Home Brèves News Reviews Previews Dossiers Podcasts Interviews WebTV chroniques
ConnexionInscription
Wonder Woman : 6 comics à lire après le film

Wonder Woman : 6 comics à lire après le film

DossierMarvel

Cette semaine, Wonder Woman arrive enfin sur nos écrans avec le film de Patty Jenkins, qui malgré ses défauts, a réussi à convaincre la rédaction. Mais vous le savez, nous n'avons pas attendu le quatrième chapitre du DC Extended Universe pour suivre les aventures de notre amazone préférée, puisque bien des comics ont pu bercer notre enfance ou notre adolescence et continuent de rythmer nos vies d'adultes.
 
Que vous soyez des fans du personnage, des amateurs curieux après le film de Warner Bros ou des lecteurs de comics n'ayant jamais suivi l'odyssée de l'héroïne, nous avons donc pensé à vous en réalisant ce petit dossier à la gloire de Diana Prince et de ses équipes créatives les plus illustres, en espérant que vous y trouviez votre compte ! 

1. Azzarello & Chiang
Chapitre 1

Azzarello & Chiang

Si on met de côté Wonder Woman : Earth One - mais rassurez-vous, on en reparle très vite - le run de Brian Azzarello et Cliff Chiang sur l'héroïne est sans doute la meilleure des histoires récentes du personnage. Il est même considéré par beaucoup comme l'une des séries les plus réussies de l'avant-dernier relaunch de la maison DC, qu'on désigne sous le terme de "New 52". Il faut dire que le scénariste et son dessinateur ont su maintenir un niveau de rebondissements et de créativité des plus élevés durant leurs 35 numéros ensemble. 

En ce sens, le run d'Azzarello et Cliff Chiang est un candidat de choix pour s'initier aux aventures de l'héroïne. D'autant que l'intrigue gravite autour des origines de Wonder Woman, réinventées pour l'occasion. L'amazone n'est ici plus une simple création magique faite à partir d'argile mais bien le fruit d'une adultère entre Hippolyte - la reine de Themyscira - et Zeus en personne. C'est à partir de ce pitch très Shakespearien dans l'âme qu'Azzarello et Chiang dérouleront une intrigue à mi-chemin entre les manigances politiques d'un Game of Thrones et la relecture mythologique d'American Gods


Très prenant, l'ensemble nous emmène aux quatre coins du globe et dans des lieux bien connus des fans de mythologie, tout en nous présentant un maximum de personnages de l'univers de Wonder Woman, et de DC de manière plus générale. Les nouveaux dieux créés par Jack Kirby font ainsi des apparitions remarquées mais accessibles au plus grand nombre. Le run est donc de ce point de vue là aussi idéal pour s'initier aux mondes de l'éditeur aux deux lettres.

Par ailleurs, les dessins de Cliff Chiang, d'une netteté exceptionnelle, sont particulièrement inspirants. Il suffit de jeter un œil aux couvertures du bonhomme pour vous familiariser avec le niveau d'iconisation de ce run, riche d'images fortes et d'idées assez folles, dont une Wonder Woman qui porte deux Desert Eagles en or forgés par Héphaïstos himself. En bref, ce run est aussi épique qu'accessible, et on vous le recommande chaudement.

Où le trouver ?

• En français : les six tomes sont d'ores et déjà disponibles chez nos amis d'Urban Comics

• En anglais : autant de trade paperbacks regroupent la trentaine de singles disponibles chez DC.

Chapitre suivant >Earth One
2. Earth One
Chapitre 2

Earth One

Longtemps resté au stade d'arlésienne, Wonder Woman : Earth One est enfin sorti dans nos comics shops l'année dernière. Et ça tombe bien, puisque cette relecture des origines de Wonder Woman signée Grant Morrison et Yanick Paquette est elle aussi idéale pour s'initier aux aventures de l'héroïne. Il faut dire qu'elle prend racine dans la collection Earth One, la réponse de DC à l'univers Ultimate de Marvel, aujourd'hui disparu.

Chez une maison d'édition comme chez l'autre, l'idée était de proposer une porte d'entrée vers un personnage et son univers, tout en les modernisant. Et d'une manière assez amusante, le Wonder Woman : Earth One de Morrison et Paquette est certes moderne, mais aussi très respectueux des origines de l'héroïne et de la personnalité de ses créateurs. En effet, de nos jours, Wonder Woman a tendance à être représentée comme une guerrière, quand elle n'est pas purement et simplement la déesse de la guerre.


