter un regard sur son passé grâce à des heures super-héroïques uniques (Watchmen ou encore Black Hammer plus récemment) et Millar se lance dans l’exercice avec sa série qui exploite le conflit entre deux générations de héros dont la vision de la vie est diamétralement opposée. Ajoutez à cela le talent incroyable de Frank Quitely et vous avez l’une des œuvres les plus abouties du Millarworld. Netflix, qui détient maintenant l’entreprise, a d’ailleurs tout intérêt à l’adapter...

Là aussi, le choix est votre pour découvrir ce titre : la VO est bien entendu de mise chez Image, et pour la VF, c'est Panini qui vous propose le premier tome par là.

- AlexLeCoq


Paper Girls

Si vous avez succombé à l'ambiance 80's d'un Stranger Things mais que vous recherchez une histoire vraiment originale, alors le titre de Brian K. Vaughan est pour vous. Quatre jeunes filles s'occupent de leur tournée de livraison de journaux au lendemain d'un Halloween dans la ville de Stony Stream. Mais ladite tournée est interrompue par l'arrivée d'être mystérieux, d'une machine qui ne semble pas de ce monde. C'est là le pitch de départ, mais le titre vous emmène dans des recoins inattendus, et ce à chaque numéro, ce qui fait de cette épopée SF aux accents Amblin un vrai petit délice. Voyage dans le temps et paradoxes temporels, extra-terrestres, et tardigrades géants (!), le tout est sublimé par le trait de Cliff Chiang et une colorisation transportante, pour un véritable dépaysement au travers des époques.

Un titre de cette qualité a évidemment trouvé preneur en VF, du côté (encore eux, oui) d'Urban Comics, mais la VO n'est bien sûr pas en reste (le premier tome est par là).


Black Science

Une autre série de Rick Remender dans ce top, et peut-être la plus universellement appréciée dans le lectorat du bonhomme. Black Science, exploration folle, fourmillement d’idées, exploration de l’infinivers et fable scientifique sur la nature humaine, un monde de couches et une ode à l’imaginaire généré par un confluent d’idées nées de la recherche. En plus de sa richesse de concepts, d’espèces, de rythmes et de moments d’humanités poignants, Black Science a la qualité de ressembler à son auteur, et sa vision si particulière de l’existence. On ne le mentionnera jamais assez, mais Black Science n’aurait pas la même puissance sans le trait (splendide ? Magnifique ?) de Matteo Scalera, artiste qui avait Tocchini ou Opeña venait illustrer le talent du scénariste pour choisir ses artistes, symbiotiques de son écriture dans cette passion de l’imaginaire et l’envie de repousser chaque fois les limites plus loin.

Vous l'aurez compris en lisant une nouvelle fois le nom de Remender, Black Science se retrouve également en VF chez Urban, avec une VO par ici pour les anglophones.

- Corentin


< Chapitre précédentDu polar noir, c'est noirChapitre suivant >Les blockbusters de l'Imprint
5. Les blockbusters de l'Imprint
Chapitre 5

Les blockbusters de l'Imprint

Et nous terminons ce dossier avec ces fameux "blockbusters", ces titres qui ont une renommée telle, dans le paysage Image Comics, qu'ils viennent en général en premier à ceux qui parlent de l'imprint. Ce n'est pas une raison pour ne pas vous les présenter encore une fois, tant on peut s'étendre sur leurs mérites, leur importance dans le paysage actuel des comics, avec pour beaucoup une longévité que n'ont pas à envier les Big Two !

Invincible

Moins connue que Walking Dead, Invincible est l’autre grande saga de Robert Kirkman. On y suit Mark Grayson un adolescent comme tous les autres, si ce n’est le fait que son père et en réalité Omni-man le plus puissant des Super-Héros et vous savez quoi Mark a hérité de ses pouvoirs. Invincible tord les codes des Comics de Super-Héros pour nous offrir une relecture moderne de Superman et de Spider-man combiné en un seul personne. La série touchera à sa fin le mois prochain avec la sortie du 144ème et dernier numéro, une longue aventure certes mais qui vaut le coup pour qui est lassé du Big Two.

La série est à retrouver dans de nombreux formats en VO (on vous propose ici le premier TPB normal), et également en VF, bien que Panini devrait s'occuper de rééditer la chose.

