Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Batman : the Red Death #1, la review

Batman : the Red Death #1, la review

ReviewDc Comics
On a aimé• Très dynamique dans les dessins
• Le côté brainless (pour ceux qui aiment)
On a moins aimé• Tie-in anecdotique
• Des origines à peine esquissées
• Inutilement bourrin
Notre note

A la base censé être auto-contenu, l'event Dark Nights : Metal s'accompagne finalement d'une série de tie-ins, dont certains prennent la forme de one-shots consacrés aux Dark Knights, ces versions modifiées du Chevalier Noir qui viennent du Dark Multiverse. Le premier d'entre eux, Batman : the Red Death #1 s'offre à nous aujourd'hui, et vient clairement poser la question de l'intérêt et de la pertinence de ces numéros.

Passée une légère introduction à la "venez découvrir les Tales of the Dark Multiverse" on se retrouve dans une confrontation avec un Flash qui doit faire face à un Batman bien décidé à lui piquer sa speedforce. Pourquoi ? On ne le saura jamais vraiment. L'idée du Dark Multiverse est de se poser dans une réalité dans laquelle Batman va fauter et l'une de ses peurs va se matérialiser concrètement. Ici elle est liée à "la perte de sa famille". Mais comment, pourquoi,par qui ? L'auteur ne le dira jamais, et le lecteur doit juste accepter que ce Batman est désespéré, ce qui reste une grosse facilité de caractérisation. Des origines très floues qui n'en sont pas vraiment, et qui servent juste de prétexte à Joshua Williamson pour nous servir de la grosse scène d'action qui tâche, et qui à titre personnel m'aura fait éclater de rire à quelques reprises, tant on verse dans une forme de sensationnalisme qui vire au ridicule (regardez ce qu'il arrive à Flash). 


Dans la seconde partie du numéro, Williamson revient sur les pouvoirs de ce Red Death qui là aussi versent dans une forme de démesure qu'on pourra apprécier si on veut à tout prix coller au style "ouaaaaais c'est un Batman encore plus dark et violent, et avec la speedforce t'as vu". Mais à se démener avec la finesse d'un phoque ivre, le récit perd un certain intérêt qu'il ne regagne qu'à peine en toute dernière partie, une fois qu'on se retrouve dans le Multiverse et qu'un léger lien se fait avec l'intrigue principale de Metal. Quelques ajouts sont en effet intéressants (un pouvoir en particulier), et c'est surtout pour le mini-caméo d'un certain personnage qu'on lève un sourcil curieux (alors qu'avant, il était constamment froncé de dépit). Cela ne suffira pas à relever assez le niveau par contre, d'autant plus qu'on peut présager d'une structure narrative qui va se reproduire ad nauseam dans les prochains one-shots. 

Sans vouloir faire de procès d'intention, on peut en effet craindre que les numéros se découperont de cette même façon "origines-démonstration de force-lien avec le présent", ce qui ne sera pas sans rappeler les innommables mini-série en deux parties de Convergence qui suivaient toutes la même construction scénaristique. Et le fait de voir apparaître encore une fois le Batman Who Laughs - alors que, mince, ce n'est pas son one-shot - comme élément de liant ramène aussi cette dernière figure à un personnage qu'on met en avant de manière ultra lourde, et forcée, sous prétexte que son design est cool et qu'un mash-up Batman/Joker, c'est forcément stylé. Le problème premier au final de ce one-shot, c'est que la promesse de voir un Batman commettre une faute, et une faute qui fait intrinsèquement peur au Bruce Wayne "normal", n'est pas vraiment tenue, puisque l'auteur n'explique pas vraiment de quoi il en retourne. La seule chose intéressante sur ce Dark Multiverse, pour l'instant, c'est que l'ensemble des terres parallèles sont destinées à disparaître - ce qui sert réellement de leitmotiv pour les Dark Knights à venir envahir le Multiverse.


Reconnaissons malgré tout à ce one-shot une qualité que l'on avait déjà pu voir sur la série Flash Rebirth à ses débuts, à savoir : ses dessins. L'artiste Carmine Di Giandomenico a en effet un style qui correspond parfaitement à l'atmosphère de ce one-shot et à l'affrontement hyper dynamique qui s'y déroule. L'alliance de son dessin avec toute une palette d'effets numériques - qui pourra d'ailleurs rebuter certains, j'en conviens - ajoute une belle plus-value. Ca explose de couleurs, d'éclairs et d'effets dans tous les sens, avec quelques brillantes idées de découpage à certains endroits, et si on pourra donc soupirer de la futilité de l'histoire, heureusement, les yeux seront caressés dans le sens du poil (ce qui n'a aucun sens, j'en conviens) de ce côté là.

Il fallait s'en douter, balancer sept one-shots Batman-mashup-untel n'était pas forcément la plus brillante des idées pour remplir de tie-ins un event pourtant déjà assez dense. En résulte un premier essai franchement lourdingue, pas bien intéressant, qui vaudra juste pour le design du personnage principal et la multitude d'effets graphiques développés par l'artiste. Mais l'intérêt même du one-shot n'est pas exploité à son plein potentiel, donc s'il vous fallait juste une jolie image, la couverture de Jason Fabok suffira. Gardez donc vos 4$ pour un autre titre.

 

Arno Kikoo
est sur twitter
à lire également

Batman est désormais une femme dans la preview de The Drowned #1

Preview
Les one-shots consacrés aux Dark Knights pour l'event Dark Nights : Metal continuent de s'enchaîner en ce mois d'octobre, et la ...

Batman : the Drowned #1, la review

Review
Si vous suivez l'event Dark Nights : Metal de DC Comics, alors vous connaissez maintenant la chanson autour des sept Dark Knights qui ...

Joelle Jones s'invite chez le Chevalier Noir pour la preview de Batman #33

Preview
Maintenant que la War of Jokes and Riddles est achevée et que Catwoman a donné sa réponse à Batman, il est temps de poursuivre le ...

Mark Russell (Prez) s'occupera d'une mini-série Snaglepuss en janvier 2018 chez DC Comics

Actu Vo
Après le brillant (mais écourté) Prez et sa ré-imagination réussie des Flintstones (les Pierrafeu), l'auteur satyrique Mark Russell ...

J. Scott Campbell fête les 25 ans de Wildstorm avec une nouvelle histoire de Gen13

Brève
C'est à la fin du mois que doit sortir l'anthologie Wildstorm : A Celebration of 25 Years qui doit fêter le quart de siècle d'existence ...
Commentaires (2)
Vous devez être connecté pour participer