Et sans la rendre passive pour autant, Morrison a tenu à s'émanciper de la tendance en revenant à d'autres valeurs. La Wonder Woman présentée par le scénariste britannique est ainsi un modèle d'écoute et de compréhension, bien plus qu'une guerrière assoiffée de sang, même s'il lui arrive de se battre. Une approche qui se transforme en qualité pour cette œuvre, par ailleurs pleine des belles idées.

On notera par exemple des références évidentes au mode de vie de William Moulton Marston, le co-créateur de l'héroïne, dans la sexualité des Amazones, un sujet qui n'est pas du tout survolé par Morrison et Paquette, qui ont le bon goût d'injecter dans tout ça quelques références historico-mythologiques. De plus, Wonder Woman : Earth One a aussi le mérite de présenter la société et la technologie de Themyscira, dans d'impeccables planches signées par Paquette et un Nathan Fairbairn très inspiré aux couleurs. Autant de bonnes raisons de se jeter dessus.

Où le trouver ?

• En français : Urban Comics vient tout juste de publier le premier et pour le moment unique volume ! Notre critique complète de l'œuvre est disponible ici.

• En anglais : Le premier volume est également disponible en VO chez DC dans une jolie édition cartonnée.

< Chapitre précédentAzzarello & ChiangChapitre suivant >JLA : A League of One
3. JLA : A League of One
Chapitre 3

JLA : A League of One

Wonder Woman ne se réinvente (peut-être) pas aussi facilement que Batman ou Superman. Ce qui explique sans doute pourquoi elle n'a pas connu autant de Graphic Novels que ses deux collègues de la Trinité. Une autre explication relève bien sûr du caractère discret des personnages féminins, trop souvent mis en retrait par leurs éditeurs. Mais bien heureusement, il existe quelques exceptions à ce constat, comme Earth One.

JLA : A League of One en est une autre. Dans cette histoire signée Christopher Moeller, Wonder Woman doit en effet faire face à un cruel dilemme : trahir ou sauver ses amis de la Justice League. Un choix cornélien qui lui est imposé par le retour d'un mal ancien, prenant la forme d'un immense dragon. 


Si la plupart des histoires de Wonder Woman s'inspirent des mythologies grecques et romaines, A League of One va plutôt piocher du côté de la poésie du moyen-âge ou de la Fantasy d'un Tolkien pour bâtir son intrigue. On le ressent d'ailleurs à chaque page signée de la main d'un Christopher Moeller visiblement inspiré par les contes fantastiques en tous genres. 

Le bonhomme, qui est aussi responsable des dessins ou plutôt des peintures et du lettrage de cette œuvre nous offre ainsi des planches épiques à couper le souffle, dans lesquelles Wonder Woman fait montre de tout son talent martial, mais aussi de sa profonde bonté. Dernier argument pour la route : il est toujours amusant de voir l'Amazone affronter ses petits collègues de la Justice League

Où le trouver ?

• En français : Urban Comics n'a hélas toujours pas annoncé la publication de ce roman graphique. On imagine que la hype autour de Wonder Woman pour déclencher l'arrivée d'une traduction française ! 

• En anglais : DC comics propose une édition souple et une édition cartonnée d'A League Of One.

< Chapitre précédentEarth OneChapitre suivant >Gail Simone
4. Gail Simone
Chapitre 4

Gail Simone

Essayons maintenant de rétablir la parité en revenant sur un run lui aussi salué par la presse spécialisée comme par les lecteurs, celui de Gail Simone. L'ancienne journaliste, qui avait déjà rencontré le succès en s'attaquant aux Birds of Prey le temps d'un passage très remarqué sur l'histoire de ces personnages féminins inaugurait son run sur le personnage en janvier 2008, soit quelques années après l'apport de Greg Rucka à la mythologie de l'Amazone, dont on reparle juste après.

Avec beaucoup de pressions sur ses épaules, la scénariste débutait donc un chantier d'envergure, d'autant plus complexe que les précédentes histoires sur le personnage avaient fait perdre à Wonder Woman une partie de sa popularité - on se souvient encore d'Amazons Attack, une mini-série très mal reçue par les fans. Mais l'autrice avait pour elle une passion débordante pour les personnages féminins, qui la destinait finalement à reprendre en main le destin de notre chère Wonder Woman.


Et Gail Simone s'est montré à la hauteur des espérances des fans, qui découvrirent, avec cette nouvelle histoire, une Wonder Woman pertinente et moderne, qui conjuguait parfaitement les différents aspects de sa personnalité. On parlait tout à l'heure de l'opposition entre la Wonder Woman guerrière et la Wonder Woman aimante ou compréhensive, et il se trouve que la scénariste articule avec brio les multiples facettes du personnage, à la croisée des chemins entre une déesse, une guerrière et une ambassadrice. 

