Review

Ghosts #1, la review

Dc Comics   3
Le 07 Nov par
Steeve
Ghosts #1, la review
Notre note
•Le dernier récit de Joe Kubert
•La première collaboration Johns/Lemire
•Paul Pope
•Peut-être trop de fun et de bons sentiments et pas assez d'effroi pour un spécial Halloween
•Même si c'est bien, 8$ c'est cher...
    

A défaut de m'être acheté un costume, j'ai profité de la célébration de Halloween pour justifier l'achat à première vue inconsidéré de Ghosts #1, la dernière anthologie en date publiée par Vertigo. Pourquoi inconsidéré ? Parce que la dernière fois que j'ai eu le malheur d'investir 8$ dans une anthologie de Vertigo je m'en suis sévèrement mordu les doigts. Le titre savamment intitulé Mystery in Space regroupait à la grand surprise du lecteur des histoires autour de l'espace. A l'époque, deux m'avaient marqué, quatre m'avaient laissé indifférent et les deux restantes avaient achevé de me faire regretter mon achat. Alors, pour quelle raison retenter le coup six mois plus tard ? Pour la liste de noms associée au projet. Geoff Johns, Jeff Lemire, John McCrea, Amy Reeder, Phil Jimenez, Paul Pope, David Lapham... et surtout Joe Kubert.

The Boy and The Old Man-Joe Kubert

Pas annoncé en couverture, perdu au milieu des autres histoires du recueil, le lecteur non averti tombe sans s'y attendre sur ce qui est présenté comme le dernier travail inachevé de la légende. Une introduction de Karen Berger (directrice éditoriale) vient ainsi nous interrompre dans notre lecture afin de nous aider à bien prendre la mesure de ce que l'on s'apprête à lire. The Boy and the Old Man n'aurait peut-être pas retenu mon attention s'il ne s'agissait pas de l'oeuvre d'un homme sur le point de mourir. Encore sous forme de crayonnés, pas encore encrée, cette histoire porte le trait reconnaissable du vieux Kubert. Par chance, l'artiste a eu le temps de poser des mots sur ses images de manière à ce que le lettrage puisse être posé sur ce travail qui commençait à peine à prendre forme. The Boy and the Old Man parle assez étrangement d'un grand père qui est sur le point de quitter son petit-fils. Plaisante à lire et belle, elle offre de l'action et des émotions, mais surtout a une résonance toute particulière au regard des circonstances dans lesquelles elle est publiée. A lire.

The night I took the data entry job I was visited by my own ghost-Al Ewing/Rufus Dayglo

Mais Ghosts ce n'est pas que la dernière contribution de Joe Kubert à l'industrie des comics. Ghosts est un voyage dirigé par une équipe de virtuoses qui vous transporte du Texas aux confins de l'espace en passant par une jungle luxuriante et bien entendu, un cimetière. L'anthologie s'ouvre sur une histoire intitulée The night I took the data entry job I was visited by my own ghost (La nuit après que j'ai accepté cet emploi de saisi de donnée, j'ai reçu la visite de mon propre fantôme). Totalement loufoque, cette histoire survole le concept de réalités alternatives, aborde l'importance de croire en ses rêves et les conséquences des choix, le tout en 8 pages. Une mise en bouche des plus relevées mise en images par Rufus Dayglo (Tank Girl) qui donne le ton du reste du titre. Le gros problème vient ainsi du fait que ceux qui s'attendent à avoir peur l'auront dans l'os. Fun la plupart du temps, malsaines ou difficiles à cerner par moments, les histoires courtes compilées ici manquent de faire trembler. Mais un grand nombre d'entre elles n'en demeurent pas moins de qualité.

A bowl of Red-Neil Kleid/John McCrea

Pour n'en citer que quelques unes : A Bowl of Red succède à l'adieu à Joe Kubert. Histoire totalement délirante et malsaine tournant autour d'un bol de chili démoniaque (je n'invente rien), elle est dessinée par John McCrea, actuel dessinateur de Mars Attacks, qui est manifestement le choix parfait pour ce genre de contes. Horreur, humour et sensualité. Le scénariste Neil Kleid achève un sacré tour de force et se hisse à la hauteur des meilleurs hauteurs adeptes du format court.

Treasure Lost-Paul Pope/David Lapham

Treasure Lost de son côté fait littéralement figure d'OVNI de ce recueil. Imaginé et dessiné par Paul Pope (Batman année 100) sur un script rédigé par David Lapham, Treasure Lost nous plonge en plein conflit spatiale. C'est très beau, bien écrit et parfait dans le genre épopée galactique. On comprend très vite pourquoi Pope a gagné son premier Eisner Award dans la catégorie meilleure histoire courte, mais on peine à saisir la raison d'être de ce morceau de Space Opéra au milieu de toutes ces histoires de fantômes. Mais si c'est bon, pourquoi s'en plaindre ?

Ghosts for hire-Geoff Johns/Jeff Lemire

Ghosts for Hire ferme le volume. Premier essai au format court de Geoff Johns, ces huits pages marquent aussi la première collaboration du scénariste de Justice League avec Jeff Lemire. Histoire drôle, pleine de bons sentiments, bien écrite avec un style graphique qui ravira les plus grands fans de Lemire, Ghosts for Hire est de ce genre d'histoires courtes qu'on aimerait voir se transformer en ongoing. Qui sait, peut-être un jour l'emploi du temps des deux monstres de chez DC leur permettra-t-il une collaboration sur la durée...

The Dark Lady-Gilbert Hernandez

Bride et The Dark Lady m'en ont aussi donné pour m'en argent. Les deux histoires restantes m'ont par contre laissé perplexe. J'invite les lecteurs ayant apprécié ces contes à venir éclairer ma chandelle. Ne connaissant rien des Dead Boy Detectives de Neil Gaiman, leur réapparition dans ce volume ne m'a pas du tout parlé... J'ai juste l'impression d'avoir lu la preview d'un titre qui ne m'intéresse pas et dont les prémisses m'ont échappé... Pour ce qui est de Wallflower, si le trait d'Amy Reeder m'en a mis plein les mirettes, je suis totalement passé à côté du sens du scénario de Cecil Castellucci...

Bride-Mary H.K Choi/Phil Jimenez

Une histoire dispensable et une délicate à saisir pour sept bijoux d'écriture et de dessins. Le ratio est bon. Ajoutez à cela le dernier récit de Joe Kubert, la première collaboration de Johns et Lemire et une fresque galactique par Paul Pope et vous pouvez être certain de ne pas regretter vos 8$.

Auteurs