Review

[Avant-première] Ravine vol.1, la review

Indé   8
Le 25 Fev par
Steeve
[Avant-première] Ravine vol.1, la review
Notre note
• L'univers riche et dense
• Les dessins sublimes
• Le rapport qualité/prix
• Va falloir attendre un moment pour la suite...
    

Les noms Stjepan Sejic et Ron Marz sont indissociables de Top Cow. Le duo qui a fait des merveilles sur Witchblade et continue d'œuvrer sur Artifacts tacle dans les jours à venir le creator-owned en force avec Ravine. Epaulés par la maison d'édition à laquelle ils sont fidèles depuis maintenant quelque années, Sejic et Marz se lancent dans l'heroic fantasy de la meilleure des manières qui soit avec un graphic novel de 160 pages léché et parfait dans son genre.

Ravine vol.1 review

Ravine est le fruit de dix années de réflexion de la part de Sejic. Bien plus que le dessinateur de ce bijou, il en a pensé l'univers, les créatures le peuplant et les machinations les motivants. Ici Ron Marz agit plus à titre d'éditeur que de scénariste. Son collègue et ami n'ayant pas pour langue maternelle le parler de Shakespeare, Marz s'occupe des dialogues et a donné quelques conseils côté script à Sejic, mais son implication ne vas pas plus loin (mais c'est déjà pas mal diront certains).

Ravine vol. 1 est le premier tome de ce que le duo aux commandes imagine déjà comme un récit épique d'une douzaine de volumes. En 120 pages de récit et 30 autres de bonus, ce graphic novel fait office d'introduction à un univers des plus denses. Comme tout bon récit d'heroic fantasy, le monde pensé par Sejic possède son propre vocabulaire riche et complexe, sa planisphère détaillant un monde splendide et une large variété d'espèces et de castes en tout genre.

Ravine vol.1 review

Des necrytes aux shivas en passant par les wanderers et autres dragonmasters, on découvre de page en page un monde dans lequel dieux, dragons, mages et guerriers se côtoient au quotidien et après 120 pages on ne peut qu'en demander plus. Sejic et Marz ont rejeté le format 20 pages imposant des cliffhangers à outrance car ils pensaient que cela diminuerait la qualité de l'histoire. Après lecture comment leur reprocher ? D'entrée de jeu le lecteur est lancé au milieu d'une bataille aux dimensions légendaires dont il peine à comprendre les tenants et les aboutissants. Et ce n'est que le début.

Ce premier volume sert véritablement d'introduction à une histoire riche, bien pensée, cohérente et intéressante. Si pendant 80 pages on se sent perdu, lorsque le mot « continued... » apparaît en bas de la dernière page, Sejic et Marz sont parvenus à poser le caractère et les motivations d'une bonne grosse dizaine de personnages en plus d'avoir habitué le lecteur à des concepts emprunts de politique, de théologie et bien entendu de fantaisie. Il faut au moins ces 120 pages pour comprendre où l'on met les pieds et les 30 pages de bonus suivant ne sont pas inutiles, loin s'en faut.

Ravine vol.1 review

Lexique, description des personnages, légendes, biographies... Les bonus sont au moins aussi intéressants que le récit lui-même et superbement mis en images. Loin d'être accessoires, ils reflètent l'investissement personnel de Stjepan Sejic dans l'œuvre. Ils permettent à la fois de confirmer les soupçons que certaines répliques auront fait naître dans l'esprit du lecteur quant à l'histoire riche de cet univers, et de deviner à quelles rencontres nous auront droit lors des prochains volumes.

Mais au-delà de l'histoire, ce sont les dessins de Sejic qui laissent sans voix. Si son style photoréaliste peut en déranger certains, il est ici à son apogée. L'artiste croate est libre de toute contrainte et laisse libre court à ses envies pour un rendu irréprochable. Les double-pages se multiplient et offrent des plans donnant la part belle à des dragons majestueux et des décors détaillés au possible. Les émotions sont rendues à la perfection. Même lorsqu'elle est dense, l'action ne perd jamais en lisibilité. Bref, Sejic montre ici ce dont il est capable lorsqu'il laisse sa passion s'exprimer et qu'il n'a pas de deadline. Un véritable plaisir pour les yeux.

Ravine vol.1 review

Ravine vol. 1 est la meilleure des introductions pour un récit de son envergure. On parle ici de 120 pages d'une histoire captivante et merveilleusement mise en images, suivies de 30 pages d'appendices soignés et quasi-indispensables, pour seulement 15$. On pourrait chercher la comparaison à LOTR ou GoT, mais ça ne serait pas rendre justice au travail abattu par Stjepan Sejic et Ron Marz. Ravine a de quoi se hisser à la hauteur de ces deux monuments. Normalement dans les comic shops ce mercredi, la date de sortie a été repoussée à quelques reprises déjà et Amazone l'annonce pour le 12 mars. Quoiqu'il en soit, sa longévité dépendra bien entendu des ventes, et pour que ces auteurs brillants puissent livrer leur fable dans son intégralité je ne saurais trop vous conseiller de laisser sa chance à ce bijou. Dans tous les cas, le deuxième volume est prévu pour l'été. 

Galerie
[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review[Avant-première] Ravine vol.1, la review
Auteurs