Ajoutez à cela quatre premiers numéros dessinés par le couple Terry et Rachel Dodson, et vous bénéficiez d'une nouvelle porte d'entrée vers l'univers du personnage, qui en son temps, à savoir à la fin des années 2000 donc, a remis à plat les origines de Wonder Woman tout en modernisant le personnage avec une certaine subtilité.

Où le trouver ?

•  En français : à l'heure actuelle, Urban Comics n'a pas publié le run de Simone sur Wonder Woman.

•  En anglais : on peut en revanche retrouver les travaux de Simone dans différents trade paper backs souples, à commencer par The Circle, qui compile les cinq premiers numéros de la scénariste sur Wonder Woman.

< Chapitre précédentJLA : A League of OneChapitre suivant >Greg Rucka
5. Greg Rucka
Chapitre 5

Greg Rucka

Avant Gail Simone, il y avait Greg Rucka. Un auteur définitivement lié à l'histoire du personnage d'ailleurs, puisqu'il assure sa destinée depuis le dernier relaunch en date de DC, le bien nommé Rebirth. Et si le bonhomme va passer le relais le mois prochain à un autre scénariste, ça n'enlève rien à ses très nombreux et passionnants travaux sur l'héroïne.

Le premier d'entre-eux était le graphic novel intitulé Wonder Woman : The Hiketeia. Un one-shot - idéal pour commencer donc - qui nous raconte comment la princesse Amazone prend part à un rite grec appelé Hiketeia, celui-là même qui donne son nom à l'histoire, d'ailleurs très inspirée par la mythologie. Une approche assez intrigante du personnage, qui a le bon goût d'être dessinée par J.G.Jones, l'artiste derrière la saga Final Crisis.


Suite au succès de The Hiketeia, Greg Rucka s'était vu confié les commandes de la principale série Wonder Woman, qu'il écrira dès 2003 et pendant trois ans. Son run sur le personnage est caractérisé par un zoom sur le rôle d'ambassadrice de Diana, qui est ici envoyée représenter Themyscira face au reste du monde. Seul problème, tout le monde n'a pas envie de traiter avec l'île du paradis, d'autant que Wonder Woman est alors connue pour avoir écrit un essai très controversé sur sa philosophie de vie.

Mais ce n'est évidemment pas le seul intérêt de ce long run sur le personnage, qui insiste également sur la mythologie, puisque Méduse est un adversaire récurrent - et terrifiant - de l'Amazone sous Rucka. Un affrontement épique qui a sans doute conduit DC à considérer le retour du scénariste sur le titre pour Rebirth, en juin dernier. Plus dispensable que les premières histoires de Rucka sur le personnage, cet essai récent sur Wonder Woman a toutefois le mérite d'évoquer directement la bisexualité de l'héroïne et de nous offrir une nouvelle version de Cheetah, l'une de ses adversaires les plus récurrentes. A tester pour aller plus loin, en somme !

Où le trouver ?

•  En français : Urban Comics vient d'inaugurer la série "Greg Rucka présente Wonder Woman" au sein de sa gamme DC Signature. Un premier tome est donc déjà disponible dans toutes les bonnes librairies ! De plus, un premier album pour ses travaux les plus récents sortira le 9 juin prochain dans les librairies.

•  En anglais : le travail de Rucka est compilé dans son intégralité dans des éditions similaires à celles d'Urban Comics. On note aussi que deux trade paper backs de sa série inaugurée en 2016 sont déjà en vente.

< Chapitre précédentGail SimoneChapitre suivant >George Pérez
6. George Pérez
Chapitre 6

George Pérez

Une fois n'est pas coutume, terminons par le run le plus ancien de cette liste, celui de George Pérez, considéré comme définitif pour de très nombreux fans, et qui est assurément parmi les plus importants pour l'histoire éditoriale du personnage de Wonder Woman. Et pour s'en convaincre, il convient de revenir quelques années en arrière.

Nous sommes en 1986, et DC vient de rebooter son univers avec Crisis on Infinite Earths, comme quoi la tradition ne date pas d'hier. L'éditeur cherche donc à réinstaurer ses personnages les plus fameux. Mais au contraire de Batman et Superman, qui choisissent un simple retour aux sources, Wonder Woman opte pour une réinvention assez drastique, même si elle ne saute pas aux yeux, de prime abord. La mission échoue ainsi à Greg Potter, Len Wein et au dessinateur qui nous intéresse aujourd'hui, George Pérez, qui devient rapidement le scénariste de la série tout en continuant à remplir les planches de son coup de crayon légendaire. 


L'équipe se débarrasse alors des éléments pourtant iconiques de l'héroïne, comme son Jet Invisible ou encore son identité secrète de Diana Prince. Elle revient même sur sa relation avec Steve Trevor, son love-interest le plus classique. A l'inverse, c'est tout l'aspect mythologique du personnage qui sera exacerbé, en témoigne la présence d'un vilain depuis devenu culte, qui n'est autre qu'Arès, le dieu de la guerre en personne !