- JB


The Walking Dead

LA locomotive du Image moderne, y-a-t-il besoin de présenter l'oeuvre de Robert Kirkman ? Véritable carton dépassant les frontières du comics, la série s'est imposée comme une oeuvre majeure du début du 21ème siècle. Pour les gens ayant vécu dans une grotte depuis 10 ans, rappelons que Walking Dead nous présente un monde apocalyptique ayant succombé à une invasion de zombie. Dans une Amérique dévastée le shérif Rick Grimes et sa famille essayent de survivre et de reconstituer un semblant de société. Entre les zombies et les survivants luttant tant bien que mal l'adage l'Homme est un loup pour l'Homme aura rarement eu autant de sens que dans Walking Dead.

Là aussi, la VO a plusieurs formats à vous proposer, et c'est du côté de Delcourt en VF qu'il faudra vous tourner, au cas où.

- JB


The Wicked + The Divine

Tous les quatre vingt dix ans une douzaine de divinités se réincarnent dans les corps de jeunes adultes, disposant de pouvoirs divins capable d'influencer toute l'humanité ils sont cependant condamner à ne vivre que 2 ans. Continuant ses réflexions autour de la musique Kieron Gillen décide de faire de ses dieux des popstars, en effet à notre époque personne n'est autant adulé et détesté que les stars de la chanson. Si Phonogram est une oeuvre sur la consommation de l'art, WicDiv est une oeuvre sur la création et le mal-être des artistes. En associant l'éphémérité de ses personnages à leur toute puissance Kieron Gillen interroge les lecteurs sur leur propre avenir et la manière dont nous utilisons le peu de temps que nous avons sur terre. Magnifiquement dessiné par Jamie McKelvie la série s'offre régulièrement des épisodes concepts avec d'autres dessinateurs talentueux. On pense notamment au #23 rédigé comme un magazine people et magnifiquement illustré par Kevin Wada.

Un titre à découvrir, soit en VO bien entendu au format TPB, et la VF est fournie avec de très belles éditions collector chez Glénat Comics.

- JB


Saga

En 2012, je faisais mes premiers pas sur COMICSBLOG.fr avec un papier sur Saga, cette œuvre déjà unique de Brian K. Vaughan et Fiona Staples. Nous voilà donc cinq ans après et l’ongoing est toujours aussi brillante et magnifique qu’à ses premiers jours. Dans une galaxie lointaine, Alana et Marko sont deux soldats ennemis qui vont finalement tomber amoureux et casser la dynamique de guerre éternelle entre leur deux peuples en ayant un enfant ensemble. Évidemment, cela va leur valoir de passer une vie de fuite pour protéger Hazel, maintenant la cible des deux côtés mais dont l’existence pourrait remettre en cause toute la galaxie. Magnifiquement écrit, brillamment dessiné, Saga est une œuvre brillante sur l’amour, la tolérance, l’espoir, la détermination mais aussi sur l’échec qui en fait l’une des plus belles séries Images Comics mais aussi de l’industrie de la bande-dessinée.

Saga se propose elle aussi en fonction de vos affinités de langage : en VO au format TPB souple, et la VF en cartonné du côté de Urban Comics.

- AlexLeCoq


< Chapitre précédentPlutôt science, ou plutôt fiction ?
Chapitre 1

Des outsiders au charme particulier

Commençons doucement par une petite sélection de titres qui plaisent à la rédaction pour leur qualité, mais qui n'ont peut-être pas faits autant de vagues que les plus grands représentants d'Image de ces dernières années. Voilà donc de quoi répondre à ceux qui ne jurent que par Saga et qui sont en manque de nouveautés !

Shutter

Suivant Kate Kristopher, la plus grande aventurière de la terre, lorsque celle ci doit abandonner la vie calme et rangée dans laquelle elle s'était réfugiée suite à la révélation d'un lourd secret familial. Shutter nous embarque dans un récit à 100 à l'heure dans un monde aussi loufoque que dangereux, imaginé par Joe Keatinge. En plus d'être une formidable ode à l'aventure et au dépassement de soi, la vraie force de Shutter est le dessin de Leila Del Duca ; son sens du détail fait que les planches de Shutter fourmillent de petits easter eggs ou de situations cocasses en arrière plan qui sont toujours un plaisir à découvrir ou à redécouvrir. 

Le premier tome est disponible en VF chez Glénat Comics. Pour la VO, cinq tomes sont disponibles, le premier est à retrouver par là.

