Review

Punk Rock Jesus #5, la review

Dc Comics   5
Le 15 Nov par
Sullivan
Punk Rock Jesus #5, la review
Notre note
• Un dessin incroyable
• Un propos osé et intelligent
• Les plusieurs niveaux de lecture
• C'est bientôt fini !
• Vivement l'édition Française et ses pages supplémentaires.
    

5ème coup de semonce d'une parole qu'il est venu prêché en 6 parties seulement, Punk Rock Jesus #5 est à la hauteur des attentes placées par ses fans en Sean Murphy. Véritable déclaration d'amour à un genre voué aux attaques toutes faites depuis des années et incitation sincère à la réflexion, ce cinquième chapitre s'impose comme la quintessence et le début de la fin de l'un des chefs d'oeuvre de cette année 2012.

Jesus is not dead !

Si l'histoire du titre n'est à priori pas ce qui en fait le sel en raison d'une macro-réflexion beaucoup plus importante aux yeux des lecteurs, il serait dommage de passer à côté d'un très beau scénario de science-fiction d'anticipation, où se mêlent trouvailles ingénieuses et scènes de vie très fortes. C'est d'ailleurs dans cette réussite globale que se trouve le demi point perdu de la note de ce Punk Rock Jesus #5, tant l'envie de l'auteur de rajouter des pages pour freiner le déroulement de l'histoire se ressent. Certes, le titre peut se vanter de proposer 32 pages pour 3 dollars à peine, mais inutile de le connaître pour comprendre que Sean Murphy se serait bien contenté d'une dizaine de pages supplémentaires, pages qui seront d'ailleurs présentes dans l'édition VF du titre qui s'annonce déjà comme mon coup de coeur de l'année 2013 ! 

Au delà de cette considération trop terre-à-terre, ce numéro nous présente la suite des aventures de Jesus, maintenant leader d'opinion pour des millions (des milliards) de personne et symbole d'une lutte contre les dérives d'une société aux allures étrangement proches de notre société actuelle.
Entre règlements de comptes avec les membres de son groupe, concerts et ses liens avec J2, l'histoire de Chris avance à vitesse grand V mais ne délaisse jamais l'aspect le plus important du titre : la critique de la religion et l'importance de la science dans la lutte de ce Punk de Jesus. Cette fois, tout est amené directement au sein de l'histoire et l'auteur prend moins de hauteur par rapport à son propos, distillant celui-ci à mesure que son scénario se doit d'avancer, notamment grâce aux apparitions et aux commentaires des protagonistes du petit écran, ce qui n'est pas sans rappeler les pratiques de Frank Miller (pourtant aux antipodes des idées présentées ici) à la fin des années 80...

"It's an expression of teen-angst, Motherfucker !"

Fun-fact de ce cinquième chapitre : Manhattan est présenté sous les eaux à l'instar de la situation vécue par les New-Yorkais il y a quelques jours en raison du passage de Sandy (qui a d'ailleurs forcé l'auteur à prolonger son séjour à Paris) et cet aspect messianique de l'écriture de Sean Murphy (un comble pour un titre évoquant le retour de Jesus) lui a voulu les foudres d'un lecteur à priori peu informé les pratiques de l'édition voulant que ce numéro ait été rendu il y a plus de 2 mois maintenant ! 

Punk Rock Jesus #5 est la réussite que l'on attendait, malgré un déroulement trop rapide, ordonné par la volonté de Vertigo de limiter la série à 6 chapitres seulement. Les lecteurs ne pourront d'ailleurs pas s'empêcher de regretter la fin d'une aventure fabuleuse et d'un propos malheureusement trop rare au sein d'une industrie souvent trop sage. Sortez vos T-Shirts Black Flag et tenez vous prêts pour une année 2013 où la sortie en volume relié du titre fera plus de bruit que les FlakJackets eux-mêmes, c'est promis !

Galerie
Punk Rock Jesus #5, la review