Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Spider-Men II #1, la review

Spider-Men II #1, la review

ReviewMarvel
On a aimé• Sara Pichelli
• Le duo Peter/Miles
On a moins aimé• Bendis pas inspiré
• Quel intérêt ?
Notre note

Il y a cinq ans, Miles Morales vivait ses premières heures dans l'univers Ultimate et avait conquis tous les lecteurs grâce à un Brian Michael Bendis au top de sa forme en faisant l'exploit de rapidement faire oublier le Peter Parker de son univers alternatif. Le scénariste avait cependant tenu à s'amuser un peu plus avec le héros en devenir et le porteur du costume la Terre-616, Peter Parker (le plus vieux et en vie).

Avec Spider-Men, Brian Bendis et Sara Pichelli avaient ainsi livré une mini-série aux grandes qualités, tant au niveau de l'écriture - avec le traitement de la mort de Peter Ultimate dans les yeux de l'autre Peter (vous suivez ?) mais aussi la découverte d'une Gwen Ultimate toujours vivante - que de la partie graphique avec un travail impeccable de l'artiste italienne. La série était d'autant plus frappante qu'elle nous laissait avec l'un des meilleurs cliffhangers de l'histoire alors que Peter Parker découvrait avec stupeur l'identité du Miles Morales de son univers grâce à une simple recherche Google.


Cinq années ont passé depuis et si beaucoup d'entres vous n'ont jamais oublié Spider-Men. Il faut avouer que nous avions plus ou moins fait une croix sur l'espoir de découvrir qui était finalement le fameux Miles 616. D'autant plus qu'en cinq ans, les choses ont beaucoup changé chez Marvel puisque Secret Wars est passé par là, balayant tous les univers alternatifs au passage pour finalement regrouper Miles Morales et Peter Parker sur la même planète. Forcément, la question de la pertinence d'une suite pouvait donc se poser alors que les deux héros ont interagit plusieurs fois entre eux sans se demander qui pouvait bien être ce foutu autre Miles Morales.

Il aura donc fallu attendre 2017 pour que la question se pose à nouveau dans un titre qui s'offre d'ailleurs d'entrée de jeu un statut bâtard au sein de la continuité de la Maison des Idées à l'heure où l'éditeur cherche à faire le ménage afin de préparer sa rentrée chargée avec son soft-relaunch, Marvel Legacy. En effet, finalement très éloigné de ce qu'il se passe actuellement chez Marvel - Secret Empire et le contrôle de la planète par l'Hydra et Captain Amercia - ce Spider-Men II se paie une place un peu à part dans tout ce bordel. Une qualité comme un défaut puisque la question de l'intérêt se pose finalement assez rapidement. Son aîné avait le génie de proposer le premier crossover entre la Terre 616 et l'univers Ultimate mais cette suite est au contraire assez détachée du reste mais aussi des séries actuelles des deux Tisseurs.


Ce côté un peu à côté de la plaque du titre se ressent surtout dans l'écriture d'un Brian Michael Bendis qui n'est visiblement pas trop sûr, lui aussi, de la direction à prendre. Et tout se ressent dans ses dialogues qui manquent clairement de punchlines et de cette répartie naturelle qu'il réussit souvent à mettre en place - ce qui est d'autant plus dommage quand il est question d'écrire deux personnages qu'il connait bien. Mais finalement, c'est le traitement du fameux cliffhanger qui dérangera puisqu'il est d'abord mis de côté pour mieux revenir en fin de numéro, sans jamais jouer du fait que Peter Parker est déjà sensé connaître l'identité de notre mystérieux Miles. Un autre mystère.


Heureusement, le titre se rattrape grandement grâce à une Sara Pichelli qui maîtrise toujours ses crayons et qui dessine toujours Miles Morales avec une certaine grâce - étant la première dessinatrice du héros - ce qui lui donne souvent beaucoup plus d'envergure que Peter Parker, à qui il vole clairement la vedette tant ce premier numéro est finalement plus focalisé sur lui. Malheureusement et clairement à cause de la platitude de ce premier single, l'artiste italienne n'offre pas non plus de grandes compositions et il faudra patienter jusqu'à ce que l'action offre un peu plus de densité pour la voir atteindre le sommet de son talent.



Difficile d'être conquis par ce premier numéro de Spider-Men qui arrive avec trop d'années de retard et est clairement plus un prétexte pour surfer sur la vague Spider-Man : Homecoming. Le titre sort en effet et "par le hasard du calendrier" le même jour que le film de Jon Watts en France (et cinq jours après la sortie US). Si ce Spider-Men II #1 est beau, il semble cependant totalement en décalage avec les événements actuels de Marvel et même du premier Spider-Men. Il faudra peut-être attendre la suite pour avoir une bonne surprise mais pour l'instant, les toiles de nos amis Tisseurs sont clairement emmêlées.
AlexLeCoq
est sur twitter
à lire également

Jeff Lemire annonce son retour chez DC Comics avec Hawkman et The Terrifics

Actu Vo
Temps fort du panel DC Comics consacré à Dark Nights : Metal et Dark Matter, Jeff Lemireest apparu sur la ...

DC Comics dévoile Arkham Asylum 2 de Grant Morrison et Chris Burnham

Actu Vo
Grant Morrison n'est pas un magicien pour rien puisqu'il est apparu où on ne l'attendait pas cette année, à la San Diego Comic Con. Et ...

Donny Cates et Geoff Shaw reprendront la série Thanos pour Marvel Legacy

Actu Vo
Tout juste signé en exclusivité chez Marvel, qui a dévoilé sa plus belle recrue du mercato d'été, Donny Cates aura visiblement ...

Ed Piskor dessinera X-Men Grand Design, retraçant l'histoire des mutants

Actu Vo
La SDCC est actuellement au début de sa deuxième journée, qui sera plus calme en terme d'annonces ciné' puisque les panels Warner Bros. ...

Young Animal se paie un crossover avec l'univers DC Comics en 2018

Actu Vo
Créée pour que Gerard Way s'amuse dans son coin et nous offre des titres plus matures, la collection Young Animal va finalement se ...
Commentaires (6)
Vous devez être connecté pour participer