 - JB


Material

Exercice complexe que de résumer Material, l’un des travaux d’Ales Kot chez Image Comics. Le sujet n’est pas spécifique à une trame, une série de personnages - Material parle de tout et de rien, de société, de science, de clivages sociaux, de religion. C’est une série sur l’humain face au chaos, l’humain face au présent, à la vie, à un million de détails triviaux liés entre eux comme la fresque d’un Paul Thomas Anderson, sans liant apparent. La série en soi retrace comment la vie s’orchestre dans ses moments de respirations où se cherche le sens profond des choses, à travers une galerie de portraits où le plus intéressant demeure celui d’un vieil universitaire qui ne comprend plus ce que lui réserve l’existence. Cadrée comme un film par Will Tempest qui joue sur la symétrie, les zooms et les angles, Material est une des séries les plus profondes et intelligentes sur le marché, qui déploie une capacité à réfléchir d’une ampleur inversement proportionnelle à sa longueur - de quatre numéros. Et, en fait, c’est ça qui est bien.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de la mini-série en un volume par ici.

- Corentin


Invisible Republic

Avec Invisible Republic, Corinna Bechko et Gabriel Hardman racontent l'ascension d’un homme de pouvoir, dans les cahiers effacés de l’histoire politique. Sur un principe de narration passé/présent, un journaliste va rassembler les pièces de ce que l’on ne sait pas du leader rebelle Arthur McBride, son ascension complexe où l’écriture déploie des forces grandioses et où le dessin illustre avec adresse ce monde futuriste, où l’homme aura colonisé l’espace pour fuir un monde natal devenu inhospitalier. Un thriller politique dans les étoiles, beau, intelligent, bien construit et surprenant.

Vous pouvez d'emblée découvrir Invisible Republic en VO par là, mais on vous rappellera aussi que la VF arrive en début d'année prochaine chez Hi Comics !

- Corentin


Extremity

Illustrateur hors-pair qui s’était fait connaître pour son comic-book dédié aux fans de Star Wars, Green Leader, et l’auto-publication de sa propre série de SF, Space Mullet, Daniel Warren Johnson est parti à l’assaut d’Image Comics cette année avec Extremity. Sorte de Space-Fantasy assaisonnée au post-apo, la série suit les parcours d’une famille embarquée dans une histoire de vengeance hors-norme. Ajoutez à cela des personnages attachants ou délirants comme un robot au grand cœur et vous obtenez une fresque aussi divertissante que touchante.

Si la série vous intéresse, le premier album est sorti cet automne, en attendant une éventuelle VF.

- Republ33k


Glory

Créée par Rob Liefeld, Gloriana "Glory" Demeter est pur produit des 90's dans les bons comme dans les mauvais aspects. Cette gladiatrice mi-amazone mi-démon subira un véritable 180° éditorial au début des années 2000 quand Alan Moore reprendra son le personnage  pour un unique numéro, dans lequel il posera les bases de ce que sera sa série Promethéa. Relancé en 2011 par Joe Keatinge (encore lui !) pour douze numéro d’action débridée, la série marque surtout pour moi la découverte de Sophie Campbell, dessinatrice de talent qui s'est depuis illustrée chez IDW sur les Tortues Ninjas ou encore avec Jem & les Holograms.

Pour les curieux, le premier TPB est disponible ici, à moins que le format intégrale vous convienne d'emblée.

- JB


Chapitre suivant >Du fantastique dans tous ses états
Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Tom King : le récap' thérapeutique en quatre titres

Dossier
Cette semaine, Urban Comics édite pour les lecteurs VF trois volumes scénarisés par Tom King, l'un des quelques noms à s'être ...

Batman : quand le sidekick tourne à l'improbable

Dossier
La sortie récente de Batman and the Signal #1 nous l'affirmait encore une fois : bien qu'il soit censé préférer opérer en ...

Doomsday Clock #2, le débrief

Dossier
Démarré le mois dernier, Doomsday Clock s'en est revenu conclure l'année 2017 avec un deuxième numéro qui risque fort de faire parler ...

Zack Snyder, le tueur de mythes

Dossier
Messie. Ennemi public numéro un. Visionnaire. Faiseur de luxe. Tous les qualificatifs ou presque on été attribués à ce bon Zack ...

De JSA à JLA : les origines de la Justice League dans l'édition

Dossier
Le cinéma a envahi les comics, à moins que ce ne soient les comics qui aient envahi le cinéma. L'un dans l'autre, si on parle ...
Commentaires (4)
Vous devez être connecté pour participer