Pendant cinq ans, George Pérez poursuivra cette démarche, en assurant le poste de dessinateur jusqu'au numéro #24 de la série, qu'il continuera toutefois d'écrire jusqu'au numéro #62. Une sacré pierre à l'édifice donc, qui s'était une nouvelle fois élargie en 2001 dans une histoire en deux parties aux côtés de Phil Jimenez, lui aussi dessinateur et scénariste. Autant vous dire que le bonhomme compte pour beaucoup dans l'histoire éditoriale globale de Wonder Woman.

Où le trouver ?

•  En français : Urban Comics a débuté la publication du run de Pérez dans une série d'albums cartonnés intitulés Wonder Woman : Dieux et Mortels. Un premier tome et disponible !

•  En anglais : des Omnibus retracent le passage historique de Pérez chez DC.

< Chapitre précédentGreg Rucka
Chapitre 1

Azzarello & Chiang

Si on met de côté Wonder Woman : Earth One - mais rassurez-vous, on en reparle très vite - le run de Brian Azzarello et Cliff Chiang sur l'héroïne est sans doute la meilleure des histoires récentes du personnage. Il est même considéré par beaucoup comme l'une des séries les plus réussies de l'avant-dernier relaunch de la maison DC, qu'on désigne sous le terme de "New 52". Il faut dire que le scénariste et son dessinateur ont su maintenir un niveau de rebondissements et de créativité des plus élevés durant leurs 35 numéros ensemble. 

En ce sens, le run d'Azzarello et Cliff Chiang est un candidat de choix pour s'initier aux aventures de l'héroïne. D'autant que l'intrigue gravite autour des origines de Wonder Woman, réinventées pour l'occasion. L'amazone n'est ici plus une simple création magique faite à partir d'argile mais bien le fruit d'une adultère entre Hippolyte - la reine de Themyscira - et Zeus en personne. C'est à partir de ce pitch très Shakespearien dans l'âme qu'Azzarello et Chiang dérouleront une intrigue à mi-chemin entre les manigances politiques d'un Game of Thrones et la relecture mythologique d'American Gods


Très prenant, l'ensemble nous emmène aux quatre coins du globe et dans des lieux bien connus des fans de mythologie, tout en nous présentant un maximum de personnages de l'univers de Wonder Woman, et de DC de manière plus générale. Les nouveaux dieux créés par Jack Kirby font ainsi des apparitions remarquées mais accessibles au plus grand nombre. Le run est donc de ce point de vue là aussi idéal pour s'initier aux mondes de l'éditeur aux deux lettres.

Par ailleurs, les dessins de Cliff Chiang, d'une netteté exceptionnelle, sont particulièrement inspirants. Il suffit de jeter un œil aux couvertures du bonhomme pour vous familiariser avec le niveau d'iconisation de ce run, riche d'images fortes et d'idées assez folles, dont une Wonder Woman qui porte deux Desert Eagles en or forgés par Héphaïstos himself. En bref, ce run est aussi épique qu'accessible, et on vous le recommande chaudement.

Où le trouver ?

• En français : les six tomes sont d'ores et déjà disponibles chez nos amis d'Urban Comics

• En anglais : autant de trade paperbacks regroupent la trentaine de singles disponibles chez DC.

Chapitre suivant >Earth One
Republ33k
est sur twitter
à lire également

CinemaSins vous explique 'Tout ce qui ne va pas' dans Wonder Woman en vidéo

Trashbag
Pour nous parler de cinéma de super-héros avec  humour, on reconnaît sur Youtube deux chaînes principales. D'un côté ...

Warner Bros. avance la sortie de Wonder Woman 2

Ecrans
Fort d'un joli succès en salles, Wonder Woman n'est cependant pas à l'épreuve des tirs de pistolaser. Sur la suite déjà en ...

Wonder Woman franchit un nouveau record au box-office

Ecrans
Si le film est loin d'être exempt de défauts, Wonder Woman s'est clairement attiré les grâces du public en explosant le box-office. ...

Justice League continue la tournée des posters et s'offre une featurette Wonder Woman

Ecrans
Après celle consacrée à Cyborg dernièrement, la promotion de Justice League décline le concept des vidéos de présentations ...

Gal Gadot revient sur une incohérence de Batman vs Superman

Ecrans
Il n'est pas rare, à l'époque actuelle pleine de constructions d'univers partagés au cinéma, de voir ces univers tâtonner et changer ...
Commentaires (5)
Vous devez être connecté pour participer